Quatre carnets pour une meilleure organisation de mon temps

Le plus dur, quand on écrit un mémoire , c’ est de s’y mettre: de commencer à penser à un sujet, à un titre, à une problématique, de commencer à écrire…

En effet, la rédaction d’un mémoire constitue une étape majeure dans la formation d’un étudiant, car il demande beaucoup d’effort, d’investissement, d’implication et de l’attention de la part de celui-ci. Il est important que  le travail soit rigoureusement réalisé, que la formulation des phrases soit claire, la structuration et l’acheminement  des différents arguments soient logiques etc. car cela permet de mettre en valeur la rigueur de l’étudiant.  Aussi, dans la rédaction d’un mémoire il est nécessaire d’avoir un esprit critique et de synthèse et cela demande beaucoup de temps pour certains étudiants.

Avant de commencer à réaliser un tel travail, il faut d’abord apprendre à bien gérer son temps qui n’est jamais suffisant pour la plupart d’entre nous.  Nous sommes toujours en retard et par la suite très stressés à cause de ne pas pouvoir finir à temps nos activités.  J’ai appris que, être désorganisé, signifie n’avoir aucune maîtrise de son emploi du temps et aussi être sans cesse sous pression. Cela m’a amené à beaucoup réfléchir à la manière dont je devrais organiser mon temps.

Pour une bonne organisation du travail de mon mémoire, je pense qu’ il faudra noter dès le début, tout ce qui fait partie des données, ainsi que Bruno Latour le souligne: « tout, depuis le premier coup de téléphone à un informateur potentiel, le premier rendez-vous avec le directeur de thèse (…) le premier usage d’un moteur de recherche, la première liste d’éléments à cocher dans un questionnaire » (Latour :194).

Dans ce sens, Bruno Latour pense qu’au cours des recherches faites en vue d’écrire un mémoire, il est utile de tenir quatre carnets « peu importe (…) qu’ils soient manuels ou numériques » (Latour :194)

Personnellement, j’ai choisi un premier carnet que j’appelle « carnet répertoire » pour y noter les adresses auxquelles je devrai me déplacer pour  assister à des colloques, séminaires ou soutenances de thèses de doctorat, ainsi que pour d’éventuels entretiens avec des potentiels informateurs. Dans ce carnet je noterai aussi les numéros de téléphone des personnes que je pourrai contacter au sujet de mon mémoire.

Un deuxième carnet, je l’ai choisi pour  planifier mon emploi du temps. Je me suis proposée d’y écrire les objectifs à atteindre pour chaque semaine et les activités rattachées, les délais à respecter pour chaque activité ou tâche.  A la fin de chaque semaine je me suis proposée de  noter ce qui n’a pas été fait. Je n’oublierai de  rayer les tâches qui ont été accomplies, les objectifs qui ont été atteints, car cela peut me donner un sentiment  de satisfaction et en même temps de motivation pour continuer.

J’ai choisi un troisième carnet pour y noter toutes les idées, qui me viennent à l’esprit concernant mon sujet de mémoire, mais aussi « les idées, les paragraphes, les métaphores et les astuces littéraires qui peuvent surgir de façon inattendue au cours d’une étude » (Latour: 196) afin de ne pas les oublier.  Cela  suppose donc de tenir tout le temps les carnets auprès de moi.

Enfin, dans le quatrième carnet  je me propose de noter tous les conseils de mon directeur de mémoire, ainsi que les références  bibliographiques  des livres que j’utiliserai pour m’inspirer dans la rédaction de mon mémoire.

 

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, 2006, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194, 196.

 

 

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.