Un atelier de Vietnamien pour quoi faire ?

Un atelier de Vietnamien pour enfants, une fois par semaine trente fois par an pour quoi faire ? Que peuvent-ils bien apprendre ? A chanter, danser, jouer. A faire des pubs, des spectacles, des raviolis frits.  Oui mais qu’ont-ils vraiment appris en terme linguistique ?

C’est parce que nous avons remarqué que les chansons étaient sues une fois que le spectacle était passé que nous avons cherché à comprendre ce qui pouvait provoquer l’apprentissage. Sûrement le fait de savoir à quoi allait servir ce qu’ils avaient appris. Travailler par projet y contribue sans aucun doute mais est-ce la seule raison ? Lorsque la chanson est sue juste après un spectacle, est-ce le fait du spectacle en lui-même ou le fait de donner à voir à l’autre et notamment aux parents dont c’est le pays d’origine ?

C’est ce lien entre apprentissage et implication des parents que nous nous proposons d’étudier dans cette recherche-action. Pour ce faire, nous avons mis en place une séquence de 5 séances d’une lecture d’un album jeunesse qui a abouti à la réalisation, grâce à un des parents, d’un petit film d’animation que nous avons diffusé le jour de la fête du Nouvel An Vietnamien. Les entretiens avec les enfants, les vidéos du groupe-classe durant les ateliers et la fête ainsi que les tests passés, nous ont permis de nous rendre compte que cette implication gagnait à être examinée de plus près. Il nous faudrait en effet approfondir notre réflexion sur la manière de faire participer les parents dans l’apprentissage de cette langue étrangère pas si étrangère que ça.

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.