L’apport du cinéma en classe de langue étrangère. Quel message ? Un regard analytique sur le film saoudien Wadjda

L’utilisation des supports filmiques devient une pratique courante en classe de langue étrangère. Les films sont considérés comme « un objet d’intérêt et un déclencheur de motivation pour l’acquisition des langues »[1], ils représentent un outil culturel important pour l’apprenant étranger qui lui permet de s’imprégner les rituels d’une société à travers l’image, le son et les personnages.

Néanmoins, l’enseignant ne doit pas se laisser glissé derrière le message, souvent relatif, du réalisateur du film. Les scènes et le scénario doivent être discutés en classe afin de dissiper toute représentation fausse sur un peuple ou une société donné(e). C’est exactement ce cas-là que je souhaite aborder ici après avoir vu le film saoudien Wadjda.

wadjda-movie-poster-2013-1010768385

[2]

Ce film, m’a personnellement marqué par les questions qu’il aborde sur la société saoudienne en général et la vie imposée aux femmes en particulier. De plus, l’histoire est facile à suivre ce qui permet aux apprenants de focaliser non seulement sur l’outil culturel mais également linguistique.

Le film a remporté en effet plusieurs prix, dont le meilleur long métrage arabe au festival du film de Dubaï, et le Prix France Culture Cinéma au festival de Cannes. Il aborde l’histoire d’une adolescente saoudienne, Wadjda, qui souhaite s’acheter un vélo pour rouler avec son ami Abdallah. En négligeant les règles du bienséance de son pays et le refus de sa mère, elle participe à un concours de récitation du coran pour récolter l’argent nécessaire à la réalisation de son rêve. La jeune Wadjda n’a que 12 ans, son apparence vestimentaire est étrangère aux coutumes de son pays ; elle s’habille des jeans et met des baskets sous sa longue tenue noire, son voile ne couvre pas l’intégralité de sa tête. Elle met du vernis et aide ses amies à l’école à envoyer des lettres d’amour à leurs petits-copains. Cette différence, selon le film, reflète le caractère rebel de la fille.

On se demande pourquoi ce film a été ovationné dans plusieurs festivals internationaux ? Est-ce parce que ce film est le premier long-métrage saoudien, tourné dans son pays, ou parce qu’il a été réalisé par une femme saoudienne, Haifa Al-Mansour ? Je pense que c’est un peu de toutes ces raisons. Dévoiler ce qui se passe en Arabie, pays considéré fermé sans salle des cinémas et sans liberté féminine, est intéressant surtout quand c’est tourné et joué par une femme.

Ce qui est problématique dans le film, c’est la subjectivité, à mon avis forte, de la réalisatrice. Cela rend la compréhension du message difficile aux non-arabes ou même aux non-saoudiens. C’est exactement le cas des auteurs comme Eric Moreault qui ont analysé le film et qui se laissent glissé en admirant la subtilité de la réalisatrice pour faire passer ses messages politiques et sociaux à partir de la petite Wadjda. Dans son commentaire, Eric Moreault affirme le courage de la réalisatrice en : « […] osant aussi se moquer de la rhétorique qui pousse des jeunes à commettre des attentats-suicides et de la promesse qui leur est faite de retrouver 70 vierges au ciel »[3] .

On observe ici une exagération de sa part. Il généralise la raison pour laquelle des jeunes commettent des attentats suicides. La simplicité de cette interprétation n’est pas exacte, elle révèle l’ignorance du contexte politique de la région, et laisse adhérer à l’idée simplificatrice selon laquelle « les terroristes » ou les jeunes martyrs n’ont pas d’autre motivation que la récompense attendue au paradis.

Pourquoi la réalisatrice n’a pas abordé la grande question liée au droit des Saoudiennes à conduire des véhicules et elle s’est contentée d’évoquer une histoire simple d’une fille et son rêve de faire du vélo ? Il est évident que Hayfa Al-Mansour ne veut pas s’opposer au régime saoudien qui a inscrit l’interdiction du conduire pour les femmes dans sa constitution. De plus, elle a choisit la couleur verte pour la bicyclette qui symbolise la couleur nationale saoudienne. Dans la dernière scène du film, Wadjda pédale sur son vélo devant un bus public sur lequel sont collés des autocollants du drapeau saoudien ainsi que des images des hommes les plus puissants du pays avec la devise de l’État que l’on peut traduire comme suit : ”Que la gloire de la Nation soit perpétuée”. Selon le film, c’est la société qui est oppressante et injuste. Néanmoins, nous ne pouvons pas nier que les réformes concernant le statut des femmes doivent venir de l’État, dont le rôle est complètement ignoré ici. Au contraire, on voit la courtoisie de la réalisatrice à l’égard de l’État qui n’a pas censuré son film et l’a diffusé sur une chaîne nationale.

