Petites chevilles, grands effets

Les chevilles des enseignants sont des formules habituelles en classe. Même s’ils deviennent dans une certaine mesure un comportement inconscient, ils reflètent l’attitude des enseignants et la conception d’enseignement. Les élèves pourraient s’y habituer, mais les enseignants ne peuvent pas ignorer les inconvénients produits par ces expressions illocutoires.

Réflexion 1 : silence pour répondre “c’est compris ?”

En classe de maths, les connaissances sont renforcées par des exercices de toutes sortes, les professeurs dissèquent les points en terminant ces exercices par “c’est compris ?” et les étudiants ne répondent pas toujours. Pourquoi sans réponse ? On dirait que les étudiants sont habitués à entendre cette expression et ils n’ont pas besoin de répondre “oui, c’est compris.” Il existe trois genres d’étudiants, ceux qui comprennent vraiment ces exercices et ont la paresse d’y répondre, ceux qui sont mitigés et n’ont pas de réponse ferme, donc ils demeurent silencieux. De plus, il y a aussi des étudiants qui ne savent pas du tout de quoi le professeur parle. Quant à eux, ils n’ont pas le courage de faire répéter le professeur. Est-ce que les expressions comme cela sont nécessaires ou bien y a-t-il d’autres moyens de dire ?

On peut généraliser cette situation dans toutes les disciplines.

Pourquoi “c’est compris ?” est-il toujours à la fin d’une démonstration ? Quand j’explique des règles de la langue chinoise à mes élèves, j’ai toujours envie d’être rassuré par “oui, on a compris”. Cette réponse donne confiance en soi sur la méthodologie d’enseignement, mais elle ignore le sentiment cognitif des élèves. En tant que professeurs, ils ne peuvent pas imposer leur expérience d’apprentissage aux élèves. En même temps, les professeurs ignorent l’hétérogénéité des individus. Si l’on remplace “c’est compris ?” par “avez-vous d’autres idées” pour développer un mode de pensée différent, “vous pouvez dire ce que vous en pensez, on peut discuter” pour faire échanger les étudiants qui sont dans le flou, “vous pouvez partager votre idée avec moi ?” pour aider de nouveau ceux qui ne comprennent pas du tout au début.

Réflexion 2 : pas un commentaire précis, juste “bien, très bien”

Le commentaire commence toujours par “bien, très bien” pour apprécier l’exposé d’un étudiant. L’utilisation fréquente de toutes ces expressions amène l’enseignant à dire “bien, très bien” inconsciemment, même si l’étudiant fait des fautes. Les chevilles rendent un commentaire futile, juste des paroles en l’air. Par contre, cela ne signifie pas l’interdiction de l’utilisation de ces expressions. Les professeurs doivent se rendre compte que la fonction du compliment et de l’appréciation est de faire connaître aux étudiants pourquoi ils les méritent, autrement dit, le jugement vers un comportement. Les connaissances/raisons sur le succès et l’échec d’un élève influencent son espérance et sa confiance dans ses futures activités. Dans ce sens, les enseignants doivent apprécier les efforts que font les élèves et admirer leurs manières de faire au lieu de donner des commentaires monotones. Par exemple, “votre manière de répondre cette question donne un bon exemple à vos camarades.”

En réalité, on préfère les meilleurs étudiants, qui “persistent dans leurs façons d’agir” en classe. Ils n’obtiennent que les compliments de professeurs en ignorant ceux de leurs collègues. C’est la raison pour laquelle le professeur est toujours assez généreux de dire “bien, très bien” aux meilleurs. Donc il faut que le commentaire aille dans tous les sens, non seulement vertical (professeur→étudiant), mais aussi horizontal (étudiant↔étudiant). Cela exige le changement de rôle de professeur de l’“autorité” au “guide”. Ce dernier amène à faire commenter les étudiants entre eux-mêmes. C’est les élèves qui sont des “maîtres” en classe.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts


6 réflexions sur « Petites chevilles, grands effets »

  1. J’ai parlé souvent « très bien » en classe en tant qu’enseignante. Chaque fois j’articulais cette locution, je le combinais à d’autres expressions corporelles pour marquer que j’appréciais vraiment le travail des élèves. Cependant, je suis tout à fait d’accord avec toi. Il faut faire attention à ne pas en abuser, même si quand on était étudiant, on s’attendait à ce que les professeurs nous adressent ce mot. Parce qu’après, je me suis rendu compte que si je ne le prononçais pas, les élèves pensaient que je n’étais pas satisfaite de leurs réponses. Ils ont tendance à multiplier les réponses pour me satisfaire. Dans certains cas, ce n’est pas mauvais. Mais s’ils expriment les avis personnels, il y aura des risques.

