Enseignement de la grammaire du FLE par jeux en milieu universitaire

J’entends souvent dire que les jeux sont les activités bénéfiques pour l’enseignement des langues étrangères, aux enfants comme aux adultes. Cela revoie à l’idée que les jeux sont également efficaces à former les compétences grammaticales chez les étudiants en milieu universitaire.

Néanmoins, en tant qu’enseignante de la langue anglaise en milieu universitaire, j’ai eu l’occasion d’observer les cours de la grammaire du FLE menés par d’autres enseignants. Ainsi, j’ai pu remarquer qu’il y avait deux tendances à enseigner la grammaire :

  • des enseignants qui privilégiaient plutôt les exercices de la grammaire traditionnelle, mais utilisaient aussi les jeux;
  • des enseignants qui privilégiaient plutôt les jeux, mais utilisaient aussi les exercices de la grammaire traditionnelle.

Comme résultat, à la fin du parcours universitaire, les étudiants de ces deux types de pratiques d’enseignement de la grammaire du FLE n’avaient de connaissances grammaticales suffisantes ni à l’oral ni à l’écrit et comme conséquence, ils n’étaient pas acteurs autonomes.

Suite à cette expérience, ce qui me frappe, c’est l’idée d’apprentissage d’une langue étrangère par jeu qui est devenue tellement répandue dans le domaine d’enseignement des langues. J’essayerai donc d’examiner cette problématique en réfléchissant sur les questions suivantes :

  • Peut-on enseigner les spécificités grammaticales en milieu universitaire à l’aide des jeux pour que les étudiants les puissent apprendre ou s’agit-il plutôt de l’idéalisation du jeu?
  • Dispose-t-on de preuves scientifiques pour soutenir la conception que les jeux sont éducatifs?
  • Et puis, les jeux de langue, peuvent-ils être réductibles aux exercices?

Pour examiner cette problématique, je pense qu’il est important d’essayer de déplacer notre regard du produit sur la relation, qui se noue autour de ce produit. Plus précisément, du jeu, étant sans doute un élément précieux dans sa dimension agréable, motivante et créative, sur la relation entre jeux et éducation.

Tout d’abord, il est nécessaire de dire que “les vertus éducatives prêtées au jeu sont antérieures à l’existence de savoirs scientifiques permettant de le justifier”  [3, p.14]. Ce n’est que dès l’époque du romantisme que le jeu reçoit une nouvelle valeur et commence à être pris au sérieux et non pas comme une simple activité de divertissement des enfants. Jean-Paul Richter et Frobel sont les premiers à essayer de démontrer le jeu comme une activité éducative. Pour l’instant, selon Gilles Brougère [3], les chercheurs sont encore loin de pouvoir prouver la valeur éducative des jeux.

Quant à moi, je soutiens l’idée que même s’il peut y avoir des apprentissages qui passent par le jeu, cela ne signifie pas qu’il ne pourrait pas passer par d’autres voies. Mais de quelles voies s’agit-il?

Et puis, si apprendre une langue par jeu a l’idée que les jeux aident l’enseignant à stimuler les apprenants de réutiliser d’une façon nouvelle et créative les structures grammaticales déjà apprises, s’agit-il d’une nouvelle forme de la répétition des structures déjà acquises? Si la réponse est affirmative, cette répétition représente-t-elle vraiment la nature des jeux ou plutôt des exercices? Les jeux peuvent-ils être réductibles aux exercices?

En outre, dans ce projet de recherche, j’essayerai de réfléchir sur les questions suivantes :

  • Peut-il qu’en croyant montrer la valeur éducative du jeu, il ne montre que la valeur éducative d’exercices qui peuvent avoir quelques ressemblances avec les jeux?
  • Peut-il que “ce que nous croyons appliquer au jeu s’applique en fait à un autre type d’activité, quelque chose qui ressemble au jeu, mais qui en a perdu la spécificité liée au fait que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même” [3, p.17] ?

 

Pour pouvoir aborder toutes les questions posées, j’ai commencé à constituer ma bibliographie en consultant les ouvrages mentionnés ci-dessous. J’espère que mon lecteur les trouvera utiles pour ses propres recherches.

BIBLIOGRAPHIE

1. BESSE H., PORQUIER, Grammaire et didactiques des langues, LAL, Crédif, Didier, 1991.

2. BROUGERE G., Jouer/Apprendre, Paris, Anthropos, 2005.

3. BROUGERE G., Le jeu est-il éducatif?, Le journal des psychologues n0153, décembre 97 – janvier 98.

4. CARE J.M., DEBYSER F., Jeu, langage et créativité, Paris, Hachette/Larousse, 1978.

5. CUQ J. P., GRUCA J., Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble, PUG, 2005.

6. DE GRAVE S., Apprendre par les jeux, Bruxelles, Ed. De Boeck, 1996.

7. HUIZINGA J., Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Tel Gallimard, 1988.

8. Le Français dans le monde. Recherches et Applications N057, La grammaire en FLE/FLS. Quels savoirs pour quels enseignements?, janvier 2015.