La réalisatrice a trompé en particulier les spectateurs étrangers dans cette dernière scène du film qui a été mal comprise et perçue probablement parce que les mots sont écrits en arabe. En dépit du succès du film, le message réel n’a pas été révélé, les spectateurs sont portés à croire que l’État favorise la libération des femmes mais que la société l’interdit. Je pense que l’enseignant est également un porteur du message en classe de langue étrangère. Le choix du film doit présenter des objectifs culturels et identitaires clairs et éviter les représentations stéréotypées sur un peuple donné. Il est, à mon avis, dangereux de se contenter des scènes de ce film pour expliquer la culture. Il faut aller au-delà de l’image et y réfléchir.

[1] Maury, Cristelle (2012) : « L’intégration du cinéma hollywoodien en classe de langue : réflexions sur quelques points de convergence disciplinaires », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXI N° 2 | 2012. Consulté en ligne le 5 décembre 2015. URL : http://apliut.revues.org/2661 

[2] Image : http://www.moviepostershop.com/wadjda-movie-poster-2013

[3] Moreault,Eric (2013) : «Wadjda: la rêveuse de bicyclette », leSoleil, publié le 10 août 2013 consulté en ligne le 1er décembre 2015. URL : http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/cinema/201308/08/01-4678274-wadjda-la-reveuse-de-bicyclette.php

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


9 réflexions sur « L’apport du cinéma en classe de langue étrangère. Quel message ? Un regard analytique sur le film saoudien Wadjda »

  1. J’ai regardé ce film quand il était sortie en France, c’était quand je faisais ma licence donc c’était il y a deux ans environ. Mais je le garde dans mon mémoire parce que j’avais un mini-choc culturel si on peut dire. Pour moi faire du vélo était une question évidente depuis toujours. Je ne me suis jamais posée cette question de permission ou d’interdiction parce que dans le milieu où j’ai grandi la question ne se posait pas. En ce qui concerne de didactiser ce film, selon moi comme t’as dit cela ne serait pas facile pour l’accès au sens pour les apprenants qui n’ont aucune idée du monde arabe. Donc je crois que dans ce cas l’intervention du professeur sera nécessaire pour qu’il y ait pas de mini-choc culturels ou des malentendus. Moi je l’ai regardé au ciné sous-titré en français mais il y a toujours des choses qui nous échappent quand on est face à des faits étrangères, inconnues que ça soit sur le plan linguistique ou culturel. Il faut quand même beaucoup d’effort de la part de l’enseignant de rester objectif tant que possible et de ne pas faire de la morale c’est que je trouve le plus difficile. Parce que les objectifs demandent aussi cette question. Enfin je te remercie pour ce travail qui m’a rappelé un très bon souvenir. J’ai adoré le personnage de Wajda et je ne te cache pas que je me suis identifiée à elle. Son charme, son dynamisme, sa persuasion, sa volonté et sa force, toutes ces qualités sont très bien interprétées et même si le film est purement social il y a des scènes que j’ai trouvées drôles et qui malgré la question social font sourire. Merci Amal!

  2. Je pense que projeter un film en classe de FLE implique nécessairement, inéluctablement l’intervention du professeur. Je me rappelle que pendant la deuxième ou troisième année de licence, on a projeté le film ” Misérable” de Victor Hugo, pas dans les cours mais pendant l’heure du déjeuner!
    Affamée, j’essayais de suivre le film, je connaissait déjà l’histoire mais restant une spectatrice passive, sans aucune activité proposée de la part du professeur, sans aucune discussion…ça ne m’ a pas apporté grande chose surtout au niveau linguistique.

