un dialogue imaginaire entre un professeur et un étudiant : quand c’est moins, pourquoi vous faites plus ?

r8810f00

Devant le bureau dont la porte est ouverte,  un étudiant se promène de gauche à droite.

Professeur : Bonjour, Raphaël. Est-ce que je peux vous aider ?

Etudiant : Bonjour, Monsieur Joyeux. Avez-vous quelques minutes, hum, pour discuter de mon essai avec moi s’il vous plaît ?

P : Oui, bien sûr. Entrez et Asseyez-vous !

E : Merci. Vous m’avez donné 11/20 dans mon essai. J’ai obtenu 11/20 déjà quatre fois dans votre cours. Je suppose, je ne vois pas ce que vous cherchez vraiment dans ma rédaction.

P : Alors, vous n’êtes pas le seul, Raphaël. Je crois que la majorité de la classe a le même problème pendant ce semestre. En fait, j’avais expliqué ce que j’attendais de vous tous, mais personne n’a pas eu l’air de comprendre. Je suis mauvais comme professeur, je pense.

E : (rire) Je ne pense pas. Mais je suis désolé. Cela ne vous dérange pas si vous me l’expliquez de nouveau ? Je vois que vous voulez un essai dont l’idée est bien claire et je croyais que je l’avais fait cette fois-ci. J’en étais sûr.

P : Vous l’apportez avec vous ?

E : Oui.

P : Laissez-moi regarder.

E : Bien sûr. Tenez !

P : Hum…oui…Je m’en souviens maintenant. Franchement, vous avez un très bon essai ici. Je l’adore. Je souhaite juste que vous auriez dû présenter d’une manière plus efficace.

E : Co…Comment ?

P : Alors, juste regardez votre première phrase que les lecteurs vont rencontrer au tout début.  » Certains chercheurs s’intéressent à la prosodie rythmique dans la phraséologie idiomatique. » Maintenant, dites-moi, Raphaël, si une personne ordinaire pioche et se met à lire, peut-elle comprendre ?

E : Alors, hum…J’espère. Je veux dire, je présume comme cela. C’est ce que j’ai pensé quand j’ai écrit, bien sûr.

P : Bien sûr. Elle semble courte et directe. Mais vous devez savoir quand vous l’avez écrite, vous auriez dû lire et rechercher votre thème à l’avance, j’espère. Mais les lecteurs n’arriveront pas à comprendre. Combien de gens savent-ils ce qui est « prosodie rythmique » ? Qu’est-ce que cela signifie, « phraséologie idiomatique » ? C’est une phrase très abstraite.

E : Oui, je pense comme cela aussi.

P : Raphaël, l’auteur doit d’abord être responsable de ses lecteurs, puis de son propre essai. Imaginez que tous les articles lus par vous basés sur des arguments flous, des malentendus ou des contrevérités, néanmoins, deviennent très répandus et connaissent un véritable succès grâce à l’auteur doué pour la communication.

E : Oui, il y en a beaucoup. Vous voulez que nous puissions écrire comme cela ?

P : (rire) Alors, je ne veux surtout pas que vous transmettiez des contrevérités. Ce que je veux, c’est aider mes étudiants à les éviter. Mais il vaut la peine d’observer comment font ces auteurs. Le plus important pour une rédaction efficace est de « connaître les lecteurs ». Il faut les conjecturer.

E : Ce qu’ils savent, n’est-ce pas ?

P : Exacte ! Ce qu’ils savent…et ce qu’ils ne savent pas. Si vous les convainquez, ils se sentent insultés, ils se disent,  » Pense-t-il que je suis bête, quoi ?  » Et ils s’en vont.

E : Alors, je ne pense pas comme cela, cela est sûr.

P : Peut-être que non, mais votre première phrase confine à un autre extrême. Si vous attendez beaucoup de vos lecteurs, vous allez aussi les bloquer. Ils se diront, « Comme qui me considère-t-il, Issac Newton ? » Et encore, ils s’en vont.

E : Alors, hum…Donc, ce que je dois faire, par exemple, avec cette première phrase ici ? Je ne peux pas simplifier un peu la grammaire ?

P : Non, mais vous pouvez sûrement adoucir les vocabulaires. Sinon, définissez des mots ésotériques quand vous les utilisez. Mais ceci ralentit toujours quelque chose. Laissez tomber. Vous devez vous amener et amener les lecteurs à la même ligne de départ plus ou moins. C’est ce que vous devez cibler.

E : Donc… Je dois définir “prosodie” comme “rythme mélodique” ou “intona…”.

P : Oui, c’est cela, l’idée…mais faites-le plus court, sinon vous allez perdre l’efficacité de votre première phrase. Pourquoi pas aller directement et utiliser “rythme” tout simplement ? Et après, vous pouvez introduire plus, hum…des termes spécifiques plus tard dans votre paragraphe.

