Une réflexion sur l’autodidaxie selon un colloque de la Sorbonne

Le jour où j’ai assisté au colloque « de l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique approche interdisciplinaire des apprentissages autonomes au 21e siècle » était un jour un peu ennuyeux pour moi. Je n’ai écouté qu’une seule partie : Table Ronde : autodidaxie, formation intellectuelle et esprit d’entreprendre : les nouvelles compétences de l’étudiant. Dans ma tête je me suis dite qu’est-ce qu’il s’agirait avec mes études ou mon futur enseignement de la didactique de langue étrangère ?

Les jours passent, le temps passe, je n’ai toujours pas envie d’avancer sur mes exposés ni sur les comptes rendus. Je feuillette régulièrement les fiches de produits du travail. Ils semblent beaucoup plus intéressants. Ah, les appellations du vin, les climats, les sols, les cépages, etc. Oui, je suis passionnée par-dessus. Les cours que j’ai fait sur MOOR site web sont tellement animés. Alors, je suis en train faire mon auto-apprentissage. C’est de l’autodidaxie.

J’ai trouvé les notes que j’ai écrites pendant ce colloque, tout d’un coup, elles deviennent tellement claires comme les phares de mes nuits profondément obscurs.

Joël Tingaud (PDG de l’atelier de l’argoat-entreprise du Patrimoine vivant) « on n’est obligé de travailler sur les imprévues, ce sont des recherches de praticiens. Parce qu’on doit changer et changer les pièces ou un module sans cesse de la machine jusqu’à elle redémarre normalement. Cela s’explique dans le management ou du côté technique. Alors à l’école, on est plutôt théoricien. A l’université, on apprend les méthodes et les théories. Et dans la pratique, les participants deviennent plus rapides à approprier qu’à apprendre longtemps… la valorisation des expériences des étudiants dans l’enseignement. »

Les imprévues, les théoriciens, les praticiens, ces trois, termes me font sentir un peu honteuses. Les imprévues, je peux les considérer comme des tâches, des questions, des doutes de mes études. Pour les résoudre, je devrais devenir un praticien, d’aller faire de la recherche, faire de l’autodidaxie en appuyant sur les aides en certains théories.

Alors, je n’ai pas assez fait, où se trouve ma volonté ? Où se trouve ma responsabilité ?

Paolo Tortonese (université Sorbonne nouvelle – Paris 3) « il faut rendre responsable des autres en dimension de capacité… je fais confiance sur le fond… j’écoute… il faut mettre en disposition de l’ouverture et de réagir…on peut être autodidacte absolue en micro et devenir autodidaxie en traversant la lecture… »

Maud Pérez-Simon (université Sorbonne nouvelle – Paris 3) « -mise à jour de soi. Réorientation des choix. –modalisation ludique : les gens s’engagent énormément de soièbénévolat autodidacte estime de soi. Le partage de soi… la culture humaniste n’est plus littéralement dans la société commune, il faut se former tout au long de la vie, en vue qu’il y a autant de chômage qui influencent sur nos carrières… »

Quand j’ai lu ici sur mon cahier de note, j’ai eu comme un coup de foudre dans mon cœur. Il n’y a pas de raison que je sois en dehors de participation. Il n’y a pas de raison que je lâche ces comptes rendus bien qu’il y ait tellement de perturbations des procédures administratives de mon travail professionnel.

Comme on dit dans ma langue maternelle en chinois :

  1. On apprend pour soi pas pour quelqu’un d’autre.
  2. Si tu veux donner un verre de l’eau aux élèves, il faut disposer un sceau d’eau (comme savoir, savoir-faire).

Pour devenir un bon enseignant, lui-même doit être un bon apprenant. L’autodidaxie est bien sûr reliée avec l’enseignement que ce soit du côté professeur ou chez les apprenants.

Dans n’importe quelle sorte de forme d’enseignement, l’autodidaxie occupe un rôle toujours dominant. En présentiel ou en distance, les élèves devront faire de la lecture ou faire des comptes rendus à la fin pour les évaluations. Dans les formations informelles, l’autodidaxie donne l’accès au tout le monde et tout le moment. L’autodidaxie est devenue une qualité de personne.

 

 

Lu ZHANG

étudiante de Paris III

More Posts


4 réflexions sur « Une réflexion sur l’autodidaxie selon un colloque de la Sorbonne »

  1. Merci Lu pour le compte rendu. Je pense que tous les chercheurs en didactique doivent être en même temps praticiens et théoriciens. Je me permets de me reporter à la théorie de la recherche-action où il existe une phase de diagnostique. Il s’agit pour un chercheur de se rendre sur terrain pour identifier la situation-problème. Ce processus est renvoie au discours Joël Tingaud, qui préconise d’aller en dehors de l’école pour appliquer les théories apprises à l’université. Ainsi, allons devenir praticien et autodidacte en valorisant nos pratiques !

    1. En fait, il y a beaucoup de formations qui se déroulent en alternance. Notre master est aussi possible de le faire en contrat de professionnalisation ou on peut faire un stage à côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.