« Les maisons d’écrivains en classe de langue étrangère »

La littérature constitue une partie culturelle et linguistique indispensable en classe de langue étrangère. Nous étudions souvent des extraits d’ouvrages écrits par des écrivains célèbres de la langue en question en classe de langue étrangère. Je me souviens, avant de débuter mon apprentissage du français, avoir toujours rêvé de pouvoir lire Les Misérables de

Victor Hugo en langue originale. La vie de cet écrivain m’a donnée encore plus envie de continuer mon apprentissage du français.

Mais comment aborder la vie d’un(e) écrivain en classe de langue étrangère et quelle place peut-on accorder à sa maison ?

Je trouve que les maisons – musées d’écrivains constituent un outil précieux pour permettre le travail sur la vie de l’écrivain, ses ouvrages, et la culture cible. En faisant le lien entre son vécu (sa maison, son bureau, ses meubles, les vues des fenêtres de sa maison) et son écrit, l’élève s’approche du sens de l’ouvrage et s’imprègne davantage du texte étudié.

Cela est surtout clair quand l’écrivain écrit une histoire venant de son vécu et de sa maison comme c’est le cas de « Combray », premier chapitre de Du Côté de chez Swann de Marcel Proust, qui introduit ainsi l’ensemble de l’œuvre que constituent les sept tomes d’À la recherche du temps perdu. L’ouvrage représente une difficulté linguistique importante pour un apprenant étranger, voire natif,  qui provient du style littéraire très élevé de l’auteur. En revanche, je pense que nous ne pouvons pas négliger l’enseignement d’un tel ouvrage / écrivain quand nous enseignons le français langue et culture étrangères. Or je trouve qu’une visite de la maison de tante Léonie où les scènes de Combray se déroulent peut résoudre un problème immense quant à la compréhension de cette partie de son ouvrage dans laquelle Proust décrit souvent les meubles et les pièces de cette maison. En raison des difficultés liées au déplacement ou à l’organisation de telles visites, nous pouvons nous contenter de faire une visite virtuelle en ligne en montrant des images, des vidéos, des dessins et des reportages de cette maison. L’interrogation sur le temps, objet central de la Recherche, passe d’abord par une interrogation sur l’espace de Combray, et cette dimension spatiale de l’œuvre est essentielle afin de pouvoir lier tous les événements et les scènes qui ont lieu.

Souvent, les maisons d’écrivains contiennent des tableaux ou statuts de leurs ouvrages. La visite que j’ai faite de la maison de Victor Hugo à Paris m’a beaucoup touchée. J’ai pris quelques photos que je souhaite exploiter un jour avec mes élèves en travaillant sur un extrait des Misérables :

Gavroche et Cosette  : statuts inspirés de l’ouvrage des Misérables et exposés à la maison de l’écrivain.

20151226_155605[1]
Gavroche
20151226_155621[1]
Cosette


Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts

7 réflexions au sujet de « « Les maisons d’écrivains en classe de langue étrangère » »

  1. J’ai été agréablement suprise en visitant le château d’Alexandre Dumas ! J’ai adoré le fait que ce soit une sorte de musée, dans lequel il était possible d’en apprendre davantage sur lui, mais aussi sur ses ascendants et ses descendants. Je me suis, d’une certaine façon, sentie plus proche de l’homme, de l’être humain. Je l’ai découvert à travers ses différents voyages ou ses différents excès (pour la nourriture entre autre !). Bref, j’en recommande la visite.
    Concernant son usage en classe de FLE, ces lieux sont totalement exploitables. Ils sont chargés d’histoire et c’est un moyen moins conventionnel d’aborder la littérature !

    1. Oui effectivement, c’est un voyage enrichissant en soi. De mon côté, j’apprécie énormément l’effort et surtout l’attention qu’on apporte à ces lieux en France. Je trouve également que les maisons d’écrivains aident à tisser le lien entre le loin et le proche. A propos de la maison de Tante Léonie où Proust a passé ses vacances d’enfance, aujourd’hui, la maison est organisée telle qu’elle a été décrite dans la première partie de l’ouvrage Combray. Donc, cela a un impact positif aux apprenants voire aux lecteurs du roman.

  2. Bonjour Amal! J’ai suivi le même cours qu’Edilberto l’an dernier et je serais ravie de partager ce que j’ai fait sur Guy de Maupassant. Malheureusement, je n’ai pas pu visiter sa maison qui se trouve en Normandie, pas très loin de Dieppe d’après mes souvenirs. J’ai trouvé cela très intéressant de voir comment les lieux étaient représentés dans les oeuvres et, ainsi, de découvrir la géographie littéraire. Il me semble que Michel Collot a écrit à ce sujet.

  3. Une idée géniale! Non seulement lire un livre mais le vivre aussi!
    Mais malheureusement ce n’est pas toujours possible car tous les professeurs et apprenants de FLE n’habitent pas à Paris pour pouvoir visiter par exemple le musée de Victor Hugo. Mais heureusement il y a bien d’autres solutions qu’on peut inventer nous en tants que professeurs (usage de la vidéo, théâtre, spectacles, animations etc).

  4. Salut Amal. Biensûr que la littérature est importante en classe de FLE. Je peux avouer que c’est une belle expérience et au même temps un voyage très enrichissant. Dans le cours de Littérature et enseignement que j’ai eu en première année du Master on a pu connaître la maison de quelques écrivains français. Mes camarades et moi, nous avons travaillé sur la maison d’Honoré de Balzac et je te jure, j’ai beaucoup appris. À mon avis, on doit vivre de tout près, des expériences qu’on peut transmettre plus tard à nos apprenants et la meilleure façon de le faire, c’est en visitant les maisons des écrivains.

    1. Merci pour ta participation.
      Oui, je suis d’accord sur l’importance des maisons d’écrivain en classe de langue étrangère comme un outil qui lie concrètement l’étudiant à la culture littéraire de la langue en question. La France donne beaucoup d’intérêts à ces lieux et il y a une attention particulière sur les maisons d’écrivains comme une partie de la patrimoine du pays. Il serait intéressant que nous, les enseignants de FLE, en tirons profit.

      1. Bonjour Amal!

        Je suis contente que tu aies choisi un sujet sur les maisons des écrivains. Si tu te rappelles, l’année dernière, nous avons travaillé ensemble pour un exposé sur Emile Zola, au cours de Mme Naturel.

        Ma partie concernait la maison d’Emile Zola située à Médan, près de Poissy, dans les Yvelines, que l’écrivain a pu acheter grâce aux revenus assurés par le succès de l' »Assommoir » : «  j’ai acheté une cabane à lapins, entre Poissy et Triel, dans un trou charmant, au bord de la Seine (…) la littérature a payé ce modeste asile champêtre » (Lettre du 09 /08 /1878 d’Emile Zola à Flaubert).

        Il est intéressant aussi de connaître l’endroit où les écrivains ont vécu et passé leur temps pour écrire…les préférences qu’ils avaient sur l’aménagement de leur cabinet de travail: « Je veux avoir un vaste cabinet de travail avec des lits partout et une terrasse sur la compagne » (Lettre du 09/08/1878 d’Emile Zola à Flaubert)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *