Propos d’une lectrice réelle… avec l’album patrimonial

Propos d’une lectrice réelle, à partir de la contribution de Brigitte Louichon, « L’album (patrimonial) » (revue Modernités, 28)

Dans cette contribution, Brigitte Louichon analyse les enjeux de l’adaptation des textes du patrimoine sous la forme de l’album, et met en évidence l’intérêt de l’utilisation de cet « objet singulier » – support, genre, medium, genre littéraire ?– malgré les difficultés et errances inévitables. Ce passage semble tout particulièrement intéressant : « L’adaptation du texte aux conditions de sa réception contemporaine, la recréation à laquelle il donne lieu sont des formes d’actualisation qui participent pleinement d’une forme de culture partagée. Quels que soient les textes sources comme les opérations effectuées sur ces derniers, qu’elles soient de détail ou plus drastiques, ces ouvrages transmettent le patrimoine littéraire pour ce qu’il est : moins un réservoir de textes qu’un ensemble de personnages, d’univers et de valeurs auxquels nous continuons à avoir recours pour rêver, nous comprendre, comprendre le monde et donc auquel la littérature continue à avoir recours » (p. 108). C’est toute la question de la lecture subjective qui se trouve ainsi posée, faisant resurgir, après des décennies de théorie de la réception centrée sur le lecteur implicite, conceptuel ou idéal, le lecteur réel, celui qui se souvient, oublie, investit le texte. C’est aussi, semble-t-il ce lecteur réel que décrit déjà Benjamin dans sa « Vue perspective sur le livre pour enfants », lorsqu’il dit de l’enfant que « c’est lui-même qui par sa contemplation va pénétrer en elles, comme une nuée se rassasiant de l’éclat coloré du monde des images » (p. 65). C’est toute la question de la constitution de la bibliothèque intérieure du lecteur, et de sa constitution au gré des lectures et des non lectures, qui est ici soulevée. La chèvre de Monsieur Seguin, explique Brigitte Louichon, « traverse les âges », « c’est la tension entre liberté et sécurité qui continue, encore et toujours, à questionner l’individu » (109). Ces invariants du conte  sont aussi ceux du mythe…

En regard de cette réflexion, et pour partager une étagère de ma bibliothèque intérieure de lectrice réelle, un autre album patrimonial : Ulysse aux mille ruses, d’Yvan Pommaux, fascination et angoisse de la traversée, monstres et magiciennes… www.ecoledeslettres.fr/…/7_yvan_pommaux_ulysse.pdf


Une réflexion sur « Propos d’une lectrice réelle… avec l’album patrimonial »

  1. En quoi la présence d’images dans les albums peut-elle contribuer à la formation de lecteurs réels? Les illustrations des albums sont une porte ouverte vers la lecture subjective faisant intervenir l’imagination, les émotions et les sentiments des lecteurs. Comme l’explique Françoise Demougin dans l’article « Lecture d’images et (re)positionnement du lecteur », « l’image se trouve être davantage une direction donnée, ou, plus exactement, la valeur d’une image n’est en aucun cas une plénitude, une perfection qu’elle ne saurait d’ailleurs atteindre, mais bien un appel d’un sens, d’une vision du monde qui ne se laisse prendre au piège d’aucune représentation exacte ». L’image dans l’album doit être perçue comme «  quelque chose qui ouvre l’espace de fiction, une manifestation qui ouvre le regard ». La lecture peut alors devenir plaisir si la puissance créatrice et imaginative du jeune lecteur est sollicitée grâce aux images. Dans l’album “Le Roi des Trois Orients” de François Place, les illustrations sont à la fois très détaillées et incomplètes dans la mesure où se bousculent au fil des pages des paysages très différents et des références historiques très éloignées. L’espace iconographique devient un espace en construction qui ne demande qu’à naître sous le regard de chaque lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.