Un entretien imaginaire d’une étudiante avec son directeur de mémoire

Dans un bureau à l’université ayant une grande fenêtre qui donne sur le sud, il fait beau dehors, un entretien entre une étudiante et son directeur de mémoire s’effectue.

Le directeur : Bonjour !

L’étudiante : Bonjour, Monsieur !

Le directeur : Assiez-vous, je vous en prie !

L’étudiante : Merci beaucoup !

D : Alors vous commencez déjà à faire des plans pour votre mémoire, euh … sur l’orientalisme ?

E : Oui, je commence à chercher des livres, des articles dans Virtuose + , pour faire le point sur des recherches actuelles se rapprochant de mon sujet. Mais je ne sais pas comment procéder à effectuer une recherche littéraire dans le domaine de la didactique.

D : D’accord, c’est bien que vous avez déjà commencé, mais ne vous inquiétez pas trop, je suis là pour vous accompagner. Bon, d’abord, dites-le-moi, que dit le mot « orientalisme » pour vous ? Pourquoi avez-vous choisi ce terme pour le thème de votre mémoire ?

E : Parce que je suis asiatique, « l’orientalisme » me donne une impression de beauté, quelque chose de très lointain.

D: Je suis d’accord que pour ce qui est loin et ce qu’on ne connait pas trop, on dirait toujours « c’est de la beauté ». Pourtant, pensez-vous qu’il y a de la valeur à propos de ce sujet, surtout dans le domaine de didactique ? La didactique est une discipline scientifique, il vous faut des théories de recherche à cet égard.

E : Certainement, je pense qu’il y a de la valeur, l’orientalisme est un terme du 19e siècle, il nous rappelle de Chateaubriand, de Madame Straël, de Victor Hugo, etc., surtout dans des textes de Chateaubriand, on trouve des phrases de paysages extrêmement beaux, surtout il implique une beauté de « cinq sens », la vue, le regard, l’ouïe, l’odorat, et le goût. De ce fait, les élèves sont amenés à découvrir le texte, ou l’oeuvre, en mobilisant leurs cinq sens. C’est la où réside la valeur didactique, soit guider les apprenants à explorer eux-mêmes de l’oeuvre, essayer de les faire s’intéresser aux textes, les encourager à continuer une lecture en dehors du cours, puisque celui-ci est limité.

D : Bon, ma chère étudiante, c’est déjà bien que vous comprenez que la didactique de la littérature ne se borne pas aux cours, il faut guider les apprenants vers une lecture automatique, mais ce n’est pas facile en vue de leurs profils diversifiés. De plus, selon ce que j’ai compris, vous pensez que l’orientalisme est un terme qui est lié de l’Asie, mais ce n’est pas tout correct. Parce que l’orientalisme est un terme crée par les occidentaux, il est utilisé par des écrivains pour exprimer leurs visions pour des pays non seulement asiatiques, mais aussi pour des pays comme la Turquie, la Tunisie, etc. Donc, d’abord, vous n’avez pas de compréhension systématique et approfondie sur le sujet de votre mémoire de cent pages. Ensuite, il me semble que vous travaillez à partir de votre intérêt personnel, de manière arbitraire. Jusqu’à l’instant, vous n’avez pas de théorie, pas de méthodologies concrètes pour effectuer vos recherches? Je vous signale que vous êtes éventuellement dans une situation dangereuse !

E : (l’étudiante a l’air nerveux) Non monsieur, c’est vrai, j’ai pas de théorie actuellement, mais je vais les trouver. Parce que  ce qui est important, c’est d’abord que le sujet de recherche m’intéresse, si je n’ai pas de passion pour le sujet sur lequel que je vais travailler, comment puis-je tenir jusqu’au bout ?

D : La rédaction d’un mémoire ne s’appuie pas sur une « passion », elle porte sur un travail de longitude, systématique et continuel, c’est ainsi qu’on a d’une théorie, il vous sert à guider les recherches, mais pas à vous cadrer, à vous coincer. Le processus de recherches peut souvent vous menez à des résultats qui renforcent l’autorité d’une telle théorie; pourtant ce qui importe plus, si vous y arrivez, c’est de trouver quelque chose de nouveau, voire de contredire une telle théorie. En didactique, la notion de « validation des acquis » se répandent, malheureusement, beaucoup de gens oublient que l’enjeu réside après cette validation, on avance un peu plus en nous appuyant sur ce qu’on a déjà acquis.

E : Merci, monsieur, je comprends ce que vous voulez dire, je vais chercher une théorie principale pour procéder à faire mes recherches. Et Je trouverais aussi des livres ou articles pour approfondir la notion de « l’orientalisme ».

D : D’accord. Peut-être vous pouvez commencer par visiter la maison de Victor Hugo, dans la Place des Vosges, vous y trouverez un salon chinois de ce grand écrivain, et vous allez comprendre ce qu’est « l’orientalisme » pour les Occidentaux.

E : Merci beaucoup, monsieur, cet entretien m’aide beaucoup. Au revoir ! Bonne journée !

D : Au revoir !

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Une réflexion sur « Un entretien imaginaire d’une étudiante avec son directeur de mémoire »

  1. Merci à Fan d’avoir écrit cet article ! J’aime beaucoup ce que vous avez mentionné les « cinq sens ». La beauté orientale a été un sujet qu’on trouve qu’elle s’est mentionnée sans cesse dans le cinéma, la mode et les beaux-arts. Les occidentaux pensent qu’il y a un sens de mystère sur la beauté orientale. Entant qu’une extrême-orientale(chinoise), nous avons pareil un sentiment de mystère quand nous regardons sur l’occidental. Parce que l’un et l’autre ne se connaît pas totalement. La croyance, l’histoire et les autres facteurs se mêlent et cela impacte la compréhension de chacun. Peut-être vous pouvez changer de la place, si vous êtes une fille occidentale, comment allez-vous présenter aux orientaux votre beauté occidentale ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.