“Parler plusieurs langues- Le monde des bilingues ” François Grosjean

Livre présenté dans la conférence
Livre présenté dans la conférence

Conférence du 26/11 organisée par DULALA avec François Grosjean sur son livre:

Parler plusieurs langues: le monde des bilingues, Albin Michel, 2015 En librairie

DULALA (D’Une LAngue à L’Autre) est un laboratoire de recherche-action focalisé sur le bilinguisme et l’éducation au plurilinguisme, qui propose des activités en direction des enfants, familles et professionnels. Leurs objectifs:valoriser les autres, valoriser les langues , valoriser la diversité!

Leur moto c’est «Pour faire parler les langues»!

La conférence commence avec une représentante du DULALA qui présente brièvement la vie et l’œuvre du psycholinguiste bilingue François Grosjean.

François Grosjean est professeur émérite à l’Université de Neuchâtel en Suisse. Il a occupé des postes universitaires en France et aux États-Unis. Il s’agit d’un de plus grands spécialistes du bilinguisme! Quelle chance d’avoir la possibilité d’assister à cette conférence avec un personnage tellement important pour mes études et mon avenir!

Cet événement s’inscrit dans la journée des droits de l’enfant. Car selon l’article29: l’enfant a le droit de développer un bilinguisme heureux, harmonieux.

F. Grosjean prend la parole

Qu’est-ce que c’est le bilinguisme?

C’est tout simplement l’utilisation régulière de 2 ou plusieurs langues ou dialectes. Les termes multilingue et plurilingue se réfèrent plutôt aux aspects sociologiques.

1)Le bilinguisme en France

La France ne fait pas de recensement des langues dans son territoire.

Mais la recherche : «Étude de l’histoire familiale» nous dit qu’en France cohabitent à peu près 400 langues différentes!

La France est multilingue! 1/5 ou 20 % de la population dit se servir de 2 ou plusieurs langues… Donc 13 millions d’habitants! Et hors métropole c’est encore plus.

Réunion: 38 % , N. Calédonie: 41%

En ce qui concerne les autres pays, les États-Unis: 20%, le Canada 26%, la Belgique 29%. Ces chiffres ne sont pas extraordinaires si on regarde les chiffres de la Suisse 42% et du Luxembourg qui est le champion de l’Occident avec 67%!

Pourquoi donc ce bilinguisme en France?

Les contacts entre les langues c’est la première raison puisque la France a toujours été un pays de contact de langues, puis les intermariages, le bilinguisme dans certaines familles, la scolarisation d ‘enfants allophones, un séjour à l’étranger prolongé etc, donc différentes raisons qui font qu’en France on a un bilinguisme.

En fait,ce n’est qu’ au cours de la 1ère Guerre Mondiale qu’on constate l’essor du français.Les régiments régionaux sont recomposés et le français devient la lingua franca des soldats. Ensuite l’exode rural commence, l’urbanisation ainsi que les mariages mixtes et par conséquent les langues régionales s’étiolent ainsi que le bilinguisme français-langue régionale.

Mais l’article 75-1 dit quand même que les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France.

Jean-Marie Arrighi (2008), inspécteur d’académie dit: «L’évolution actuelle est paradoxale: d’une part, l’usage de la langue corse diminue dans la vie quotidienne; d’autre part, le corse s’introduit dans des domaines dont il avait toujours été exclu-notamment l’école – et fait l’objet d’une politique volontariste».

Le bilinguisme en France n’est pas fortement encouragé. Pourquoi? Une raison majeure ce sont les représentations qu’on a du bilinguisme. Les idées négatives datent du dernier siècle même chez des intellectuels bilingues ou trilingues comme Otto Jespersen (1922, trad.1976) linguiste et trilingue et Edouard Pichon (1965), pédiatre, psychanalyste et linguiste.

En ce qui concerne notre époque, Marie-Rose Moro  pédopsychiatre et psychanalyste, écrit en 2010: «Actuellement, être bilingue quand on est enfant de migrants ‘économiques’ est presque une tare en France, alors même que l’apprentissage précoce des langues est favorisé à l’école».

Il existe également l’importance de l’ État-Nation (19ème siècle, le siècle des nations): Imposer un état avec une seule langue. Ceci a été le cas dans d’autres pays comme l’Italie ayant cette même structure; un État, une Nation, une Langue.

