La didactique des langues pour une meilleure qualité d’enseignement

    Nora Sidhoum
Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (France), Diltec

Depuis son indépendance, l’Algérie a consenti des efforts budgétaires importants dans sa concrétisation du droit à l’alphabétisation et à l’éducation.  Le taux de scolarisation à l’école primaire dépasse aujourd’hui les 97% avec une bonne parité filles-garçons.

Le revers de la médaille nous révèle pourtant que l’Algérie est très faiblement classée sur la qualité de son enseignement. A l’université, cela se traduit par une maigre production de publications scientifiques et un nombre très limité de brevets déposés.

Nous proposons d’expliquer les raisons de cet état de choses sous un angle particulier, celui de la didactique des langues.

Notre enquête porte sur les bacheliers nouvellement diplômés du tronc commun science et technologie qui choisissent en s’orientant  dans des filières scientifiques,  de subir, bon grès mal grès,  un basculement de la langue d’enseignement  autrement-dit, la mise sur la touche de l’arabe et l’utilisation généralisée du français ; ce qui est très mal vécu par cette génération de jeunes pour aborder une étape aussi importante qu’est l’accès aux études supérieures.

En observant de nombreuses classes, j’ai émis l’hypothèse que la solution la plus adéquate à la situation actuelle serait tout en maintenant le statut de langue étrangère à la langue française, de compléter son enseignement par une ouverture vers le FOS (Français sur objectifs spécifiques) et plus spécifiquement vers le FOU (français sur objectifs universitaires).

La nouveauté dans l’exploitation du FOU est l’introduction de ses concepts au niveau du secondaire scientifique pour éviter la fracture linguistique précédemment mentionnée.

En effet, au même titre que  la littérature de jeunesse qui ouvre la voie à des classiques de la littérature,  le FOU peut familiariser l’apprenant à aborder des disciplines complexes par une approche vulgarisée des connaissances ; en somme, il s’agit de poser les fondements de l’environnement de la discipline avant d’en aborder la matière en elle-même à l’université.

Pour concrétiser notre proposition, nous avons utilisé une partie du volume horaire des cours de français langue étrangère pour sensibiliser les apprenants à leur future orientation. L’objectif est de familiariser les apprenants au lexique et à la syntaxe induisant une capacité à comprendre, analyser et répondre à des situations précises en lien avec les matières visées.

Dans cette communication, nous proposons une analyse de cette expérience afin de voir quels sont les apports et les limites du FOU introduit précocement dans l’enseignement secondaire.

Nous énoncerons en conclusion, quelques conditions nécessaires pour sa mise en pratique ainsi que des pistes de travail pour la préparation à l’insertion d’une telle méthodologie.

Bibliographie 

Cuq, J.-P.  (2003). Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Paris : Jean Pencreac’h, CLE international, S.E.J.E.R.

Calvet, J.-L. (1987). La Guerre des langues et les politiques linguistiques. Paris : Payot.

Dourari, A. (2002). Les Malaises de la société algérienne, crise de langue et crise d’identité. Alger : Casbah.

Taleb-Ibrahimi, K. (1997). Les Algériens et leur(s) langue(s) Éléments pour une approche sociolinguistique de la société algérienne. Alger : El Hikma.

Mangiante, J.-M., Parpette C. (2004). Le Français sur objectif spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours. Paris : Hachette.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.