  3. Merci Amal, j’apprécie beaucoup cette phrase : le choix du film doit présenter des objectifs culturels et identitaires clairs et éviter les représentations stéréotypées sur un peuple donné. Porteur du message, le film transmet également des stéréotypes. Selon mes entretiens des apprenants chinois, ils ont toujours l’impression que les films français établissent une image de la France romantique. Il n’est pas facile de les amener en dehors des stéréotypes si le film est le seul support en classe. Il faudrait que l’enseignant explique chaque fois qu’il existe des aspects artistiques et artificiels du cinéma, par l’introduction d’autres supports.

    1. Je ne suis pas spécialiste de cinéma mais à mon avis un film ne transmet pas toujours de stéréotypes fin cela dépend du film. Mais en ce qui concerne ce film je crois qu’il transmet beaucoup de vérités sur le monde d’Arabie saoudite et la question de la place de la femme dans cette société. On voit dans le film que l’école de Wajda est une école que pour les filles, que le père de Wajda se marie avec une deuxième femme. Pour moi ce sont des choses réelles qui existent d’après mes conversations avec des amis et mes lectures. Après les choses évoluent mais il y a encore de choses figées qui sont démontrées dans le film (faire du vélo pour le filles, place de la religion dans l’école, code vestimentaire etc).

  4. Un film “populaire” n’est pas un documentaire ou une encyclopédie.. Il est souvent romancé, surjoué, adapté et parfois même censuré pour respecter les limites imposées par l’Etat dans lequel on souhaite le diffuser.
    Malgré cela, son étude et sa diffusion en classe de langue (même si le film n’est pas étudié dans son intégralité) permet d’aborder la culture d’une manière différente. Je pense à “Bienvenue chez les ch’tis”, film français très caricaturé. Lorsqu’on le regarde on a l’impression que toutes les personnes du nord de la France ont ce fort accent prononcé et ne jurent que par le maroilles, ce qui n’est absolument pas vrai.. Cependant, ces stéréotypes, en plus d’être drôles, caractérisent une partie des nordistes français.
    Comme tu l’as souligné c’est au professeur d’ajouter des éléments externes au film pour exploiter les différents points socio-culturels ou linguistiques qu’il souhaiterait étudier. Ces éléments extérieurs devraient, en plus, permettre de ne pas uniquement fonder son jugement sur la vision d’un film.

    1. Bravo pour ces échanges mais il ne faudrait pas oublier qu’un film est une expérience (culturelle, artistique, éthique et même corporelle jusqu’à pouvoir s’endormir ou pleurer…) et donc qu’il serait nécessaire de poursuivre ces expériences plurielles par quelques activités simples qui les continuent et surtout peuvent faire penser à ce que le film nous a fait… Aussi, il ne faudrait pas compter que sur le savoir de l’enseignant mais sur le désir que tel film peut augmenter pour en savoir plus, pour confronter des connaissances en construction, pour lancer des discussions documentées et peut-être surtout pour visionner le film à nouveau (du moins quelque passages) car c’est par les reprises que les choses (y compris les clichés) vont se rejouer, se redessiner, prendre forme…

      1. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Il faut faire parler l’apprenant et surtout dévoiler quelque ambiguïté des scènes, des mots ou mêmes des expressions. Chaque film est un voyage à la fois socio-culturel et socio-linguistique. Mais le rôle de l’enseignant est crucial également. Nous nous référons à lui comme la référence la plus confidentielle sur la langue-culture en question. Ainsi, il me paraît essentiel que l’enseignant détermine bien les objectifs de son cours et essaie de discuter les représentations sociales abordées dans les films d’une manière plutôt objectif. Merci pour votre commentaire.

  5. C’est très intéressant comme projet de recherche! Le cinéma est un superbe outil en salle de classe, même si j’ai toujours un peu de mal à l’utiliser dû au manque de temps. On termine par utiliser des vidéos courts ou des extraits.

    Mais c’est sûr que, si l’image est déjà un bon véhicule des signes qui peuvent être transposés en langue, le cinéma, cet art si multiforme, est presque inépuisable.

    1. Merci Danilo,
      Ce n’est pas vraiment mon projet de recherche. Néanmoins, je trouve que le cinéma devient indissociable de notre quotidien et pourquoi pas nos pratiques d’enseignement des langues étrangères. Effectivement, on ne peut pas projeter un film à chaque fois dans les cours (manque de temps comme tu l’as dit), mais tu peux couper des extraits qui te semblent importants ou même faire une séance cinéma pour voir un film et puis en discuter. Le plus important est de bien définir les objectifs que tu souhaites atteindre en utilisant tel ou tel film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.