  1. Quelques caractéristiques du bilinguisme

La connaissance des langues chez le bilingue est rarement équivalente dans les langues et encore moins parfaite. Donc il y a très peu de bilingues équilibrés. L’accent est une variable sociolinguistique importante mais pas aussi important dans la définition du bilinguisme.

Et ce qui est intéressant c’est que les bilingues se servent de différentes langues dans différents contextes et situations! Cela explique beaucoup de choses comme les connaissances linguistiques qu’une personne bilingue peut avoir, la dominance linguistique. Ça explique aussi que les bilingues ont beaucoup de mal à traduire. F. Grosjean appelle cela le principe de complémentarité.

Au niveau de l’interaction, quelles sont les questions que se pose une personne bilingue avant de parler:

-Quelle langue utiliser?

-Se servir également de l’autre langue?

Quant aux avantages du bilinguisme:

-pouvoir communiquer avec les autres

-se servir de nos connaissances linguistiques pour apprendre d’autres langues

– avoir plus de possibilités professionnels etc

Il existe également quelques désavantages :

-lorsqu’on communique dans une langue non dominante c’est plus difficile

-parfois on fait trop d’interférences

-certains n’apprécient pas les accents qu’on peut avoir

-avoir du mal à traduire et à interpréter

-difficile d’ appartenir à deux cultures

Devenir bilingue

On peut apprendre une langue à tout âge!

La majorité des enfants n’acquirent pas une deuxième langue simultanément avec la 1ère. Pour que les enfants deviennent bilingues il faut prendre en compte certains facteurs importants;

-Besoin de chaque langue ( pour communiquer, pour écouter, pour participer à  des activités etc); sans besoin on n’apprendra pas une langue.

-Quantité de l’apport linguistique

-Type de l’apport linguistique

-Rôle de la famille

-Rôle de l’école et de l’environnement

-Attitudes envers la langue, le bilinguisme etc.

Besoin d’une langue

-pour communiquer

-pour écouter

-pour participer a des activités etc

Sans besoin on n’apprend pas une langue.

Tous ces facteurs contribuent au niveau de développement d’une langue.

Si on veut que l’enfant apprenne une langue, il faut que tous ces facteurs soient présents. Il faut que la famille soit impliquée, pas seulement relation maître-apprenant.

Quant à l’utilisation des langues chez l’enfant, ça arrive au début que l’enfant puisse mélanger les deux langues. Les bilingues qui ont appris les deux langues simultanément les mélangent encore plus. Mais l’encouragement social  n’existe pas encore dans certaines écoles par exemple au Québec où il est parfois interdit d’utiliser la langue 1ère des enfants même à la cour de recréation!

Effets du bilinguisme chez l’enfant

Les différences entre enfants bilingues et monolingues sont subtiles.

Il y aurait un bienfait cognitif du bilinguisme ex.les bilingues réussiraient mieux certaines taches métalinguistiques.Mais à cause du principe de complémentarité il y aurait une différence entre monolingues et bilingues dans l’acquisition du vocabulaire. Donc être bilingue ne va pas nous retarder ni nous transformer en Einstein comme certains stéréotypes l’affirment!

Le bilinguisme de parents va aussi jouer un rôle. L’effet de fratrie aussi: l’aîné va être plus bilingue, les autres moins.Conséquemment, l’évolution de la famille est un facteur très important pour le développement du bilinguisme chez l’enfant.

Désir d’intégration: les enfants veulent être intégrés. La scolarisation joue dans ce cas un très grand rôle. Il peut y avoir un mutisme sélectif qui ne dure pas longtemps normalement. Les parents doivent accompagner les enfants dans le bilinguisme, passer du temps pour détruire des idées reçues. Et devenir bilingue devrait être une joie!

Il y a des écoles qui encouragent le bilinguisme, et d’autres qui le découragent. Un État comme la France devrait faire plus pour l’encouragement du bilinguisme des enfants. Les petits encouragements (Moro) jouent un rôle primordial: par ex:l’enseignant peut demander à l’élève;comment on dit ça dans telle langue et après affirmer Ah c’est beau! Ou encore mieux; Moi je t’apprends le français et toi l’anglais, par exemple.

  1. Le biculturalisme

Un sujet très peu discuté: la partie qui bloque ou qui permet que quelqu’un se sent à l’aise.

-On peut être bilingue sans être biculturel p.e les Néerlandais qui connaissent bien l’ anglais mais qui restent monoculturels.

-De même, dans les sociétés diglossiques: comme dans les pays arabes on peut être bilingues et monoculturels.