9. Le Français dans le monde. Recherches et Applications, Jeu(x) et langue(s) : avatars du ludique dans l’enseignement/apprentissage des langues, à paraître en janvier 2016.

10. SILVA H., Le jeu en classe de langue, Paris, CLE International, 2008.

11. SIMARD C., DOLZ J., Pratiques d’enseignement grammatical. Points de vue de l’enseignant et de l’élève, Collection: Recherche en didactique du français, 2009.

12. WEISS F., Jouer, communiquer, apprendre, Paris, Hachette FLE, 2002.


VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

6 réflexions sur « Enseignement de la grammaire du FLE par jeux en milieu universitaire »

  1. J’ai trouvé l’article intéressant mais je n’ai pas bien saisi une chose. Quand tu parles de « jeu », tu parles de « jeu » en général ou bien du/des jeu(x) spécifiques qui ont le côté ludique etc. ? Parce que personnellement, je ne suis toujours pas convaincu par l’idée qu’il faut mettre du ludique dans le jeu pour améliorer la qualité de l’enseignement ou apprentissage d’une langue. Pourquoi on est obligé de passer par les jeux ludique pour « mieux » enseigner ou apprendre une langue étrangère? Quand un jeu n’est pas ludique, on apprend moins ou mal? Ton avis m’intéresse sur ce point. Merci pour ton partage!

    1. Alper, je te remercie pour ton commentaire montrant ta lecture attentive.

      Il y a beaucoup de chercheurs pour qui tout jeu est considéré comme ludique, c’est pourquoi dans cet article j’ai mentionné le jeu en général. C’est comme un premier essai. Néanmoins, je suis en train d’examiner de la manière plus concrète les jeux de langue et autres types de jeux présentés dans les manuels de FLE pour voir s’ils ont du côté ludique ou pas et s’ils représentent vraiment la nature de jeu. En jouant, on apprend à jouer et on sait qu’une forte compétence dans un jeu peut ne pas se traduire des progrès dans d’autres domaines. Ainsi, je me pose des questions sur le lien entre jeu et apprentissage, car il n’est pas évident. De plus, la majorité des jeux observés ne montrent pas vraiment le caractère ludique.

  2. Je trouve très intéressantes tes questions sur la tendance en FLE à l’apprentissage de la grammaire par le jeu, un jeu reconnu de tous comme source de motivation mais dont la valeur éducative reste à prouver, ainsi que ta proposition d’examiner comme autre voie d’apprentissage des exercices sous forme de jeux qui ne se limiteraient pas à eux-mêmes mais favoriseraient des compétences effectives en communication. J’ai hâte de lire la suite. Bonne continuation à toi, Anna.

    1. Marie-Christine, merci pour ton commentaire.

      Il sera intéressant à réfléchir sur l’idée soutenue par certains chercheurs que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, c’est-à-dire l’idée qu’en jouant on n’apprend qu’à jouer.

      Même en absence de preuves scientifiques concernant les relations entre jeux et éducation, il me semble nécessaire de continuer à construire une analyse fiable de ces relations.

  3. Peut-être que le grand problème du « tout-ludique » et que les objectifs linguistiques et communicatifs finissent par passer en second plan ?
    Le jeu permet certainement de faciliter le développement de certaines compétences en motivant les apprenants mais il faut bien garder en tête que le jeu doit SERVIR les objectifs visés et non pas les masquer.
    Il est facile de faire jouer une classe de 30 élèves de maternelle, et même de 30 étudiants, pendant une heure sans qu’ils n’apprennent quoi que ce soit…

    1. Thomas, merci pour votre commentaire.

      Je suis d’accord avec vous que les objectifs linguistiques finissent par passer en second plan. Et pourtant, les objectifs communicatifs sont au premier plan, car il y a l’idée très répandue que les jeux aident à APPRENDRE à parler de la manière grammaticalement correcte. Ainsi, les jeux servent d’objectifs visés (dans mon cas ce sont les objectifs grammaticaux) mais il n’y a pas de preuves scientifiques que c’est grâce aux jeux que les étudiants apprennent quelque chose et non pas grâce aux autres voies.

      C’est pourquoi le présent travail vise à essayer de répondre aux questions suivantes :

      Les étudiants, peuvent-ils apprendre par jeux la compétence grammaticale ou s’agit-il plutôt de l’idéalisation du jeu ?

      Les jeux, ont-ils vraiment la valeur éducative ?

      Quant à l’aspect motivationnel des jeux, je ne le nie pas dans ce travail. Bien au contraire, je soutiens l’idée que les jeux aident l’enseignant à intégrer le plaisir dans le processus d’apprentissage, motiver les étudiants à apprendre une langue étrangère, créer des émotions positives au bon déroulement de l’activité, créer la dynamique dans la classe, car les jeux permettent d’agir avec autrui. Néanmoins, mes observations des classes montrent que ce n’est pas évident que ce soient les jeux qui aident à apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *