Qui maîtrise la carotte et le bâton ?

Le 10 octobre 2015 à la Sorbonne, une étudiante japonaise se trouve devant le bureau de son futur directeur de mémoire. Il est 9h45. Normalement, elle doit avoir son premier entretien avec M.R dans 15 minutes.

 

Elle n’a jamais vu son fameux directeur. Mais il y a deux jours, elle a entendu son camarade dire que ce professeur est très exigeant et qu’il n’est pas conseillé de le choisir comme directeur de mémoire. Son gentil camarade ne savait pas qu’elle avait déjà demandé à ce professeur de l’encadrer.

 

Devant la porte, elle essaye d’oublier tout ce qui a été dit par son camarade. Elle se rappelle le fait qu’elle a choisi M.R car sa recherche correspond à ce qui l’intéresse. Et puis c’est toujours mieux d’avoir quelqu’un qui l’encadre bien avec certaine exigence… Mais en même temps, comme elle ne le connait pas, son imagination lui joue des tours.

 

Pendant tout ce temps dans le couloir, elle se comporte toujours comme si tout va bien tandis qu’il n’y a personne. C’est parce qu’elle ne veut pas montrer sa faiblesse à qui que ce soit, surtout à elle-même.

 

Mais dans sa tête, elle n’est pas si tranquille, car elle se pose une question interculturelle et pratique : A quelle heure doit-elle frapper la porte? A 9h55 ou à 10h?

Cela lui parait pertinent de frapper à 10h car c’est l’heure de l’entretien. Mais elle réfléchit et fait des hypothèses. Il est possible qu’il vaille mieux frapper à 9h55 pour bien montrer qu’elle est motivée. Elle regarde sa montre. Il est déjà 9h55. Bon, elle décide de frapper à 10h comme ça elle peut montrer au moins qu’elle est ponctuelle.

A 10h, elle frappe la porte. Elle n’entend rien…

D’accord…ce n’était pas dans ses options. Que doit-elle faire? Elle est perdue devant la porte. 5 minutes plus tard, elle voit un monsieur qui marche vers elle en disant « Excusez-moi, j’espère que vous ne m’avez pas attendu longtemps ». Ensuite, il ouvre la porte et dit : « Entrez ».

Elle réalise enfin que c’est son directeur de mémoire.

 

M: Asseyez-vous. Bon, pouvez-vous vous présenter vous-même ainsi que le sujet de votre mémoire ?

 

H: Oui, je m’appelle Hanako, étudiante en spécialité 1. Je vous ai contacté car je voudrais faire un projet du mémoire afin d’analyser l’alternance codique lors de la visioconférence entre les apprenants franco-japonais. Un professeur de l’université de Tokyo et un professeur de l’université de Lyon ont déjà accepté de faire la visioconférence avec leurs étudiants. Après je n’ai pas avancé plus que ça, puisque je voudrais en discuter également avec vous.

 

Elle a l’air très contente de pouvoir dire qu’elle a déjà quasiment trouvé son corpus. Elle voit la tête de M.R, mais c’est difficile de comprendre s’il est bien d’accord avec cette idée ou pas.

 

M: D’accord. C’est bien que vous ayez déjà trouvé votre corpus. Mais vous savez, l’analyse de l’alternance codique via internet n’est qu’un objet de recherche. Quelle est votre problématique? A travers cette visioconférence que voudriez-vous analyser de l’alternance codique? Vous savez que l’objet de recherche ne peut pas être la problématique?

 

Elle ne sait plus comment lui répondre. Elle sait que le mémoire commence par la problématique. Elle avait appris que cette problématique est une question à laquelle on ne peut pas répondre avec un « oui » ou un « non ». Mais elle pensait qu’elle pouvait la trouver à travers le projet. Donc elle ne pensait pas que son directeur lui demande maintenant.

 

Pendant toutes ces réflexions, son directeur continue à parler mais sans doute il voit que son étudiante est perturbée.

 

M: Je comprends que ce n’est pas facile de trouver votre problématique car il faut que ce soit une vraie question. Il ne faut pas que vous fixiez la problématique selon votre corpus. Parce que rédiger un mémoire, c’est un travail tout à fait personnel, mais finalement il doit être théorisé. A la fin, il ne s’agit plus uniquement de travail personnel car vous vous appuyez sur les études des autres. Mais bon, je vous donne environ un mois donc réfléchissez bien pendant ce temps-là pour trouver votre problématique.

 

En réalité, Hanako a une question qu’elle se pose depuis quelques jours. Mais elle a peur que M.R dise qu’elle a tort, elle hésite donc à prendre la parole et rougit.

Après un petit silence, elle ose lui dire.

 

H: Am… en fait, depuis que j’ai pensé à ce projet, j’ai une question que je voudrais bien approfondir. C’est : est-ce que l’alternance codique pourrait assurer la communication?

Je pense que lorsque les locuteurs ont des connaissances sur les langues ou les cultures en commun, ils pourraient se servir de l’alternance codique afin d’être mieux compris. Par conséquent, il est possible de formuler une hypothèse disant que ce phénomène peut aider pour surmonter l’insécurité chez les locuteurs.

 

Hanako regarde la tête de M.R et attend sa réaction.

M.R SOURIT!!!

 

M : Bah, c’est une bonne problématique. Vous voyez, cette question ne vient pas de votre corpus. Vous faites une hypothèse mais cela reste une hypothèse. Voilà, c’est comme ça qu’on débute la recherche!

 

H: D’accord…merci beaucoup.

 

Hanako ne s’attendait pas à ce que son fameux directeur sourît et réponde positivement. Elle est tellement rassurée qu’elle ne sait plus quoi dire de plus.

 

M: Je pense que pour aujourd’hui c’est suffisant, donc on va faire le deuxième entretien dans un mois. Entre temps essayez de détailler votre projet et de lire ces livres concernant votre sujet. Mais n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin.

 

H: D’accord. Merci encore pour aujourd’hui. Je suis bien soulagée de pouvoir parler avec vous. Au revoir.

 

M: Au revoir.

 

Hanako sort du bureau. Elle inspire profondément. Elle se sent comme si elle avait achevé un grand travail mais elle se rend compte tout de suite que ce n’est que le premier entretien.

Elle se dit, « N’oublie pas le mot de ton camarade. Ton directeur est bien exigeant » comme s’il s’agissait d’une phrase magique.


OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

4 réflexions sur « Qui maîtrise la carotte et le bâton ? »

  1. Apparemment nous avons tous les mêmes angoisses et peurs devant nos directeurs de mémoire. Nous n’osons pas à leur montrer ce que nous avons dans nos têtes de peur de leur jugement! Et à la fin, l’étudiante avait déjà trouvé la clé de son mémoire 😉

  2. Le mot du camarade censé rassurer génère souvent le contraire…Je ne compte plus les fois où cela m’est arrivé! J’imagine que mon premier entretien se rapprochera de celui-ci; qui n’est pas intimidé devant un/une professeur(e) spécialiste.
    A mon avis, c’est d’ailleurs ce « désarroi » qui fait sourire l’encadreur. Cela me donne une autre idée de billet: l’entretien rapporté par le professeur.

    1. Oui, bonne idée de billet… J’ai corrigé deux erreurs : relisez bien…et bon courage pour la suite de vos rédactions sans vous laisser aller au « désarroi »…

  3. M.R SOURIT! C’est un grand succès. :)) Nous attendons toujours des réactions de la part du directeur, du professeur. Parce que le mimique précède la parole. Et dans le mimique, il y a de la voix, de la magie, il y a tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.