A temps

« Votre mémoire est à remettre en deux exemplaires au secrétariat du département avant le 6 juin 2016 à 16h » a écrit Thomas.

Moi aussi, je l’ai entendu.

Et lorsque le compte à rebours a été déclenché alors que cela ne faisait même pas dix jours que j’étais dans les bâtiments, je me suis dit que je n’allais pas y arriver, que je n’avais pas ma place ici, que ce n’était peut-être pas un hasard si je n’étais toujours pas administrativement inscrite et qu’il valait mieux que j’abandonne. Abandonne.

Au moment où j’étais prête à lâcher, tout au fond de moi quelqu’un s’est écrié. Ce n’est pas possible, tu en as besoin de ce Master, pas seulement du diplôme mais de tout ce que tu entends. Langue, enseignement, acquisitions, hypothèses, apprendre, traduire, la grève, la panthère noire… Cela fait trois ans que tu enseignes le Vietnamien aux enfants, tu commences à tourner en rond, tu as vraiment besoin de te renouveler, de te poser, analyser, comprendre, apprendre.

Mon autre moi est alors entré en jeu pour le calmer. Ca suffit. Bon c’est vrai, tu ne travailles pas à plein temps même si tu as un enfant. Enfin tu n’en as qu’un. Oui d’accord un c’est parfois plus compliqué que deux. De toute façon, il n’est pas question pour toi d’un deuxième. Tu ne vas pas tomber enceinte. Il ne te reste plus que l’accident ou la maladie. Calme-toi. Il y a peut-être aussi moyen de faire autrement.

Pourquoi ne pas faire simplement de ton mieux et tu verras bien où cela te mènera.

Je vais faire de mon mieux et je verrai bien où cela me mènera.

Faire de mon mieux c’est bien beau mais dans une journée il y a 24 heures, il m’en faut au moins 7 pour dormir, plus les cours, le transport, les devoirs, les repas, la maison, les câlins… la vie quoi. Ce n’est pas possible, il faut que j’en élimine. Des ateliers de Vietnamien. Je n’en ferai plus que deux au lieu de trois. Idem pour les ateliers d’échanges de conversation que j’ai commencés l’année dernière à Paris 7. Avec le prof, on avait dit deux et par la suite trois. Je vais lui écrire que je suis débordée et que je n’en ferai pour l’instant qu’un seul. Pour le deuxième, on verra au second semestre. Il sera toujours temps de me désister à ce moment-là. Cela ne fait pas très sérieux mais je n’ai pas le choix. Demain matin, j’irai voir le maître pour lui demander de reporter l’exposé sur Paris. Je ne peux pas. Et l’exposé et l’anniversaire à préparer, je ne vais pas m’en sortir. L’anniversaire, je ne peux pas le reporter. On a qu’une fois dix ans mais pour l’exposé, j’espère que le maître sera d’accord. Et puis pour les sorties de classe, cela attendra l’année prochaine s’il y en a encore.

Je me sens un peu plus légère, enfin moins étriquée. Je vais pouvoir me poser, apprendre, analyser, comprendre. Je commence mes petites réunions du mardi, jeudi et vendredi matin pour les travaux en sous-groupe. On se distribue les tâches. Je commence mes lectures.

Toutes ces discussions, ces échanges si riches. On a une idée. L’autre répond. Voilà qu’une autre arrive. Cela n’arrête pas de rebondir.

Régulièrement le lundi matin, Madame Bergé[1] nous fait un point sur l’actualité littéraire et culturelle pour nous inciter à aller au théâtre, au cinéma, à des lectures, des expositions, des conférences. Ca donne envie. Je ressors. Je trouve du temps et me rends un samedi après-midi au Théâtre du Vieux Colombier.

Je ne savais pas alors que ce serait ma première et dernière sortie. Pas à cause des attentats. Seulement parce que mon temps est décompté. Il y a des dates butoirs. Il faut se dépêcher. Les vacances de la Toussaint sont passées. C’est maintenant que les choses vont se précipiter. C’est la dernière ligne droite.

Dernière ligne droite.

J’ai tellement l’impression qu’apprendre c’est prendre des chemins détournés.

Pour cela il faut du temps, le temps de prendre son temps… sans le perdre, rajoute-on.

Perdre son temps. Est-ce qu’on peut vraiment perdre son temps ?

Je me souviens d’un atelier d’écriture quelque part du côté de Tours. On avait eu pour consigne de perdre une heure de sa vie et on avait juste une heure pour perdre une heure. Allez perdre une heure ! Comment faire pour perdre une heure c’est la question que je suis posée au début jusqu’à ce que j’y renonce. Je me suis alors assise dans un coin de grenier, me suis laissée aller, aller à écrire, pas sur une feuille non, on n’avait pas le droit. C’était le temps d’après. Juste écrire sans feuille.

Monsieur Lumbroso[2] disait qu’on vivait à une époque où on ne pouvait s’empêcher de faire plusieurs choses à la fois. Combien de fois derrière nos ordinateurs on faisait autre chose tout en écoutant son cours. Lui aussi s’est déjà surpris à en faire de même.

C’est notre époque, celle de la technologie, du multitâche qui le veut. C’est important le multitâche. C’est l’avenir. Mais ce n’est pas suffisant.

Il faudrait aussi réapprendre à être dans un cours, dans une conversation, être avec l’autre, écouter, attendre, attendre sans compter, sans compter son temps pour qu’autre chose naisse dans ce temps du lien, le temps de la réflexion, le temps de la distance, de la distance entre l’autre et moi, de la distance entre la théorie et la pratique.