  2. Concernant « les élèves qui ont des questions mais qui, pour différentes raisons, ne veulent pas les poser », il existe des elèves qui n’osent pas poser la question, des élèves qui préfèrent consulter des livres après le cours pour résoudre le problème, des élèves qui ne prennent pas au sérieux des questions, et peut-être des élèves qui sont pressés de partir.

  3. Dans ta deuxième catégorie d’élève, “les élèves qui ont des questions mais qui, pour différentes raisons, ne veulent pas les poser.” Est-ce que tu peux préciser un peu ces “différentes raisons” stp.
    Comment encourager les étudiants à poser des questions, à mon avis, il faut que le professeur fasse exprès de faire des fautes. Par exemple, écrire des mots orthographiquement pas correctes ou une phrase grammaticalement pas correcte. Quand présenter une théorie, il la déforme un peu. Pour certains professeurs, quand ils ne connaissent pas tout le monde dans la classe, appeler aléatoirement un prénom est aussi un choix.

  4. Tout à fait intéressant et surtout utile ton article Qian. Effectivement je crois que les chevilles on les utilise tous dans nos conversations et non seulement les professeurs. Mais c’est important pour nous de savoir ou au moins de prévoir certaines réactions des élèves quand on va utiliser ce genre de mots ou de groupes de mots. Et je trouve ta suggestion de remplacer la cheville c’est compris par avez-vous d’autres idées très correcte! J’y prendrai l’exemple car c’est compris me semble assez passif alors que avez-vous d’autres idées rendra les apprenants plus actifs.

  5. En tant que future enseignante, ton article me fait réfléchir sur ces deux expressions fréquentes dans la classe. Et je me demande: si je demande aux apprenants « c’est compris? » et personne ne me répond, comment je dois réagir? Je dois insister pour la réponse ou détourner la conversation?

    En outre, on peut aussi réfléchir sur le silence suite à la question « Est-ce que vous avez des questions? »

    Quand les élèves ne répondent pas à cette question, selon moi, il existe aussi trois genres d’élèves: les élèves qui comprennent tout ce que l’enseignant a présenté donc qui n’ont pas de question; les élèves qui ont des questions mais qui, pour différentes raisons, ne veulent pas les poser; et les élèves qui ne comprennent rien sur le contenu du cours donc qui ne peuvent pas poser des questions.

    Je pense que le deuxième cas est le cas le plus fréquent, donc cela pose une question aux professeurs: comment encourager les élèves à poser des questions? Ce n’est pas une nouvelle question, mais je n’ai pas trouvé de réponse pour elle. Qu’est-ce que tu en penses?

  6. En tant que future enseignante, ton article me fait réfléchir sur ces deux expressions fréquentes dans la classe. Et je me demande: si je demande aux apprenants « c’est compris? » et personne ne me répond, comment je dois réagir? Je dois insister pour la réponse ou détourner la conversation?

    En outre, on peut aussi réfléchir sur le silence suite à la question « Est-ce que vous avez des questions? »

    Quand les élèves ne répondent pas cette question, selon moi, il existe aussi trois genres d’élèves: les élèves qui comprennent tout ce que l’enseignant a présenté donc qui n’ont pas de question; les élèves qui ont des questions mais qui, pour différentes raisons, ne veulent pas les poser; et les élèves qui ne comprennent rien sur le contenu du cours donc qui ne peuvent pas poser des questions.

    Je pense que le deuxième cas est le cas le plus fréquent, donc cela pose une question aux professeurs: comment encourager les élèves à poser des questions? Ce n’est pas une nouvelle question, mais je n’ai pas trouvé de réponse pour elle. Qu’est-ce que tu en penses?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.