-Et au contraire on peut être biculturel et monolingue comme un Britannique qui vit aux États-Unis.

-On peut être aussi être à la fois bilingue et biculturel car il y a contact régulier avec les deux langues et les deux cultures.Le bilingue biculturel sait adapter son comportement, ses habitudes et son langage selon la langue et la culture. Il y a donc un aspect dynamique dans cette adaptation.

-La personne biculturelle combine les deux cultures attitudes-comportements qu’on peut pas partager comme la distance physique.

Dans le bilinguisme on arrive à séparer les langues mais cela est plus dur au niveau des cultures du biculturel.

Avantages d’être biculturel

-on devient conscient des différentes cultures

-on peut servir d’intermédiaire entre les cultures

-une personne biculturelle peut avoir de prises de perspectives et créer de liens de perspectives.

Mais l’aspect le plus difficile du biculturalisme: l’identité de la personne biculturelle. A quelle culture j’appartiens? Est une question que le bilingue se pose souvent.

Les cultures ont besoin de nous catégoriser et se basent sur différents traits :parenté,nationalité, traits physiques,nom, préjugés etc. Les personnes de ces cultures choisissent et font savoir leur choix. Mais souvent cela aboutit à une catégorisation contradictoire, qui mène à un double rejet et à la marginalisation de l’individu biculturel.

Amine Maalouf l’a très bien écrit en 1998 au sujet d’un jeune franco-algérien :

«… son parcours peut s’avérer traumatisant si chaque fois qu’il s’affirme français, certains le regardent comme un traître, voire comme un renégat, et si chaque fois qu’il met en avant ses attaches avec l’Algérie, son histoire, sa culture, sa religion, il est en butte à l’incompréhension , à la méfiance ou à l’hostilité».

Conclusion

Pour promouvoir le bilinguisme la solution serait des détruire les idées reçues, s’informer et informer les parents, les enseignants, , orthophonistes,psychologues, etc.

Il faut aussi que la société soit plus ouverte. La France étant un pays très normatif il faudrait un changement dans les attitudes,dans les modalités d’éducation, (ex.comment apprendre et enseigner) car actuellement les structures sont encore très figées.

Il faudrait que le bilinguisme sous toutes ses formes soit reconnu !!!

***Je remercie vivement monsieur François Grosjean premièrement pour cette conférence qui m’a ouvert des horizons pour avancer dans mon mémoire. Et puis je tiens à le remercier pour la lecture et les corrections de certains de mes points qui n’étaient pas très clairs !

Je remercie aussi monsieur Martin de m’avoir incité aussi à faire quelques corrections.

Si vous voulez approfondir vos connaissances sur le bilinguisme et s’informer plus sur F. Grosjean;

site web: François Grosjean  http://www.francoisgrosjean.ch/

articles pour Psychology Today, le Huffington Post

Livres

Parler plusieurs langues, le monde des bilingues, Albin Michel, Paris, 2015 

Bilingual:Life and Reality, Harvard University Press, Cambridge,  2010

The Psycholinguistics of Bilingualism, François Grosjean and Ping Li,Wiley -Blackwell, 2012

-Life with Two Languages: An Introduction to bilingualism, Harvard University Press, Cambridge, 1982

-Studying Bilingual: Methodological and conceptual issues, Oxford University Press, Oxford, 2008

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts


7 réflexions sur « “Parler plusieurs langues- Le monde des bilingues ” François Grosjean »

  1. Je te remercie pour ce compte-rendu Olga. J’ignorais que cette conférence avait eu lieu et, finalement, te lire m’a permis d’y assister à distance.

    J’ai trouvé ça très intéressant tout du long et je tenais juste à partager quelques éléments concernant les langues régionales vu que tu t’intéresses au bi-plurilinguisme et vu qu’il s’agit d’un sujet qui me touche particulièrement:

    Oui, elles sont en déclin, particulièrement en France métropolitaine. Dans les DOM-TOM, elles sont en forte vitalité. Tu peux jeter un oeil au rapport du comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité linguistique publié en 2013 si tu veux. Tu trouveras des statistiques illustrant ces points. Concernant leur enseignement, certaines sont enseignées au niveau primaire et secondaire. Des établissements dispensent d’un enseignement bilingue français/langue régionale d’ailleurs. Depuis 1970, une option langue régionale est proposée au baccalauréat. C’est aussi le cas pour le CAPES pour le créole, le breton, le basque, le corse, le catalan et l’occitan. Cela attribue aux candidats la qualification d’enseignant bilingue. Il existe aussi le DCL (diplôme de compétences en langues) pour les adultes.

