Compte rendu pour la journée d’études «Passages de Paroles, Paroles de Passages»

Pendant la journée d’études Passages de Paroles, Paroles de Passages du 7 octobre 2015, organisée par la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, la présentatrice Carla CAMPOS CASCALES nous propose une présentation concernant ses pratiques mises en place en Catalogne, dont le titre est La lecture comme réénonciation : exercice d’écriture avec Les fables de la Fontaine en classe de littérature en Catalogne.

 

Tout d’abord, dans la première partie de la présentation, Carla fait plutôt un état des lieux à propos de l’approche (ici dans le sens d’approcher) des textes du collège au lycée en Catalogne, elle dit qu’il existe des limites entre les élèves et les textes. Elle présente la manière de laquelle on travaille sur les textes : Au collège, l’apprentissage des textes, c’est pour créer le bagage patrimonial. Donc avant la lecture, on doit comprendre quelle est l’histoire littéraire, on présente le contexte historique, politique, linguistique des œuvres, on travaille sur les manuels, la biographie de l’auteur, etc. Dans les manuels préparés il n’y a pas de « vrai commentaire » (si l’on peut dire comme ça), car il y a seulement une toute petite place réservée pour le jugement critique personnel. Ensuite elle montre un exemple dans le baccalauréat de langue et littérature généraliste dans lequel l’écriture, l’expression libre des élèves sont restreintes. La présentatrice constate que cette méthodologie empêche l’écriture, les paroles des élèves et aussi la liberté d’approche des textes.

 

Dans la deuxième partie, Carla parle de ses pratiques mises en place dans un collège, pour rétablir les passages et les paroles avec Les fables de la Fontaine. Tout d’abord c’est la lecture à voix haute du texte Le loup et le chien. C’est une façon de faire toucher le texte. Elle explique que dès on donne la voix au texte, on est en train de faire les choix : le ton, le rythme, etc. C’est déjà une certaine interprétation. Pour les activités suivantes, elle demande aux élèves d’écrire leurs idées à propos de l’histoire après la première lecture, de réécrire l’histoire de leurs manières, et enfin d’écrire la suite de l’histoire. Ces activités favorisent la réflexion, l’interprétation, l’expression.

 

Ce qui est intéressant pour moi dans cette présentation est le fait que la manière de travailler les textes en Catalogne m’évoque l’enseignement de la littérature en Chine. Bien que les deux pays ( la Chine et l’Espagne) soient éloignés, l’enseignement de la littérature en Chine ressemble à celui en Catalogne. En Chine, selon mes propres expériences, on travaille aussi sur le contexte, la bibliographie de l’auteur, la compréhension des textes, etc. Quand on parle d’analyser des textes, on analyse des idées de l’auteur. Cependant, toutes analyses et interprétations ne sont pas acceptées, seules les analyses et interprétations correspondent aux réponses données sont « correctes ». Et comme les textes dans les manuels sont des textes plutôt « classiques » rédigés par des auteurs très connus, on fait très rarement des commentaires ou critiques sur ces textes.

 

À la fin, je voudrais dire que je suis honteuse de publier mon compte rendu d’une journée d’études qui a eu lieu il y a déjà deux mois ! C’est la première journée d’études (ou colloque) que j’ai assistée dans ma vie, et comme le sujet concerne la littérature que je ne connais pas bien, j’ai rencontré beaucoup de difficultés à rédiger ce compte rendu. En plus, ayant lu les beaux articles des camarades, j’hésite de publier mon compte rendu assez banal qui a été rédigé il y a lontemps. Mais bon, il est le moment de reprendre le courage et de repartir.

Yiqun DONG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde, option recherche, à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Compte rendu pour la journée d’études «Passages de Paroles, Paroles de Passages» »

  1. Merci de ton commentaire. Selon mes notes,l’humanité n’est pas le centre d’intérêts de Carla, dans sa partie je ne me suis pas rendue compte de l’humanité qui est vraiment abstraite pour moi. Cependant “enseigner les humanités en cours de FLE », c’est le sujet de Sonia DELMAS. Je suis d’accord que la littérature nous fait découvrir, comprendre, raconter quelque chose dans la vie. En plus, la littérature pourrait former les individus et approfondir la compréhension et l’intercompréhension entre les individus et les cultures.

  2. Ce qui intéressant de cette partie de Carla est le fait d’enseigner l’humanité à travers la littérature. Je pense que le texte littéraire fait pour nous dire quelque chose dans notre vie, sans le texte littéraire est difficile de parler de l’humanité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.