Du culturel vers l’interculturel. Le discours des manuels de portugais du Brésil

Il est question dans ce mémoire d’évaluer la capacité des manuels de portugais du Brésil à développer des compétences interculturelles chez les apprenants. Pour ce faire, seront analysées les stratégies qu’utilisent ces manuels pour rendre les apprenants capables de réaliser un retour réflexif sur leur propre culture et ainsi mener à une relativisation des systèmes de références culturelles.  Cette démarche nous permettra de comprendre comment de tels manuels visent à rendre les apprenants aptes à établir un contact et une relation entre cultures par la construction de passerelles dans un but d’enrichissement mutuel.

Au regard des études culturelles, le portugais brésilien a ceci d’intéressant que cette variante de la langue de Camões semble, dans les représentations qu’en a le monde, indissociable de la culture. En effet, il est courant d’entendre parler du «  brésilien » comme s’il s’agissait d’une langue indépendante du portugais. Pourtant, s’il existe bien des particularités propres à chaque système, elles ne permettent en aucune façon leur complète dissociation. De plus, la demande de cours de cette variante du portugais dépasse aujourd’hui celle du portugais du Portugal. Motivé par les clichés et les stéréotypes que véhicule le Brésil dans l’imaginaire des étrangers, son apprentissage devient la nouvelle découverte en terme de formations linguistiques en langue vivante.

Si, pour les raisons évoquées ci-dessus, une approche culturelle de l’enseignement de cette langue s’impose comme une évidence lorsque l’on feuillette les manuels qui s’y rapportent, il est normal que l’on s’interroge sur l’existence d’une approche interculturelle. En effet, rares sont aujourd’hui les sociétés que l’on ne pourrait pas qualifier de multiculturelles ; le savoir-être interculturel s’avère comme une nécessité pour faire face à l’intolérance et au racisme, d’autant que c’est en ayant conscience de cette réalité et de ces risques que le Conseil de l’Europe a insisté sur le sujet lors de la création du CECR. C’est en défense des valeurs démocratiques et d’une idéologie du respect d’autrui fréquemment ignorées que plusieurs chercheurs (Windmuller, Beacco, Puren, de Carlo) ont contribué à l’étude des approches interculturelles et à faire en sorte que les manuels et les enseignants la prennent en compte. Ainsi, cette étude se basera sur le concept d’interculturel exprimé dans le CECR (2001) et développé par le Conseil de l’Europe durant les dernières décennies. Des ouvrages comme Communicative Competence de Dell Hymes et Hymes et le palimpseste de la compétence de communication de D Coste, J.-F Petro et D Moore constitueront un appui théorique complémentaire en sociolinguistique et Esthétique de la création verbale de Bakhtine en analyse du discours. Les manuels choisis pour l’analyse sont quant à eux autour de quinze. Le choix s’est fait surtout par le critère de la disponibilité.

Les incursions culturelles soulevées dans les manuels viseront à répondre aux questions suivantes : les manuels de portugais brésilien préparent-ils les apprenants aux regards croisés implicites à toute interaction multiculturelle ? Ces manuels dépassent-ils une approche culturelle pour aller vers une approche interculturelle ? Partent-ils des savoirs sur la culture pour, dans les agencements pédagogiques, aider l’apprenant à s’ouvrir à l’altérité et à se décentrer ? Par quels moyens le font-ils ? Ce mémoire se terminera par des propositions pratiques permettant de combler les lacunes éventuelles de ces manuels.

Sachant que cette étude ne pourrait traiter de façon exhaustive un sujet aussi vaste, nous espérons enfin qu’elle permettra d’ouvrir des pistes pour son approfondissement ultérieur (comment les représentations culturelles intériorisées qui traversent les interactions et les négociations interculturelles se prêtent-elles à des agencements pédagogiques ? Comment l’exotisme empêche-t-il le développement des locuteurs interculturels ? etc.).

