Incidences des dialectes chinois dans l’apprentissage de la prononciation du français

Yi Yin

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (France)

La problématique du sujet de mémoire du Master repose sur la question que l’on se pose toujours : « est-ce qu’un pays possède tout seulement une langue ? » Ou bien en se situant dans le territoire chinois, on formule une question ainsi : « est-ce que la Chine possède seulement une langue ? » La réponse est négative. Le mandarin standard (le putonghua) est la langue officielle de la République populaire de Chine, mais pas une langue universelle. On est obligé de parler le mandarin, surtout dans les institutions scolaires, les médias, les fichiers administratifs, les discours publics et officiels alors que les gens parlent toujours leur propre dialecte dans des situations familières. Les dialectes occupent toujours une place incontournable dans le répertoire linguistique des Chinois. Quand on définit la langue première d’un Chinois, il est sans doute qu’elle est sa langue dialectale au lieu du mandarin standard (le putonghua), surtout pour les dialectophones issus du Sud de la Chine.

 

Dans le mémoire, nous traiterons principalement l’apprentissage de la prononciation du français dans le milieu universitaire où la majorité des apprenants chinois commence à apprendre le français et où les apprenants sont hybrides, c’est-à-dire que les étudiants proviennent de tous les coins de Chine et leur langue véhiculaire n’est pas la même. Les dialectes chinois sont tellement abondants de sorte que l’on ne peut pas travailler exhaustivement.

 

On a donc décidé de choisir les dialectes de Pékin (le pékinois), de Shanghaï (le shanghaïen) et de Canton (le cantonais) comme exemples représentatifs qui sont lointaines phonétiquement. Pour ce faire, on va situer leurs phonèmes dans le trapèze phonologique, qui a pour l’objectif de savoir si un phonème d’une langue s’inscrit aussi entièrement dans une autre langue. Autrement dit, si un son dans le français ne partage pas les caractéristiques identiques avec une de ces trois variétés dialectales chinoises, les apprenants poseraient problème pendant l’apprentissage de la prononciation du français. En raison d’une grande complexité des dialectes chinois, il nous semble difficile de travailler là-dedans de manière exhaustive. En cherchant de trouver des solutions possibles et faisables autour de cette problématique, nous allons finalement diminuer des malentendus et réaliser des communications plus compréhensibles.

 

Bibliographie

  • Lauret, B. (2007). Enseigner la prononciation du français : questions et outils. Paris : Hachette
  • Landercy, A., & Renard, R. R. (1977). Éléments de phonétique. Emploi et immigration Canada. Direction des services de soutien d’emploi.
  • Léon, P. R. (2007). Phonétisme et prononciations du français (5è éd.). Paris: Armand Colin.

 


Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Incidences des dialectes chinois dans l’apprentissage de la prononciation du français »

  1. Il est intéressant de se pencher sur ce sujet, car personnellement ayant été initié au plan phonétique dans un région du Sud, je me suis perçu que la prononciation de certains enseignants et apprenants issus de cette région sont influencés par le dialecte. Il est plus intéressant que des apprenants non issu de la région du Sud, sont également influencés par le dialecte du Sud, tandis que les originaires du Sud en subissent moins.

    1. C’est quand même très intéressant comme observation d’un phénomène que je n’ai jamais découvert. En tout cas, il est vrai que le dialecte chinois est un facteur incontournable dans le FLE en Chine et il mérite une prise en considération plus approfondie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.