C’est pour ça que je me suis inscrite à l’Université, pour réfléchir sur ma pratique. Où donc pouvais-je prendre le temps de réfléchir si ce n’est en formation, à l’Université ?

Dans la vie, on n’a pas le temps. On est sans cesse dans l’action. Réfléchir, se remettre en cause demande de se poser, d’écouter, échanger, être avec l’autre, avec les autres, avec soi-même. Mais voilà l’Université a, elle aussi, maintenant ses impératifs. Elle doit vivre avec son temps, le temps de la production.

Master 1 : un an. Master 2 : un an. Thèse : trois ans.

Ce n’est pas facile. Pas facile pour nous. Pas facile pour elle.

Comment faire dans ces conditions pour être dans son temps tout en prenant le temps ?

 

 

[1] Aline Bergé, Maître de conférence à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en Littératures française et francophones.

[2] Olivier Lumbroso, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en Langue et littérature françaises.

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts


4 réflexions sur « A temps »

  1. Prendre le temps… belle locution. Quoi qu’on fasse dans notre vie on sera toujours en train de rater des choses… Alors pourquoi pas ; « Prendre le temps pour faire nos choix » qui dit choix dit consacrer du temps pour ces choix qui dit temps dit notre vie… Einstein le dit le temps (les secondes, les minutes, les heures, les jours de la semaine etc ) c’est une invention humaine pour satisfaire certains besoins. Besoins d’organisation je ne sais pas mais comme dans le cas de la téchnologie à nous de voir si on va être esclaves ou maîtres du temps ou de la technologie. Mais on est quand même humains ce n’est pas toujours évident. Moi même étant une ambitionnée passionnée je me dit souvent il faut faire des choix de toute façon je vais toujours rater de choses je ne peux pas être ni omnisciente ni omniprésente. Comme on dit en anglais « LESS IS MORE ». Dès les premières lignes de ton article Christine je me suis souvenue de cette chanson de Sinsemilia « Prendre le temps » que je partage pour tout le monde https://www.youtube.com/watch?v=TkkWOHDBhbY

  2. Cela fait du bien de vous lire et donc de prendre le temps de réfléchir au temps… qu’on perd ou qu’on gagne ou plutôt (car qui perd gagne…) qu’on (se) donne… pour vivre avec le temps – c’est-à-dire pour inventer le temps car ce dernier n’est qu’une catégorie que la société, l’économie, l’Université, le surmoi et tout le reste construisent, défont, volent, instrumentalisent… Alors, oui, il s’agit d’inventer le temps (perdu, retrouvé ?) au coeur de ce qu’on écrit, dit, pense, vit. Il me semble que justement l’écriture du mémoire est du coeur des études un levier pour inventer du temps qui soit du temps pour vivre, penser, écrire, lire. A chacun.e de chercher-trouver dans et par l’écriture cette recherche : Marie-Christine, vous l’avez engagée, cette recherche, et votre billet est à glisser quelque part dans les interstices de votre projet de mémoire tout comme les allusions que vous faites aux cours-séminaires sont à reprendre également. Il me semble que ce sont ces constellations qui doivent illustrer (donner lumière) à votre recherche qui, au premier abord, en est éloignée mais qui, au fond (du ciel étoilé!), en est si proche, si pertinente. On va y revenir prochainement après Georges Didi-Huberman avec Ivan Jablonka et Adorno… Encore merci pour ce texte qui n’est pas qu’un « témoignage » mais une recherche du temps.
    Sur la question, il faut lire le beau texte de Emile Benveniste : « De la subjectivité dans le langage » (1958) dans Problèmes de linguistique générale 1 (Gallimard, 1966, p. 258-266) : « le domaine de la subjectivité s’agrandit encore et doit s’annexer l’expression de la temporalité ».

  3. Le temps ? Hum.. On m’a toujours dit qu’il y avait un temps pour chaque chose. Moi, grande souveraine de la procrastination, arrivant bien trop souvent à me perdre face à la charge de travail qui nous est donnée, ajoutée à nos (pré)occupations personnelles et professionnelles, j’ai cette manie de tout faire en même temps.. L’un de mes grands souhaits serait que les jours soient rallongés de (au moins) cinq heures, mais face à ma demande, le gouvernement n’a rien voulu entendre..
    Du coup, je pense donc qu’il faut savoir s’organiser, alléger son emploi du temps, être capable de reconnaître lorsqu’on est trop submergé et admettre que nous ne sommes pas des robots ! Prendre son temps en en faisant un peu chaque jour, et en s’accordant un peu de répit par-ci, par-là. J’ai également entendu que le mémoire était à rendre avant le 6 juin, et j’espère qu’en suivant les conseils cités plus haut, nous y arriverons tous.

    1. Bonjour Marie-Christine!

      Comme je vous ai dit lors de notre rencontre de la semaine dernière à la Sorbonne, je suis impressionnée de la manière dont vous écrivez les articles.

      …Vous avez raison, ce n’est pas facile d’organiser notre temps alors qu’on a plusieurs choses à faire. Pour moi aussi, le premier semestre a été assez dur. Avec trente-deux heures par semaine que je passais au travail et quatorze heures aux cours, à l’université, d’où j’étais parfois obligée de m’absenter, parce que purement et simplement je ne pouvais plus, ce n’était pas du tout facile de gérer mon temps.

      Je pense que nous devons être optimistes et espérer que dans ce second semestre nous organiserons notre temps efficacement, afin de pouvoir finir notre travail d’écriture dans les meilleurs délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.