La place de la grammaire dans l’enseignement du FLE en contexte exolingue

 

Il y a longtemps, la grammaire avait un rôle central dans la classe de FLE. L’enseignant était le maître qui donnait les règles suivies des exercices d’application basés surtout sur des phrases isolées, décontextualisées où la méthode principale était déductive-explicite. La grammaire était donc considérée «à peu près (…) une discipline qui constituait pour (nos grands-parents) l’un des piliers de l’enseignement des langues» (El Fitouri 2003:25).

Aujourd’hui la perspective par rapport à l’enseignement de la grammaire d’une langue étrangère a beaucoup changé. De nos jours, au centre du processus d’enseignement-apprentissage se trouvent les apprenants, ceux-ci étant invités à réfléchir sur la langue, le plus souvent à partir des documents authentiques, afin de privilégier l’apprentissage de la communication mise en situation.

Dans un contexte qui favorise de plus en plus la communication, on s’interroge sur la place que la grammaire occupe dans l’enseignement d’une langue étrangère et plus précisément du français.

En ce qui concerne notre mémoire, nous y aborderons cette question (de la place que la grammaire occupe dans le processus d’enseignement-apprentissage du FLE)  en milieu exolingue. Pour en parler, nous nous référerons pour l’instant à notre expérience en tant qu’enseignante de français langue étrangère, vu que nous n’avons pas encore connaissance de ce qui se passe chez les autres enseignants roumains; d’ailleurs nous envisageons de faire une étude plus approfondie à ce sujet, afin de déterminer des généralités concernant la place de la grammaire accordée en classe de  FLE, en Roumanie.

Nous nous permettons donc d’affirmer que même s’il est incontestable que l’apprenant apprend à communiquer en communiquant, il ne peut néanmoins se passer de grammaire dans les pratiques langagières. Par ailleurs, nous voudrions préciser que dans notre enseignement, nous avons toujours privilégié la grammaire, en pensant que la maîtrise de celle-ci était essentielle afin de bien communiquer. De plus, nous pensons que la grammaire est la composante linguistique la plus importante en classe de langue,  mais son enseignement doit être  réalisé dans une perspective communicative-actionnelle. 

En Roumanie, pays dans lequel je souhaite retourner enseigner, la maîtrise de la grammaire est essentielle afin de bien communiquer. On pourrait dire que pour les enseignants roumains, l’étude de la langue est liée à sa grammaire, à sa norme, à la manière correcte de l’utiliser et le même principe s’applique aux langues étrangères.

Dans ce contexte culturel spécifique et avec la tradition scolaire roumaine qui encourage le traitement grammatical de la langue, on s’attend à ce que la grammaire occupe une place importante dans le processus d’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère.

Bien qu’elle soit présente à tous les niveaux de l’apprentissage, mais sous des formes très variées, la grammaire mérite une place importante dans l’enseignement du français langue étrangère. Par ailleurs, nous retiendrons que pour une meilleure efficacité de ce processus d’enseignement, il faut associer les structures grammaticales et les tâches communicatives, ainsi que J.-L. Chiss le souligne  «la  vocation d’une grammaire en langue étrangère est de permettre l’accès à une compétence de communication où se trouvent associées les structures grammaticales et les tâches communicatives ». (J.-L. Chiss, 2002:137).

 

Bibliographie:

El Fitouri, Idriss (2003) : Le point didactique. Enseigner la grammaire du français aujourd’hui. Grammaire et didactique du français, Le français dans le monde, N° 328, p. 25-27 ;

Jean-Luis Chiss, (2002) Débats dans l’enseignement / apprentissage de la grammaire , Descriptions grammaticales et enseignement de la grammaire en français langue étrangère Cahiers de l‘ILSL N°13 , 2002, p.137 ;

 

 

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


5 réflexions sur « La place de la grammaire dans l’enseignement du FLE en contexte exolingue »

  1. Mirela, merci de partager avec nous la culture éducative roumaine où la place de la grammaire est centrale.

    Comme Amal, je pense aussi que la tâche de l’enseignant c’est de savoir choisir les méthodes en s’adaptant aux besoins du public dans la classe de FLE.

