L’album d’Adèle, une expérience ?

Couverture de l'album d'Adèle

Peut-on mettre en rapport l’album d’Adèle avec la notion d’expérience décrite par John
Dewey ? L’album d’Adèle, de Claude Ponti, décrit l’expérience de la lecture.

En effet, dans cet album de jeunesse, on a affaire à une continuité, puisqu’on remarque à la première page que le personnage, qu’est Adèle, “rentre” dans le livre, elle en prend la pleine possession. Finalement, on pourrait dire que l’on a “un livre dans le livre”.

Les pages suivantes rendent compte du mouvement qui est propre à l’activité de lire : regarder de gauche à droite, parfois dans un sens différent, et surtout le fait de revenir à la page précédente pour tenter de mieux comprendre : c’est le concept de la lecture récurrente.

Ce livre devient en quelque sorte un jeu théâtral (salut final sur la dernière page) où s’enchevêtrent imaginaire et réalité, le personnage d’Adèle crée son propre monde, par ce qu’elle a “lu” ou “perçu” dans cet album.

La notion de perception est par ailleurs importante dans l’œuvre de John Dewey, l’Art comme expérience. En effet, il décrit la perception comme un ensemble de mécanismes qui supposent du sujet regardant un investissement total dans l’oeuvre. Ainsi, en rentrant dans cet album, Adèle s’investit pour pouvoir faire l’expérience de l’oeuvre, si bien qu’elle se retrouve spectatrice au premier plan et qu’elle semble finir par créer son propre album et sa propre histoire.

Marion Morin

Marion MORIN

Licence Lettres Modernes M1 Enseignement primaire et actuellement en M2

More Posts


Une réflexion sur « L’album d’Adèle, une expérience ? »

  1. Outre l’aspect lectural de l’expérience “vécue” par Adèle, on peut voir dans cet album une expérience du détail.
    En effet, chaque page est porteuse de nombreux éléments picturaux, dans lesquels se glissent des personnages de tailles et d’aspects variés, auxquels on ne prête pas forcément attention à la première lecture de l’album. Car même si l’album ne comporte pas (ou très peu) de texte, lorsque nous l’ouvrons et le parcourons, nous en faisons tout de même la lecture, même si nous “lisons” les illustrations. D’ailleurs, chacun est libre d’inventer une histoire en s’aidant de ces dernières. Par détail, il ne faut pas forcément entendre “très petites illustrations cachées”. C’est ainsi qu’on remarque certains détails comme par exemple la taille démesurée des personnages ou des objets. On peut par exemple se référer à une page de l’album où on observe une poule qui est à la même hauteur qu’une maison. Cet album est peuplé de ces détails qui confèrent un aspect imaginaire à celui-ci. Ainsi le même personnage est représenté plusieurs fois de manière différente (tête remplacée par un objet vu précédemment par exemple).

    On peut toutefois penser que L’Album d’Adèle révèle une autre expérience, celle de la vie.
    Puisque tous les personnages et les objets sont (lors des premières pages) des objets réels voire de la vie quotidienne et des personnages (poupée, nounours et autres jouets) réalistes également, on peut penser que ce sont des présences qui l’entourent dans sa vie de tous les jours et qui vont jusqu’à danser avec elle.

    Alors,en entrant dans cet album, Adèle ne ferait-elle pas tout simplement l’expérience de la vie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.