Bibliographie

Conseil de l’Europe (2001), Cadre européen commun de référence pour l’apprentissage et l’enseignement des langues, Paris : Didier

COSTE Daniel, PIETRO Jean François & MOORE Danièle (2012), Hymes et le palimpseste de la compétence de communication in « Langage et société no139 », Paris : Éditions de la maison des sciences de l’homme

BACHTINE Mickail (1984), Esthétique de la création verbale, Paris : Gallimard

BEACCO Jean-Claude (2000), Les dimensions culturelles des enseignements de langue, Paris : Hachette

DE CARLO Madalenna (1998), L’interculturel, Paris : CLE international

HYMES Dell (1972), On Communicative Competence in « Sociolinguistics », Harmondsworth: Penguin

PUREN Christian (2002), Perspectives actionnelles et perspectives culturelles en didactique des langues-cultures : vers une perspective co-actionnelle co-culturelle in « Langues modernes n° 3/2002 » Paris: APLV (Association française des Professeurs de Langues Vivantes)

WINDMULLER Florence (2011), Français langue étrangère (FLE) L’approche culturelle et interculturelle, Paris : Berlin

 

Danilo Andrade

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde

More Posts


4 réflexions sur « Du culturel vers l’interculturel. Le discours des manuels de portugais du Brésil »

  1. Bonjour Danilo! Je te conseille l’ouvrage suivant que je suis en train de lire:

    AUGER N. Construction de l’interculturel dans les manuels de langue. Fernelmont: E.M.E ÉDITIONS, 2007. 232 pages.

    1. Merci Gaelle!

      Je le mets dans ma liste! Il a l’air super et sera super important pour ma recherche. En ce moment je suis en train de lire des ouvrages plus généraux sur les manuels de langues vivantes et les manuels scolaires puisqu’ils sont la base de mon corpus d’analyse. J’essaye de définir le manuel en tant que discours et instrument politique. Ils ont un statut assez complexe, et je ne veux pas tomber dans les pièges de simplification avec un objet dont les enjeux sont si variés.

      En ce moment je lis les rapports de l’IGEN (il y en a trois sur les manuels scolaires) qu’on trouve en ligne, l’oeuvre d’Alain Choppin qui se consacre à l’histoire des manuels, et quelques revues intéressantes (Argos n 20, ELA. n 125) sur le suje. Il y a même une édition du Monde Diplomatique assez intéressante sur les manuels.

      Merci encore et bon courage avec tes lectures.

  2. Merci Olga. En effet, les manuels de portugais du Portugal et de portugais du Brésil ont un public différent. Parfois cela n’arrive pas quand les gens cherchent des cours d’anglais: ça leur est égal s’il s’agit de la variante américaine et la variante anglaise.

    Les portugais brésiliens (parce qu’il y en a plusieurs! Le Brésil étant si grand) a subi surtout l’influence des langues amérindiennes et des langues africaines, ce qui rend sa prononciation différente. On parle beaucoup moins vite aussi et on y fait des phrases plus longues.

    Un portugais: Dar-mo-ão.
    Un brésilien: Eles vão me dar isso.

    C’est un exemple extrême d’à quel point ça peut être différent. Mais les deux phrases veulent dire « ils me le donneront ».

    Les portugais préfèrent laisser le sujet de la phrase implicite (Eles), préfèrent le futur simple (darão) et utilisent les deux pronoms objets contractés (me + o = mo).

    Les brésilien expliciteront le sujet (eles), utiliseront le futur proche (vão dar), et préfèrent utiliser les pronoms démonstratifs (isso).

    Après, les deux formes sont possibles. Il y a des petites différences dans le lexique, aussi. Mais on communique bien et il y a une inter-compréhension.

  3. Danilo ton sujet est très intéressant car il montre la frontière culturel entre deux pays se trouvant dans deux continents différents mais partageant la même langue. Pourrais tu juste expliquer ce que c’est le portugais brésilien? Est-ce que les gens du Portugal et du Brésil parlent avec des accents différents et utilisent des mots différents comme c’est le cas de l’anglais en Angleterre et aux Etats Unis ? Comme j’ai eu des cours de portugais pendant un semestre je sais que par exemple pour dire portable on dit móvil ou celular et cela dépend d’où on vient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.