    Néanmoins, même si la place de la grammaire est importante, croyez-vous qu’il soit vraiment bénéfique de lui accorder une place centrale dans la classe de langue ?

    Quant à moi, il me semble qu’il soit important de tenir en compte que quand les apprenants arrivent chez eux, ils utilisent certainement leurs propres méthodes d’apprentissage de la grammaire. Ainsi, serait-il plus pertinent de leur monter qu’il y ait d’autres voies d’appropriation de la grammaire que celles de la méthode traditionnelle ou de celles de la méthode directe ? Qu’est-ce que vous pensez de la grammaire réflexive ? Peut-elle amener les apprenants aux compétences de communication ?

    1. Merci pour ton commentaire, Anna! Merci pour les questions, car elles m’amènent à réfléchir plus profondément au sujet de l’enseignement de la grammaire.

      Pour répondre à la première question, j’ai mentionné au début de l’article que c’était plutôt avant, que la grammaire avait un rôle central dans la classe de FLE, mais que son enseignement était important même aujourd’hui, car la maîtrise de la grammaire est essentielle pour une bonne communication.

      En effet, je suis d’accord avec toi et Amal, il faut adapter les méthodes d’enseignement aux besoins du public.

      Je suis pour la grammaire réflexive, car elle est fondée sur le raisonnement grammatical et non pas sur l’énoncé des règles, ainsi elle devient une activité réflexive sur le fonctionnement et sur l’usage des langues. Elle permet aux apprenants en FLE de construire progressivement leurs connaissances grammaticales, à travers un processus à plusieurs étapes: la découverte, l’observation, la formulation des hypothèses, la vérification et la formulation des règles grammaticales. A mon avis, elle s’adresse aussi aux apprenants francophones; enseigner la grammaire à ceux-ci suppose les mettre dans une posture réflexive à propos d’un savoir-faire qu’ils maîtrisent déjà – leur pratique de la langue française.

  2. Merci de votre partage sur la grammaire! Dans l’enseignement de n’importe quelle langue étrangère, la grammaire est considérée comme un pilier d’un édifice. Mais chez les apprenants, ils apprennent par cœur les règles grammaticaux, souvent cela devient une peine chez les apprenants. Comment situer la place de l’enseignant dans une classe de langue sur la grammaire? Les méthodes qu’on a appris ne sont peut être pas toujours pertinents si le publique et le but d’apprentissage sont différents.
    Je souhaite que nous, les futurs enseignants de français ou les autres langues étrangères, nous pourront élaborer le cours de langue en grammaire comme un plaisir chez les apprenants.

    1. Je vous remercie pour votre commentaire!Vous avez tout à fait raison, beaucoup d’apprenants “apprennent par cœur les règles grammaticales” d’une langue étrangère, c’est exactement ce que la plupart d’entre nous l’avons déjà fait en apprenant le français, par exemple. Il faut qu’on réfléchisse bien à la manière dont nous pourrions enseigner la grammaire pour que les apprenants soient capables de communiquer dans de différents situations. Les méthodes les plus efficaces, je pense que nous les découvrirons au fur et à mesure que nous exercerons ce métier, d’enseignant de FLE.

  3. Le sujet que vous abordez est très important. Est-ce que vous êtes pour l’enseignement de la grammaire à travers l’approche communicationnelle ? De mon expérience dans l’enseignement des langues étrangères (arabe et français), j’ai remarqué le besoin de la majorité des apprenants aux règles explicites proviennent de la méthode plutôt direct. A mon avis, il ne faut pas se contenter avec les méthodes récentes mais à s’adapter selon le public que nous avons en classe de langue. Je trouve que le travail sur la langue est effectivement demandé mais il n’est pas toujours efficace. Certains apprenants demandent eux-mêmes d’avoir une règle claire devant eux (un modèle selon lequel ils peuvent construire des phrases ou comparer avec la structure de leur langues premières.

    Quelle méthode préférez-vous en classe de langue ? La changez-vous d’un public à l’autre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.