Colloque : La Grammaire de la Cause

Colloque : La Grammaire de la Cause

23, 24 octobre 2015, à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne

Organisation : Stéophane Viellard, Irina Thomières

http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Cause_Pr_Final_18_octobre.pdf

 

Ce colloque se situe plutôt dans le domaine de la linguistique. J’y ai assisté pour savoir d’abord comment cela se passait dans ce domaine si proche de la didactique des langues étrangères mais qui n’est pas, à mon avis, suffisamment abordé en formation de Français Langue Étrangère. Bien sûr, le travail des linguistes était totalement différent de celui en didactique. Notamment ce qui m’a marquée, c’est le fait que leur objet d’études était extrêmement cerné (ou c’est peut-être seulement moi qui a pensé comme cela, parce que la problématique de mon mémoire n’était pas encore tout à fait précise à ce moment-là…). Par exemple, il y a eu une présentation sur « les noms composés de l’odeur en russe ». (Mais LES NOMS COMPOSÉS DE L’ODEUR, vous vous rendez compte !?) L’objet d’études pour un chercheur, ce serait sa vie quotidienne pendant des années… Bref, je voulais simplement dire combien il est important de trouver un sujet qui nous intéresse.

J’espérais également, en assistant au colloque, pouvoir apprendre quelque chose sur le fonctionnement de la langue française. Et cela a été une bonne occasion. À titre d’exemple, David GAATONE (Université de Tel-Aviv, Israël) a proposé une présentation, intitulée Le jeu complexe de deux constructions causatives en français : quelques remarques. Elle a porté sur deux constructions, « le verbe faire + infinitif » et « faire que P », plus précisément sur certaines ambiguïtés qu’elles peuvent engendrer et la grammaticalité et l’agrammaticalité complexes dans ces constructions.

Je vous présente seulement quelques-uns des exemples donnés parmi la soixantaine suggérée par le chercheur.

Exemples (* = marque de l’agrammaticalité)

a)-Il descend (les valises/*les passagers).

-Il fait descendre (*les valises/ les passagers).

-Il fait descendre (les valises/*les passagers) par le porteur.

→ traitement différent selon la nature du complément d’objet                    directe (animé ou inanimé ?)  

b)-*Ce repas a fait être les enfants heureux (a rendu les enfants                      heureux).

       -*Cet incident me fait devoir partir (m’oblige à partir).

→ incompatibilité de faire avec les infinitifs des verbes copules,                 auxiliaires, semi-auxiliaires et les apparentés (ex. avoir, être,                      devoir, pouvoir, etc.), si la structure est employée pour la                             causalité

c)-Tout cela (fait qu’il a besoin de la foi/*lui fait avoir besoin de la                foi).

→ incompatibilité de faire avec la construction avoir + nom sans                    article

 

Voilà, je pense que vous avez compris l’esprit du colloque.

En écoutant, je me suis dit si seulement tous les enseignants de français langue étrangère pouvaient expliquer un point de grammaire de façon aussi détaillée. L’esprit ouvert aux autres cultures et les connaissances en didactique ne remplacent pas les explications précises sur des règles de grammaire et des faits de langue.

Pour finir ce petit billet, je voudrais ajouter que ce colloque m’a surtout rappelé le plaisir d’étudier une langue comme objet bien aimé et pas seulement comme moyen de communication.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


6 réflexions sur « Colloque : La Grammaire de la Cause »

  1. Arigato Sayaka pour ton partage qui m’a fait réfléchir sur l’idée qu’il faut montrer aux apprenants la logique ou l’illogique de la grammaire pour que les apprenants, eux-mêmes, réfléchissent sur les phénomènes grammaticaux de la langue. Sinon, à force de répéter les mêmes méthodes d’apprentissage de la grammaire, on n’aboutira jamais au point où les apprenants seront capables de porter un regard réflexif sur la grammaire de la langue qu’ils apprennent.

    1. Alper, arigato pour ton commentaire!
      Oui, exactement. Quand on comprend la logique d’un point grammatical, on l’intériorise plus facilement et on peut appliquer la règle à un autre cas aussi. Et dans la plupart des cas, il y a une logique ou une logique de l’exception !

      1. On arrive au phénomène de “Grammaire interiorisée” je crois. Après il y a meme des linguistes qui défendent l’idée que la grammaire n’existe pas. Plus on discute, plus cela prend une autre dimension compliquée. A méditer…

        1. Ils sont intéressants, les linguistes… Parfois un peu extraterrestres dans le bon sens.
          Oui, à méditer !

  2. Merci Sayaka de partager ce que tu as vu et ressenti à travers ce colloque. Au sein de la didactique des langues, les domaines linguistique et didactique se recouvrent l’un à l’autre. Mais moi aussi, j’ai impression que les éléments linguistiques sont parfois laissés à côté chez les enseignants. Ton article me fait penser la nécessité de réfléchir sur la langues française plus profondément par plusieurs domaines afin de mieux répondre aux besoins des apprenants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.