Mes échos de quatre carnets

L’extrait du livre de Bruno LATOUR (194-197, 2006) est un passage qu’il s’agit de quatre carnets. Dans la classe, nos professeur monsieur Serge MARTIN l’avait mentionné, souligné et répété plusieurs fois durant tout le premier semestre. Ça me faisait peur et je me sentais inquiet pour un moment. Comment puis-j ’assurer que j’écris autant tous les jours ? Je suis même allée spécialement acheter un agenda de 2016 et un cahier avec une couverture drôle « quand je n’arrive pas à dormir, j’écris… ». Et je vois de plus en plus de mes collègues portent un agenda, ils commencent à prendre l’habitude d’écrire par-dessus…

En fait, il n’est pas tellement compliqué quand on ouvre ces quatre carnets. Ils sont très concrets. Parce que probablement nous les avons déjà appliqués dans une façon ou une autre.

Les jours se reculent en été 2013. Je faisais un travail de coordinatrice culturelle entant que la chargée de projet. Tous les jours j’étais sous la pression dans les appels, les mails et les fouilles des informations sur internet. Mon patron était un homme chinois presque chauve, quarantaine, un ancien personnel de l’UNESCO. Au bout d’une semaine de formation, il m’a donné un cahier. Pour chaque petite recherche, je devais la noter. Le nom et la nature de la compagnie, la position du travail de la personne contactée, leur coordonnée, le feedback, etc. En fonction de l’évolution, je sélectionne les organismes qui ont l’intérêt de travailler avec moi, je pouvais les catégoriser en toute sorte de classement. Par exemple, par le type des entreprises, les organismes non lucratifs, les associations etc. Pendant la pose à midi, j’ai fouillé les classeurs du bureau. Mon patron avait déjà accumulé des milles et des milles de contacts. Ils étaient classés par secteur de la musique, des beaux-arts, la mode et les festivals ou par la nature de la compagnie, les compagnies françaises et les compagnies chinoises, les compagnies automobiles, pièces des échanges, ou la maison des arts et métiers régionaux, etc.

A la fin de chaque jour, je devais faire un compte rendu de mon travail en oral devant mes collègues et le patron. Après ma présentation, mes collègues et mon patron me disaient des conseils. Après ça, je les ai regroupés et j’ai obtenu un planning du travail pour le lendemain.

La dernière présentation était une réalisation de rencontre entre les employés chinois de la Chine qui faisaient le voyage d’étude accueils par les entreprises ou organisations françaises en France. J’ai marqué la date et le lieu de rencontre inclut le sujet de leurs échanges et les noms de notre client et leur coordonnée dans un sous-chemise. Je le présenterais comme preuve de mon travail et je facturerais notre client. Avec cette méthode de travail, en pleine période de vacance au mois de juillet, j’ai réalisé 3 projets de rencontres.

Je dois avouer que c’était un travail difficile. Parce que je ne savais pas avec qui je pourrais réaliser. Donc, j’étais obligée de me noyer dans les recherches de contacte. Une fois, deux fois, trois fois, il semblait qu’il ne serait jamais suffisant. Il peut arriver des moments où on se trouve qu’il y aurait nulle part pour tel genre de rencontre. Mais avec la pratique, j’ai trouvé des règles. Par exemple, quel genre de société est plus facile à accéder, quel genre de société est moins accueillante et quel genre de société est le concurrent. Bien que j’aie été partie de cette toute petite boite de 3 personnes, la méthode de ce travail était inoubliable.

Aujourd’hui, on est en face d’un mémoire. Je dirais que c’est un grand projet. Les quatre carnets sont devant nos yeux. Je remercie beaucoup à mon professeur monsieur Serge MARTIN, grâce à ce passage qu’il a extrait, j’ai eu de la chance de revoir le processus que j’avais pratiqué. Ce qui me fait étonner est que mon patron, un vrai chinois qui maîtrise cette méthode de recherche et effectue l’étape par étape de ces quatre carnets. Il a fait ses études en Chine et travaillé entre la Chine et les autres pays. Mais ce passage a été écrit par un français, un sociologue, anthropologue et philosophe des sciences français, Bruno LATOUR ! Les êtres humains sont tellement pareils !

Le premier carnet, carnet de bord de l’enquête. On peut le considérer que c’est un agenda de recherche. Il est comme une partie de mon cahier. Tel jour qu’on a fait telle chose. Les noms de la personne, les coordonnées, les feedbacks etc. A mon avis, cela devrait le préciser maximum que possible. Avec plus de détails, la sensibilisation joue un rôle subtil. Ce sont tous comme les entrées ou les sorties. Mais ce sont tous les traces essentielles.

Le deuxième carnet, une catégorisation des informations. Devant mes yeux, ce sont les gros classeurs de bureau. Les cartes de visite par ordre alphabétique, ou par métiers qu’ils pratiquent, ou par secteur des activités. On peut faire un chassé-croisé et on trouverait l’information par rapport au besoin le plus efficace que possible. Et avec les recherches, le classeur devient de plus en plus complexe et les catégories deviennent de plus en plus enrichissantes.

Le troisième carnet, des essais de l’écriture libre. Je reflète à ma présentation de travail quotidien et les discussions avec mon patron et mes collègues et mon réflexion pour préparer mon planning du travail de lendemain. Il peut être un raffinage et une réflexion et un allongement des matériaux de la recherche. Il pourrait être personnel ou collectif. Dans la réalisation du mémoire, on peut choisir un sujet et écrire par-dessus ce qu’on pense, ce qu’on aime ou n’aime pas, ce qu’on a compris et ce qu’il faut chercher plus profondément. On peut aussi discuter avec notre collègues et professeurs, avec les gens qu’on rencontre. Par exemple, on peut écrire un résumé de la rencontre.

Le quatrième carnet, les effets qu’on a obtenus après le travail de recherche. Je pense à mes sous-chemises en multiple couleur. Bien évidant que j’ai facturé aux clients avec cela mais éventuellement, je pourrais inviter et faire mes clients chinois qui ont déjà visité dans les différentes compagnies françaises se rencontrer en Chine. Ils pourraient partager leurs expériences ou je pourrais développer d’autre type d’activités, soit disant fidéliser mes clients, consolider les fruits de mes recherches et garder une potentialité de développement. Au niveau de mémoire, à mon avis, on garde bien chaque fruit du sujet qu’on a travaillé, et on essaie de trouver le lien qui corresponde, de les associer ensemble et de les développer et creuser comme si on fait de la géométrie, deux points reliés forment une file, trois points reliés forment une surface.

Aujourd’hui, je n’ai plus d’inquiétude sur le démarche de mon mémoire. Même si je suis au courant qu’il sera un processus un peu pénible. Avec un sujet défini, avec mes cher(e)s professeurs et mes collègues, je suis sûr que nous aurons pleins de fruits bien juteux, charnus et délicieux !

 

Lu ZHANG

étudiante de Paris III

More Posts


2 réflexions sur « Mes échos de quatre carnets »

  1. Moi aussi à une autre époque, j’ai travaillé comme réceptionniste dans une école de langues et j’avais un cahier où je notais tout. Après avoir lu ton billet je me suis rendu compte que les cahier sont déjà très présents dans nos vies, il faut juste appliquer cette habitude dans nos recherches de mémoire.

  2. Bon courage avec l’écriture Lu! C’est super que tu n’as plus d’inquiétude quant à cette démarche. Il ne faut pas succomber à la peur, car «La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine, mène à la souffrance» (YODA, 1980).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.