La charrue perdue entre les boeufs – Un dialogue entre un étudiant et son directeur de recherche.

– Bonjour Monsieur, avez-vous lu mon travail ?

– Oui, je l’ai lu. Deux fois.

– Ah oui ? Deux fois ? Ça vous a plu ?

– Non, ce n’est pas ça. Je l’avais déjà lu avant que vous ne me l’envoyiez.

– Ah bon ?

– Oui, j’avais déjà lu les textes de Wikipédia, les articles de Monsieur X, de Monsieur Y… Ipsis litéris.

– Je ne comprends pas.

– Vous avez copié et collé énormément, ça se voit tout de suite.

-Ah oui… C’est juste que parfois c’est tellement bien dit que je ne savais pas comment dire autrement.

-Vous savez, c’est vraiment grave ce type de problème. Ça peut être considéré comme du plagiat.

-Je sais bien. Je vais mieux paraphraser…

-Et citer les sources surtout !

-Je comprends. Mais vous avez bien lu la dernière version ?

– Oui, celle que vous avez envoyé hier soir ? J’ai vu que vous aviez envoyé deux mails, un a 21h et l’autre à 23h. J’ai bien pris en compte le dernier.

-En fait, je vous ai envoyé une dernière version ce matin.

– AH ! ça je n’ai pas vu… Mais dis donc ! C’est difficile de vous accompagner…

– Bon, ce n’est pas grave parce que sur votre salle d’attente j’ai encore fait quelques modifications. Voici la dernière version.

– Je m’occuperais de ça plus tard. Nous parlerons de ce que j’ai déjà pu lire de votre travail. Premièrement, avez-vous avancé sur vos lectures ?

– Oui, oui ! Je travaille de manière à créer des conditions qui permettent d’éveiller un effort très sérieux dans le sens du développement des mécanismes qui conduisent à produire un environnement propice à mes prochaines lectures.

-Je vois…

(Silence)

-Je vous signale que nous sommes mi-janvier et vous n’avez toujours pas un plan détaillé.

-Je sais, je sais, mais par contre j’ai déjà commencé à regarder quelques copies d’élèves et j’ai fait quelques statistiques. Cela prend du temps mais j’ai plein d’idées et…

-De toutes façons, il faudra définir des concepts avant que vous entriez sur la recherche purement théorique et les analyses. Puisque vous allez travailler sur le style des apprenants dans les productions écrites, vous allez beaucoup parler des genres textuels. Il y a beaucoup de chercheurs qui parlent des genres textuels, il faudra que vous lisiez sur cela pour ne pas vous planter sur les notions existantes.

-D’accord.

-Oui ! Vous mettez la charrue avant les bœufs. Deuxièmement, je ne suis pas sûr de comprendre votre titre.

-Je vous l’explique, moi je…

-Mais c’est exactement ça le problème. Un bon titre, cela devrait s’auto-expliquer. Il faut savoir plus au moins ce qu’on va trouver dans le texte.

-Mais c’est un jeu de mots. Et je voulais garder un peu le mystère et…

-Oui, je comprends, mais cela n’est pas un roman policier. Nous sommes dans un genre académique bien précis et avec énormément de règles par rapport à la forme. Vous qui allez travailler sur les genres textuels, devez connaître ça par cœur.

-Mais je ne veux pas faire un travail qui ressemble à tous autres autour !

-Bien sûr. Mais pour casser les règles il faut bien les connaître, et je vois par le texte que vous m’avez envoyé que vous n’êtes pas très familiarisé avec elles.

– …

– Je vois beaucoup de bonnes idées, mais la façon dont vous les exprimez n’est pas bonne. Je vous conseille quelques ouvrages sur l’écriture de la dissertation, le compte rendu, l’article scientifique, tous ces genres qui sont peut-être différents dans votre pays.

-D’accord. Merci Monsieur.

-Maintenant j’ai un autre étudiant à qui je dois parler. Nous nous verrons bientôt. Je vous enverrai cet après-midi mes commentaires sur votre texte.

-Ok ! A bientôt monsieur. Je vous écrirai quand j’aurai avancé dans mes lectures.

Danilo Andrade

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde

More Posts


3 réflexions sur « La charrue perdue entre les boeufs – Un dialogue entre un étudiant et son directeur de recherche. »

  1. Ton entretien fictif m’a beaucoup fait sourire. On sent immédiatement la bonne volonté de l’étudiant malgré sa difficulté à s’exprimer clairement et ses méthodes peu orthodoxes. De l’autre côté, le directeur de mémoire me semble bienveillant et indulgent derrière son air agacé.
    Avant de lire vos commentaires, je n’ai pas pensé que ton entretien exprimait les difficultés purement linguistiques que peuvent ressentir certains étudiants étrangers.
    Je crois qu’à ce stade de notre recherche, on a tous du mal à s’exprimer clairement sur notre sujet vu qu’il n’est pas encore clairement délimité… A mon sens, on peut donc tous s’identifier 🙂

  2. Merci pour ce passage ! Je pense que ça arrive souvent chez les jeunes étudiants étrangers. Un côté, ils veulent montrer leurs idées fraîches, l’autre côté, ils n’arrivent pas à s’exprimer clairement. Même si vous avez des idées originales, mais votre présentation n’est pas à la norme d’après ‘l’académie française’. Comment améliorer la compétence d’écrite chez les étudiants étrangers ? Nous avons beaucoup de nos collègues qui travaillent par-dessus.
    Je pense que nous pouvons travailler et retravailler sur les mêmes idées (sujets), le but est de progresser petit à petit dans la dissertation. Les nouvelles idées, il y aura toujours les nouvelles idées. L’importance est de bien travailler sur une seule et pas partir partout.

    1. C’est vrai! On a tellement de choses à dire! Mais il y a la barrière de la langue et du discours. Parfois, même si la phrase passe, le texte ne passe pas… A l’orthographie/syntaxe/bon usage du lexique il faut ajouter la cohérence, la cohésion, les adéquations au genre textuel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.