la première rencontre imaginaire avec son directeur de recherche

Un jour, un étudiant arrive au bureau des professeurs pour la première rencontre avec son directeur du mémoire, un professeur qu’il ne jamais vu. Il est nerveux.

 

E : Bonjour Monsieur, je m’appelle Pascal, je vous ai déjà contacté par les mails, pour mon mémoire.

 
P : Bonjour, asseyez-vous.

 
Il s’assoit, sort son carnet et les livres qu’il est en train de lire.

 
P : Parlez-moi votre sujet de mémoire.

 
E : Euh, je voudrais travailler sur l’UPE2A.

 
P : Pourquoi vous choisissez ce sujet ? Il n’y a pas beaucoup d’étudiants en spécialité 1 qui choisissent ce sujet.

 
E : Euh… Pour le Master 1, j’ai fait un stage à une université dans mon pays natal. Mais comme je connais bien ce contexte, les manières d’enseignement, etc., je trouve que c’est un peu ennuyeux. Donc j’aimerais découvrir quelque chose d’inconnu, en France.

 
P : D’accord. Votre sujet est intéressant, mais il est trop vaste. Quelle est la problématique de votre mémoire ?

 
L’étudiant devient plus stressé, car il ne connaît pas vraiment ce qu’est une problématique. Mais il n’ose pas de poser cette question.

 
E : Hum… Je n’ai pas encore une problématique précise.

 
P : Vous n’avez pas lu les livres que je vous ai proposés ?

 
E : Pas encore. ( Il rougit, et montre tout de suite les livres à côté de lui.) Mais je suis en train de lire ces deux livres, et j’aimerais travailler sur l’écrit. Parce que dans l’article « Définition, priorités et approches méthodologiques du FLSCO »[1] de Fabrice Peutot, l’auteur dit que « Dans l’objectif de l’intégration scolaire des allophones, c’est la production orale longue, « le monlogue suivi », qui doit être privilégié comme propédeutique à la production écrite attendue à l’école, « la rédaction ». » ( Il lit l’article.) Mais moi, je trouve que l’écrit demande plus d’efforts. Parce que les élèves vivent en France, ils ont plus d’occasions de pratiquer l’oral, mais pour l’écrit…

 
P : Oui, mais pas vraiment. Il dit comme ça parce que son domaine de recherche est l’oral.

 
L’étudiant ne sait plus comment continuer la conversation.

 
P : Bon, l’écrit, je suis d’accord. Quelle est votre méthodologie de recherche ?

 
E : Ça veut dire ?

 
P : Méthode quantitative ? Qualitative ? Comparative ? Etc. Il est intéressant de faire la comparaison.

 
E : Euh, pour le moment je ne sais pas trop, mais j’envisage de faire des observations. Comme je suis étranger, en fait, l’UPE2A est tout à fait inconnue pour moi. Donc maintenant je lis des livres pour mieux connaître le contexte.

 
P : D’accord. Je vous conseille de lire aussi des mémoires sur ce sujet, ça peut vous aider. Et…

 
Une étudiante frappe la porte, le professeur a un autre rendez-vous, il est le temps.

 
P : On va terminer. Est-ce que vous pouvez attendre un instant ?

 
Cette étudiante sort du bureau et attend dans le couloir.

 
P : Alors, la bibliographie. Les deux livres que vous lisez, ( Le professeur indique les livres) ça c’est bon, mais l’autre est très didactique. Je vous conseille de lire des livres que j’ai mis sur mon blogue, ils pourraient être utiles pour vous. Vous avez l’adresse de mon blogue ?

 
E : Oui.

 
Le professeur regarde sa montre.

 
P : Vous avez des questions particulières concernant votre sujet ?

 
E : Pour le moment non. Vous savez que je ne connais pas bien le contexte.

 
P : Bon alors, je vous laisse, j’ai un autre rendez-vous. Cintinuez de lire des llivres, et n’hésite pas de m’envoyer des mails si vous avez des questions.

 

E : Au revoir, Monsieur.

 
P : Au revoir.

 
L’étudiant sort du bureau et reprend son souffle.

