Du date* au premier rendez-vous avec son directeur de mémoire, il n’y a qu’un pas.

J’étais stressée.

Dans un peu moins de deux minutes, j’allais le voir. Non pas que je ne l’avais jamais vu, mais jamais en tête à tête. Je l’avais toujours admiré de loin, aussi bien son aisance lors des cours que son CV aussi épais que ma cuisse.

Préparer ce rendez-vous avait été toute une épopée, rien que pour lui envoyer un mail de trois lignes, je m’étais relue une quarantaine de fois. Aussi, attendre sa réponse, après ce premier mail dans lequel je lui demandais un rendez-vous, m’avait causé bien des insomnies. Qui, à notre époque, prend cinq jours pour répondre à un message ??? J’avais également pris énormément de temps à choisir ma tenue, même si j’entends dire que l’habit ne fait pas le moine, selon moi, il y contribue fortement. Je voulais paraître sûre de moi, sans faire prétentieuse et à en croire ma mère, c’était plutôt bien réussi.

Il était exactement six heures, zéro zéro, passées de sept secondes, quand Robert, a finalement ouvert la porte.

« Bonjour Monsieur Dagwoxyzk !

– Bonjour Marie. Votre mail était assez léger, exposez-moi votre sujet plus en détail, voulez-vous ? »

Oooh, me voilà toute rouge. Lui qui ignorait mon existence il y a encore un mois, venait de m’appeler par mon prénom. Bon, arrêtons de rêvasser, faut que je lui réponde.

« C’est pas faux. Alors, euh, en fait, moi, bah, en fait, moi je voudrais travailler sur euh, le français et le lingala en République démocratique du Congo.

– D’accord.

– En fait, euh, mon titre, hypothétique hein, ce serait « Conséquences linguistiques de l’avidité territoriale occidentale : étude de la RDC ».

– D’accord.

– Donc je sais pas, j’sais pas trop, j’ai trop d’idées en fait. Le truc, c’est que, euh, j’ai pas de problématique. J’ai, j’ai fait en sorte d’avoir des cours qui m’aideraient plus ou moins à répondre à certaines des interrogations que je me posais. Que ce soit, euh, concernant le plurilinguisme, les politiques linguistiques, l’anthropologie linguistique ou encore, euh, la didactique du français langue seconde.

– D’accord. Est-ce-que ça vous a aidé ?

– Euh, pour être honnête, certains beaucoup moins que d’autres. Mais le vôtre, beaucoup, c’est pour ça que je vous ai choisi d’ailleurs ».

Pour la première fois depuis le début de notre rendez-vous, il esquissait un sourire. N’en déplaise à certains, être un fayot, ça marche toujours.

« Merci. Vous êtes bien aimable. Vous avez un bon sujet. Qu’en est il de votre bibliographie ?

– Bah, alors en fait, j’ai découvert Louis-Jean Calvet, et j’ai lu plusieurs de ses ouvrages linguistiques. Sinon j’ai d’autres œuvres en tête, par-ci, par là…

– « Par ci, par là » devrait être nommé. On est déjà au mois de décembre. Le temps va passer très vite. Il faut vous mettre au travail.

– Oui, je sais, mais euh, je voulais me consacrer plus sur mes dossiers. Enfin, euh, ceux que je dois rendre au plus tard le dix-huit décembre.

– D’accord.

– Non mais j’travaille ! C’est juste que j’essaie de m’organiser du mieux que je peux en fait. Mais pour le second semestre vu qu’on aura peu de cours, euh, je me consacrerai entièrement et uniquement au mémoire.

– D’accord.

– Euh, d’accord.

– Je vous ai rédigé une bibliographie après avoir reçu votre mail. Tenez. Vous avez signalé que vous aurez du temps à partir du dix-huit décembre, tâchez d’en lire la moitié.

– D’accord.

– Je pense qu’on a fini pour aujourd’hui. Envoyez moi un mail lorsque vous aurez des idées de plans, je prends un peu de temps à répondre, mais je réponds donc ne me relancez pas.

– D’accord. Au revoir.

– Au revoir Marie. »

Qui l’aurait cru, le charme était rompu, Robert est un tyran. Le rendez-vous n’a duré que neuf minutes, mais j’avais l’impression qu’il s’était écoulé dix bonnes heures. Je vais voir si sa bibliographie va m’aider à trouver un plan, pas sûre… Croisons les doigts pour que le second rendez-vous se passe mieux.

J’suis stressée.

* Lire /deɪt/ et non /dat/.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts


7 réflexions sur « Du date* au premier rendez-vous avec son directeur de mémoire, il n’y a qu’un pas. »

  1. Merci Nora ! Même après plusieurs relectures, je vois qu’une erreur peut toujours se faufiler. Je vais faire la modification !

  2. C’est un billet très honnête et sincère je trouve; on se lie à l’étudiante qui fonde beaucoup d’espoirs dans son choix d’encadreur et que l’on voit progressivement déchanter au fil de l’entretien…
    D’ailleurs, je me rends compte que l’image de l’étudiant mal organisé et pas assez investi revient assez fréquemment dans le discours des professeurs….il faudrait peut-être rappeler que cela nous travaille au point de relire un e-mail une quarantaine de fois…
    P.S. Je crois qu’il y a une petite erreur sur la date quand l’encadreur demande de lire la moitié de la bibliographie avant le dix-huit septembre 😉

  3. Merci Tasnim ! Pour répondre à ta question, je n’ai pas fait apparaître les pensées du directeur de recherche, tout simplement parce que je n’en avais pas envie… A partir du moment où j’ai décidé de jouer sur les points communs qu’ils pouvaient avoir entre un rendez-vous galant et un rendez-vous, plus que formel, avec son directeur de recherche, j’ai préféré choisir, qui de Marie ou Robert serait mis à nu. Mon choix s’est porté vers Marie, car il m’était plus facile de me mettre dans la peau d’une jeune étudiante qui appréhende l’un des rendez-vous les plus importants de son année de master 2, que dans celle de son professeur.

  4. Un très bon commentaire qui m’a fait beaucoup rire et qui reflète très bien les pensées que peuvent avoir les étudiants dans ce genre de situations. Je me vois étonnement bien à la place de cette étudiante et ai tout à fait l’impression de ressentir son trouble et ses appréhensions.

  5. J’ai bien souri en lisant ton texte, ça m’a fait penser de ma première rencontre avec une directrice de recherche il y a quelques ans. L’admiration et le stress, c’est tout ce dont je me souviens…

  6. J’ai beaucoup apprécié ton dialogue fictif entre le directeur de mémoire et la jeune fille (toi-même, je suppose)
    Je trouve ça très intéressant, car nous avons d’une part les répliques du directeur et de l’étudiante, mais nous avons aussi les pensées de la jeune fille. La relation de recherche ici est plutôt formelle et je pense que Betty, au lieu de ressortir rassurée, s’en va avec une plus grosse boule au ventre encore. C’est très amusant et je pense que cela reflète bien l’angoisse et la panique liées aux premières fois, au PREMIER rendez-vous.
    Pourquoi as- tu (si je peux me permettre de te tutoyer) fais le choix de n’écrire que les pensées de l’étudiante et non celle de l’enseignant ?

  7. Tu as réussi à montrer de façon sensible et humoristique ce qui se passe dans la tête d’un étudiant perdu avant, pendant, et après le premier rendez-vous avec son directeur de mémoire.

    Un peu de stress, parce que les étudiants sont constamment stressés dans ce monde de brute.

    Un peu d’admiration et de pseudo-soumission face à un grand, un expert.

    Bref, un peu de sado-masochisme et beaucoup de travail en perspective.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.