Parler plusieurs langues : le monde des bilingues

12241528_894903343926208_4700650556314147980_n
https://www.facebook.com/dunelanguealautre/photos/a.138810736202143.35330.138810032868880/894903343926208/?type=3&theater

 

Ce billet fait l’objet d’un compte-rendu de la conférence intitulée : Parler plusieurs langues; le monde des bilingues tenue par le professeur François Grosjean.

Dans le cadre de la journée internationale des droits des enfants qui commémore l’anniversaire de la Convention internationale des Droits de l’Enfant signée le 20 novembre 1989, DULALA (D’une langue à une autre) n’a pas fait exception et a prévu une conférence prononcée par François Grosjean, professeur émérite à l’université de Neuchâtel (Suisse) portant sur le bilinguisme en général et le devenir bilingue de l’enfant en particulier.

Les locaux de la Mairie de paris à la mission politique de la ville et intégration « DDCT »; situé au 6 rue du département paris 19 eme, ont accueillis le jeudi 26 Novembre de 18h à 20h, des chercheurs, praticiens et étudiants futurs chercheurs ou enseignants, dans le but de mieux comprendre la réalité qui caractérise tant de gens à travers le monde qu’ils soient adultes ou enfant,à savoir le bilinguisme.

À ce titre, le professeur franco-suisse rappelle que l’éducation de l’enfant doit viser à : « inculquer à l’enfant le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles, ainsi que le respect des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, du pays duquel il peut être originaire » Article 29, Convention internationale des Droits de l’Enfant.

En s’appuyant sur son dernier ouvrage sur le sujet et premier en français, qui s’intitule  Parler plusieurs langues, le monde des bilingues , le psycholinguiste et spécialiste renommé du bilinguisme et du biculturalisme rappelle les aspects linguistiques et psycholinguistiques  revenant sur le mythe du bilingue parfait et son corollaire, à savoir les interférence et les prétendus retards du développement cognitif. En effet, pendant très longtemps et au profit du monolinguisme, le bilinguisme était vu comme une altération de l’intelligence et une tare des compétences acquises en langue maternelle. Cette dépréciation disparait au fil des recherches et des expérimentations jusqu’à que l’on a constate que l’individu bilingue bénéficie d’une malléabilité et d’une souplesse cognitives bien supérieures à celles des unilingues. En outre, Il a également répondu à un ensemble de questions concernant l’éducation bilingue et biculturelle : Quelles sont les caractéristiques du bilinguisme ? Quels facteurs mènent au bilinguisme ? Quels en sont les effets ? Qu’en est-il du biculturalisme et de l’identité biculturelle?

Selon l’auteur du livre, la plus simple définition qu’on peut donner à la notion du bilinguisme, qui malgré son étendue, reste méconnue et victime d’idées reçues, est : « L’utilisation régulière d’une ou plusieurs langues ou dialectes ». Par ailleurs, François Grojean attire l’attention de son auditoire et ses lecteurs sur l’étendue de ce phénomène, notamment en France. Ce pays qui est devenu un carrefour d’entrecroisement des langues et le lieu par excellence des brassages culturels, compte aujourd’hui environs 400 langues dans son territoire . En effet, la réalité sociolinguistique de la France contemporaine amène à distinguer, à côté des langues régionales et des langues étrangères, des langues parlées par de nombreux Français, issues d’immigrations et donc sans lien avec une aire géographique particulière, mais qui y sont implantées depuis longtemps. Pour autant qu’elles n’aient pas de caractère officiel à l’étranger, ces langues, dites non-territoriales, forment avec les langues régionales ce qu’on appelle les langues de France. À titre d’exemple l’Arabe dialectal dans ses diverses variétés parlées en France, distinctes de l’arabe « littéral », officiel dans plusieurs pays.

Suite a ce constat, deux intervenantes; une du CASNAV et une responsable de la délégation générale à la langue française et aux langues de France assurent que la France est en train de produire des efforts remarquables quant aux langues issues de l’immigration d’où son implication à l’éveil aux langue; approche méthodologique qui développe des attitudes de tolérance et d’ouverture à la diversité linguistique et culturelle, favorisant et renforçant,ainsi, l’intérêt pour les langues en développant des aptitudes susceptibles de faciliter l’apprentissage d’une langue étrangère.

« Dans le domaine de l’identité, quel est le biculturel qui ne se soit pas posé la question de savoir qui il est et à quelle culture il appartient ? » ajoute le conférencier en soulignant que le le dilemme du biculturel, c’est qu’il confronte les membres d’une culture donnée a se catégoriser, leur omettant la possibilité d’appartenir,en même temps, à une culture A et une culture B; car ils estiment que la  catégorisation semble faciliter l’interaction sociale. Or ce choix peut s’avérer traumatisant : « …Si chaque fois qu’il s’affirme français, certains le regardent comme un traitre, voire comme un renégat, et si chaque fois qu’il met en avant ses attaches avec l’Algérie, son histoire, sa culture, sa religion, il est en butte à l’incompréhension, à la méfiance ou à l’hostilité. » Amine Maalouf (1998).

En somme, l’intervention fut riche en sujets et en informations. François Grosjean donne terme à la conférence avec une conclusion très touchante en citant un extrait  de la “Lettre à mon premier petit enfant” : ” Étant donné que tes parents et grands-parents proviennent de cultures différentes, tu deviendras biculturel rapidement. Tu apprendras à t’adapter à chaque culture et à passer de l’une à l’autre tout en combinant et synthétisant différents aspects de celles-ci. Il faut espérer que chacune accepte ton identité biculturelle et ne te force pas à choisir l’une au détriment de l’autre. Comme membre de chacune de tes cultures, tu deviendras très rapidement un intermédiaire entre les deux.”

 

Références : 

 

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook


2 réflexions sur « Parler plusieurs langues : le monde des bilingues »

  1. Cette conférence confirme aussi que le bilinguisme est la norme et que le monolinguisme est l’exception! Ce stéréotype de bilinguisme rare doit être déconstruit sachant que dans notre siècle nous sommes toujours confrontés à la diversité même si on n’en est pas conscients. Bien sûr il s’agit pas ici d’un bilinguisme parfait (ce qui est très rare) mais on a tous eu un contact avec une autre langue qu’on soit bilingues ou “monolingues”. Et pour donner un exemple un francophone “monolingue” est-il vraiment monolingue quand 400 mots de sa langue viennent de l’arabe? C’est-à -dire 200 plus que ceux qui viennent du gaulois! jupe, assassinat, amalgame, abricot, alcool, café, échec, satin … Y a-t-il des francophones qui ne connaissent pas ces mots? Cela s’appelle bilinguisme minimal; la connaissance des notions et des mots d’autres langues. Donc le monolinguisme existe-t-il vraiment quand une langue a eu des contacts avec d’autres langues? (n’oublions pas qu’à part de l’arabe de centaines de mots en français viennent du grec, du latin, des langues germaniques…). J’y répondrais ; ‘Le bilinguisme est la norme et le monolinguisme l’exception’.

    1. Merci Olga pour cette prise de position ferme et bien argumentée : Oui ! nous sommes tous plurilingues souvent sans le savoir et mieux vaudrait le savoir un peu, beaucoup, passionnément ! comme vous ! L’enjeu est évidemment politique et didactique ! A nous de trouver par des démarches simples dans tous les contextes d’enseignement les moyens de le faire savoir, d’en faire un savoir actif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.