 

Référence bibliographique

[1] Fabrice Peutot, Définition, priorités et approches méthodologiques du FLSCO, dans le recueil Le français comme langue de scolarisation : Accompagner, enseigner, évaluer, se former, sous la direction de Catherine Klein, Futuroscope : CÉRÉN CNDP-CRDP, 2012.

Yiqun DONG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde, option recherche, à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

More Posts


4 réflexions sur « la première rencontre imaginaire avec son directeur de recherche »

  1. Chère Olga, je ne suis plus à Paris. J’y ai passé seulement un mois et demi.Peut-être que je le trouve par ici ou par là, si non la prochaine fois que je retourne en France, à Paris, à la Sorbonne! Pourquoi pas?!Joie!
    Merci beaucoup Olga.

  2. Fatemeh je crois alors que tu vas aimer le film dans tout son intégralité. Ce que je te propose c’est de l’emprunter avec ta carte étudiante à Paris 5 (c’est ce que j’ai fait) parce que si non c’est difficile de le trouver. Et oui t’as tout à fait raison ce film traite non seulement des points de bilinguisme et de plurilinguisme mais aussi le multiculturalisme et l’interculturel. Personnellement ce que j’ai vraiment apprécié dans ce projet ce qu’il montre que au final les résultats ne sont pas purement linguistiques. En se basant sur les approches plurielles et sur l’approche interculturelle, les élèves se connaissent mieux au fur et à mesure et se rapprochent entre eux mais aussi avec leurs professeurs. Et quand la famille s’implique alors là Vive le plurilinguisme et le multiculturalisme dans et hors le contexte scolaire !

  3. Merci Olga pour la présentation de ce film ; j’ai cherché sur Youtube pour voir son extrait et pour connaître davantage ce projet pédagogique et culturel. Après l’avoir vu, je me souviens de l’un de mes amis (écrivain et dentiste) qui vit au Canada et qui est invité à l’école de sa fille pour parler de l’Iran et de sa culture. Il raconte que les enfants posent d’abord une question : qu’est-ce que signifie le prénom de Rira (le prénom de sa fille). Après avoir expliqué le sens du prénom, présenté l’Iran, enseigné quelques mots persans, il avait une fierté non négligeable qui n’est pas dans le sens de nationalisme ni dans le sens narcissique mais d’être simplement accepté, vu en tant que tel dans un milieu scolaire et dans un nouveau lieu, nouveau pays qu’est le Canada.
    Ce film me rappelle aussi une expérience personnelle. Pendant mon séjour en France, j’ai vu pas mal d’arabes qui cachent leur langue maternelle en public, devant les autres ils se parlent en français et quand ils aperçoivent l’absence des autres, ils commencent à parler en arabe. Je trouve cette mentalité de vouloir cacher la langue maternelle ou la richesse de plurilinguisme, un mauvais signe … Je m’arrête là pour ne pas entrer dans les détails.
    Je suis vraiment joyeuse que de tels programmes peuvent résoudre le problème langagier des immigrés, améliorer leur intégration dans la société, etc. en France et partout ailleurs dans le monde.

  4. Moi aussi Yiqun j’ai fait mon stage l’année dernière à Créteil dans une classe de UPE2A et c’est vrai qu’il y a beaucoup d’aspects que l’on ne peut pas négliger. La situation sociale des enfants, leur biographie langagière, leur vécu avant la France… une classe dans laquelle les enfants viennent des tous les coins du monde! Je te conseille vivement de regarder le film de Mariette Feltin, 2008 ‘Raconte moi ta langue’. Il s’agit d’un projet où dans une classe de FLE les enseignants prennent en compte la/les langue(s) de leurs élèves. Ainsi, les enfants ne recommencent pas dès zéro dans une classe et ne se sentent pas inutiles et passifs mais au contraire eux et leurs familles participent activement pour un éveil aux langues de la classe de FLE en école publique. Ce projet valorise le bilinguisme et le plurilinguisme ce qui a comme conséquence l’intégration des enfants avec toutes leurs richesses linguistiques et culturelles dans ce nouveau environnement qui s’appelle la France et où désormais ils seront scolarisés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.