languages on the edge of extinction

mmw-disappearing-languages

De nombreuses langues sur notre planète risquent de disparaître. J’ai rédigé une synthèse de deux articles qui étudient ce phénomène ainsi que des mesures faites par les acteurs pour les protéger.

Brigitte Perucca, journaliste, publie un article intitulé L’Unesco recense 2500 langues en péril sur Lemonde.fr le 19/02/09[1]. Le Monde fait parler aussi Colette Grinevald, linguiste et chercheuse à Lyon, dans un article la diversité linguistique est une richesse menacée publié par C. Simon sur cette même presse le 03/10/2009[2].

Ces deux articles partagent la même problématique, c’est-à-dire s’il existe des acteurs et des mesures qui peuvent sauvegarder les langues en danger.

Ce que proposent les auteurs se croise sur le fait d’analyser des éléments qui anéantissent les langues et aussi sur le rôle régnant dans les communautés d’utilisateurs protecteurs. Certaines mesures sont présentées par des linguistes.

Dans un premier temps, ces deux articles mettent en évidence que les langues sont la richesse, mais aussi elles ont leur fragilité. Comme l’explique Grinevald, les langues sont des organes, elles peuvent naître et mourir après des milliers d’années d’existence.

Selon cette linguiste, les langues sont héritières des cultures et chaque langue interprète notre monde différemment. Elles transmettent également des connaissances uniques. Leur existence est en relation avec le maintien de la biodiversité.

Néanmoins, les langues minoritaires risquent de disparaître. En s’appuyant sur le rapport de l’Unesco en 2009, la journaliste montre que parmi les 6912 langues dans le monde, 2511 sont en péril. Grinevald indique qu’à partir de la fin du 21e siècle, plus de la moitié des langues pourraient disparaître. Elle démontre que 95% des langues sont parlées par juste 5% de la population dans le monde. Perucca relève aussi que les langues vulnérables se répartissent généralement dans les régions où on parle le plus de langues, l’Afrique subsaharienne, l’ Afrique du Sud et la Mélanésie.

Basée sur les facteurs qui donnent lieu à la mort des dialectes, Grinevald mentionne la globalisation, la domination culturelle, l’urbanisation. Par contre, Perruca signale que le “global english” ne nuit pas plus aux langues minoritaires que ne le font les grandes langues dialectales.

Suite à ces menaces, les communautés langagières en mobilité a une fonction importante. Les deux textes remarquent qu’en Australie et en Amérique du Nord, il y a de fortes revendications à la mesure de nombre de langues en danger. Peccuca rajoute que ce phénomène touche à certaines langues européennes.

D’après cette journaliste, les intellectuels expatriés jouent un rôle de redonner la vie à leur langue minoritaire par le biais de la transmission génération à génération.

Finalement, les deux articles présentent l’inquiétude grandissante des Etats aux questions linguistiques.

Grâce aux revendications des régions minoritaires qui utilisent leurs propres langues, les linguistes se sont rendus compte, d’après Grinewald, de la nécessité de créer des activités qui consistent à trouver et gérer des documents sur les langues pour les protéger : ils cataloguent, les caractérisent et mesurent leur vitalité. Cette vitalité pourrait être évaluée, selon Peccura, par le nombre d’utilisateurs, la transmission familiale et l’intervention politique.

Références :

[1].http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/02/18/l-unesco-recense-2-500-langues-en-peril_1157016_3244.html consulté le 16/11/2015

[2].http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/10/02/colette-grinevald-la-diversite-linguistique-est-une-richesse-menacee_1248205_3246.html consulte 17/11/2015

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.