E : Seulement “rythme”?

P : Exacte. C’est puissant et clair. C’est ce que vous voulez pour rendre intéressés vos lecteurs. Vous avez un essai où il y a des idées à préciser.

E : Alors, et après ? Vous dites que “phraséologie idiomatique” est, hum, trop…

P : Trop abstrait. D’accord, juste dites-moi cela : qu’est-ce que vous voulez dire par cette expression?

E : Alors, hum…cela veut dire, hum, proverbes, expressions figées et tout cela.

P : Bien ! Donc, pourquoi ne l’avez-vous pas dit au début ? C’est plus direct et attractif. Cela s’exprime d’une manière compréhensive pour tout le monde, “au rythme dans les proverbes”.

E : Mais…semble-t-il, alors…assez formel, Monsieur Joyeux?

P : Ne confondez pas la formalité et l’ambiguïté, Raphaël. Vous n’avez pas besoin de rédiger lourdement pour être formel. Et personne ne sait que vous n’êtes pas obligé d’utiliser de gros mots ! Vous avez besoin d’éviter les jargons et, hum, expressions relâchées. Et assurez-vous que c’est la grammaire standard. Rédigez clair, simple, direct. C’est ce que se construit un bon essai.

E : D’accord. Peut-être que j’ai mieux compris ce que vous vouliez, “clair, simple, direct”. Je pense à cela pour la prochaine fois.

P : Bien. Et j’espère que vous allez y réussir. Je ne refuse pas de donner 20/20 s’ils méritent, vous savez ?

E : Merci pour votre temps, Monsieur Joyeux. J’apprécie vraiment votre aide.

P : De rien, Raphaël. C’est mon devoir. A la prochaine.

E : A bientôt.

Référence :

Bruno Latour, Comment finir une thèse de sociologie.
Petit dialogue entre un étudiant et un
professeur (quelque peu socratique) traduit en français par Alain Caillé et Philippe Chanial.  http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf  consulté le 21/11/2015


QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

7 réflexions sur « un dialogue imaginaire entre un professeur et un étudiant : quand c’est moins, pourquoi vous faites plus ? »

  1. J’adore cette discussion entre l’élève et le maitre, la façon dont le Maitre a procédé pour expliquer la raison pour laquelle il lui a donné des mauvaises notes,mais la seule chose que j’attendais de ta part et que je n’ai pas trouvé, c’est le suspens pour moi l’élève devrait lui poser la question jusqu’à la fin de l’année de son étude. Mais sinon j’adore ton processus d’explication !

  2. Ce serait bien de créer le lien dans votre bibliographie pour en cliquant dessus trouver vite le texte de Latour : merci de l’indiquer toutefois pour ceux qui l’aurait oublié et qui feront un copier-coller ! Eh, oui, Marie-Christine a raison, c’est fort !

  3. Ton texte est étonnant. Il a une réelle force et ce, malgré les maladresses syntaxiques. J’ai beaucoup aimé le lire. On entend très bien les deux voix, celle du grand professeur qui parle avec assurance et se veut rassurant et celle de l’étudiant pas grand mais vaillant qui cherche par tous les moyens à comprendre. Bonne continuation Cheng.

    1. Merci, Marie. Est-ce que vous pouvez me corriger en laissant un commentaire SVP ? Comme cela, je reconnaîs mes fautes. De plus, vous êtes toutes et tous les bienvenues pour me corriger. J’apprécierai vos aides.

  4. Tout d’abord, merci pour votre dialogue. Il est très expressif et agréable à lire.

    Pour moi, ce dialogue renvoie à deux points que j’aimerais mentionner. D’une part, à l’importance de la clarté des consignes énoncées par l’enseignant. D’autre part, à l’idée qu’un « bon » scripteur, c’est aussi un « bon » lecteur de son propre texte qui vérifie toujours si son texte est accessible à son public ou si les modifications sont nécessaires. En ce sens, je suis d’accord avec votre enseignant, quand il dit que chaque auteur est responsable de ses lecteurs.

    De plus, il me semble que chaque auteur souhaite que ses lecteurs éprouvent du plaisir en lisant ses textes, car s’il y a la lecture, il y a aussi la relecture. Ainsi, c’est grâce à ces lectures et ces relectures que le texte existe.

    Peut-être que c’est aussi ça que votre enseignant voulait expliquer à son étudiant?

    1. Merci pour votre lecture.
      Vous avez tout à fait raison en ajoutant une idée de la vitalité du texte–relecture. Je n’avais pas forcément pensé à cela.
      De plus je veux dire aussi qu’en tant que scripteurs, on doit être humble et modeste. Un auteur du texte n’est pas un détenteur du savoir, mais un guide pour les lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.