    Il est vrai qu’elles sont l’objet de représentations négatives et comme tu l’as évoqué, je pense que c’est dû à l’histoire de la diffusion du français et au modèle une langue=une nation qui a, ainsi, engendré une vision monolinguiste. Ce qui peut expliquer pourquoi la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires n’a toujours pas été ratifiée aujourd’hui.

    Encore merci!

    1. Merci beaucoup Gaëlle pour ces commentaires enrichissants!
      Je t’invite vivement à relire mon comte-rendu car je viens de le modifier légèrement.
      Effectivement je suis sensible à cette question de “discrimination des langues” si je peux utiliser cette métaphore. Je suis encore plus triste car ayant habité en Alsace pendant trois ans je n’ai jamais entendu l’alsacien et personne ne m’en a parlé. Par contre le français et l’allemand étaient fortement présents dans ma vie et dans la vie des la plupart des Alsaciens.
      Merci pour tes références. J’irai jeter un coup d’œil au rapport du comité consultatif de la promotion des langues.

      C’est que surligne monsieur Grosjean dans sa conférence ce sont les représentations qu’on en a du bilinguisme. Nous avons eu la possibilité aujourd’hui d’écouter une intervenante du CASNAV Mme Claudine Nicolas pour notre cours d’Education aux langues et au plurilinguisme et elle nous a bien montré que même si on est bien conscient du bilinguisme déjà qui existe en France, on ne le valorise pas malheureusement. L’éducation nationale en tout cas ne le fait pas. Mais je trouve que c’est déjà bien que depuis quelques années une option langue régionale est proposée au baccalauréat (dommage que je n’ai pas eu cette possibilité pendant ma Licence à Strasbourg). Espérons que les recherches qui sont faites, les recherches à venir et nos recherches bien sûr (car je sais que tu t’intéresses beaucoup à l’aspect socio-historique des langues en France et en DOM-TOM) contribueront à déconstruire certaines représentations fausses sur le bilinguisme.

      1. Plus d’un pays ont leur langue nationale et officielle qui se confondent, ce qui est le cas de la France. La constitution stipule que le français est la « langue de la République », ce qui appuie son rôle d’unificatrice de la nation. C’est celle qui doit être maîtrisée par tous les Français et celle que les nouvellement arrivés sur le territoire, non-francophones, doivent parler ou apprendre ou comprendre (même à un niveau A 1.1).
        Cependant, le fait que la langue française jouisse d’un rayonnement international sans équivoque ne justifie pas la « discrimination » que tu mentionnes Olga, subie au sein même de son territoire (territoire comprenant la métropole ainsi que les DOM, TOM ou COM, bien souvent oubliés). Les langues régionales font partie intégrantes du patrimoine culturel français et, ne pas les mettre en avant reflète cette hiérarchisation des langues présente dans un même pays et également d’un point de vue mondial (l’anglais est l’hyperlangue aujourd’hui). Le bilinguisme langue nationale/langue régionale doit être valorisé car le prestige d’une langue ne devrait pas être égal au nombre de locuteurs qui la parlent.

  2. Ce fut une conférence très riche. François Grosjean est resté très humble, ses propos n’étaient point ardues à comprendre. J’ai, donc, pris un réel plaisir à l’écouter. De plus, les sujets traités touchant de très près mon sujet de mémoire, m’ont été une source d’inspiration.

  3. Merci Olga pour ce compte-rendu. Je ne me souvenais plus qu’il y avait ce colloque et de toute façon, je n’aurais pas pu m’y rendre. Il y a là des idées qui me vont me permettre de poursuivre ma réflexion et que je pourrai aussi réutiliser dans mon mémoire. Merci encore

    1. Merci à toi Marie-Christine d’avoir pris le temps pour lire mon compte-rendu. N’hésite pas à y revenir car j’ai fait quelques petites modifications.

  4. Merci Olga pour ce compte rendu très stimulant. Il faudrait donner une bibliographie mieux rédigée (éditeur et année) à la fin et créer le lien pour le site de François Grosjean. Une petite relecture rapide aussi corrigerait les coquilles ou fautes… et resserrerait les paragraphes. Mais encore merci car vous nous donnez vraiment envie d’aller lire ses articles et ouvrages et bien évidemment de penser l’enseignement avec les expériences de bilinguisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.