Compte-rendu d’un ouvrage : la grammaire en FLE

Ce compte-rendu regroupe les éléments qui me paraissent importants lors de ma lecture du chapitre deux intitulé L’apprenant devant la grammaire : attitudes et approches de l’ouvrage La grammaire en FLE de Gérard Vigner [1].

Dans ce chapitre, l’auteur analyse le rôle de différents éléments dans le processus d’apprentissage de la grammaire du « français langue étrangère ». Il met l’accent sur l’importance de l’entité grammaticale en FLE qui constitue, quelque soit l’approche adoptée, un pilier essentiel de la langue et de son mode de fonctionnement. Cela se traduit dans la fluidité communicationnelle que chaque apprenant atteint après une période d’apprentissage donnée. En revanche, l’auteur représente la grammaire comme un objet à la fois culturel et scientifique, mais qui ne doit pas – à cause de sa complexité et de sa rigidité – inhiber les apprenants dans la poursuite de leur éducation.

Le premier élément actif dans le processus d’apprentissage du FLE est l’apprenant dont le rôle ne doit pas être marginal. Il participe activement à la conduite de son apprentissage. L’auteur souligne trois facteurs principaux liés à l’apprenant permettant le choix de l’approche d’enseignement. Le premier est culturel : le système langagier de la langue d’origine de chaque apprenant et la trajectoire éducative dans son pays pourraient définir la démarche d’enseignement. Ainsi, l’adoption d’une approche grammaticale explicite et l’utilisation d’un métalangage en FLE ne conviennent qu’à ceux qui ont été sensibilisés à un tel parcours durant l’acquisition de leur(s) langue(s) maternelle(s). Le deuxième facteur est cognitif, autrement dit, le degré d’attention que l’apprenti confère aux détails et aux formes des constituants langagiers. D’après l’auteur, certains individus souhaitent maîtriser tous les aspects de la langue, d’autres ont tendance à considérer la langue dans son ensemble sans en distinguer les différents éléments. De plus, certains apprenants sont inductifs et ont la capacité de s’imprégner de la langue, de mémoriser ses formes et ses structures sans besoin particulier de comprendre explicitement la règle. D’autres sont plutôt déductifs et ont besoin des règles grammaticales explicites. L’âge représente le dernier facteur. On peut distinguer trois catégories d’apprenants en fonction de leur niveau de maturité : public d’enfants, d’adolescents, et de grands adolescents et d’adultes.

A l’égard des enfants, la dimension grammaticale s’inscrit dans une démarche peu ou prou inductive. Aucune règle n’est formulée. L’apprentissage se fait par des énoncés et des situations de communication ludiques. La présence de supports visuels et sonores, comme des images et des chansons, est indispensable dans les méthodes destinées aux enfants. Les supports existant jouent un rôle pertinent en déclenchant la parole chez un tel public, tout en évitant le recours à un métalangage. Quant aux autres publics, la même approche peut être appliquée et approfondie en mettant en place des activités autour d’une notion grammaticale. Cela est fait de façon simple sans recours à des métalangages complexes.

Quant au deuxième élément de ce processus, l’auteur souligne qu’il s’agit de l’enseignant lui-même. Son rôle de guide est crucial pour maintenir l’homogénéité et l’équilibre de la classe. Il aide les apprenants à évoluer tout en portant une attention particulière à l’intérêt que ces derniers accordent à leurs formations. Les positions des enseignants vis-à-vis de l’enseignement de la grammaire s’accordent, d’un côté, autour de son importance comme constituant indissociable de la langue, apportant une base sécurisante pour les apprenants. Elles s’opposent, d’un autre côté, autour de la manière de l’enseigner. Néanmoins, l’auteur dégage trois types d’enseignants : les innovants qui actualisent leurs méthodes en adaptant la démarche la plus convenable et qui restent ouverts aux nouvelles technologies ; les conservateurs qui adoptent des méthodes d’enseignement traditionnelles dans une approche explicite et déductive ;  enfin, les empiriques, qui explorent les relations entre sens et forme par des exemples concrets.

Concernant le troisième élément, l’auteur le résume dans la méthode d’enseignement. Il met en lumière la place accordée aux composantes grammaticales dans les différents ouvrages de FLE. Le traitement de la grammaire varie selon l’âge du public et la langue d’origine, si l’ouvrage est conçu pour un public précis. On constate, par exemple, qu’à part dans les manuels adressés aux enfants, la grammaire est rappelée brièvement au cours de la séquence didactique sous la forme d’aide-mémoire ou de bloc-notes, mais est expliquée séparément à la fin de l’ouvrage. L’auteur indique aussi que chaque ouvrage de FLE conçu dans une langue autre que le français explique, selon le système propre à cette langue, des notions grammaticales françaises.

L’auteur aborde également le concept de l’interférence qui s’inscrit dans l’analyse contrastive entre la langue première et la langue cible. L’objectif de cette théorie est de comparer les deux langues afin de voir si les fautes commises en langue cible proviennent ou non d’un transfert négatif des structures maitrisées en langue d’origine. Néanmoins, cette théorie est critiquée car elle ne permet pas d’établir une structure qui comparerait toutes les langues du monde. En plus, elle néglige l’importance de l’erreur comme moyen naturel de systématiser la langue cible lors de l’apprentissage d’une langue étrangère. Par ailleurs, les apprenants d’origine langagière différente peuvent commettre les mêmes types de fautes.

Une dernière idée porte sur la similarité entre la langue source et la langue cible. L’auteur aborde la notion de « langue distante » qui possède une structure langagière loin de la langue cible, et de « langue proche » qui s’inscrit dans la même famille linguistique que la langue cible. Il insiste toutefois sur le fait que le voisinage langagier entre langues proche et cible n’évite pas les fautes et demande un travail précis sur les caractéristiques propres à chaque langue.

[1] Vigner, G. (2004). L’apprenant devant la grammaire : attitudes et approches, La grammaire en FLE (pp. 17-33). Paris : Hachette.

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


Une réflexion sur «  Compte-rendu d’un ouvrage : la grammaire en FLE »

  1. C’est vrai que l’enseignement de la grammaire reste un sujet assez controverse parmi les différentes générations d’enseignants.
    Merci Amal pour le compte rendu de cet ouvrage essentiel pour nous, enseignants et futurs enseignants de langues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.