«Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire!»

Journée d’étude

“La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue”

6 Novembre 2015, CIEP

Ciep

Dans cette journée d’étude organisée par ADEP (Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue), CIEP (Centre International d’Etudes Pédagogiques) et Institut Français, comme son titre l’indique, la question du bi-/plurilinguisme a été abordée autour des différents contextes tels que Turquie, Maroc, Cambodge.

Donc dans ce compte-rendu, je vais tenter de présenter des points qui me semblent important en respectant la structure suivante ;

  • Regard sur la nation d’enseignement bi-/plurilingue
  • Exemple de différents contextes bilingues avec des problèmes rencontrés

Regard sur la notion d’enseignement bi-/plurilingue

Selon Daniel Coste, « l’enseignement bilingue est une construction de connaissance dans une des langues qui n’est pas première et cet enseignement bilingue est lié à la qualité de l’enseignement du pays. » et il décrit la relation d’altérité avec la nouvelle connaissance dans l’enseignement bilingue en donnant l’exemple de « appareil photo ». Selon Coste « il y a 2 points possibles à aborder sur la notion d’enseignement bilingue : Altérité et mobilité. La notion d’altérité peut être vue comme un appareil photo. La connaissance nouvelle exige une mise au point, zoom, téléobjectivité, angle, cadrage et les effets de flash, c’est-à-dire un effet d’éclairage brutal sur la connaissance. La notion de mobilité concerne le rapport dynamique avec la connaissance, manière d’agir et d’intervenir. » De ce point de vue, on peut dire aussi que chaque personne a sa façon de faire la « mise au point, le zoom, l’angle, le cadrage etc. », ce qui signifie qu’il existe un regard représentationnel et subjectif envers une autre langue.

Selon Coste, l’enseignement bilingue se fait de langue dominante vers langue dominée. Il pense également que quand on prend le portugais et le français comme exemple, il y a un risque de contamination entre ces langues et qu’il ne faut pas les mélanger.

Comme tout enseignement, l’enseignement bilingue a lui aussi ses avantages. Selon Ali EL ATAOUI, l’atout de l’enseignement bilingue est de permettre aux élèves non seulement de découvrir la langue de l’autre mais aussi de redécouvrir sa langue maternelle.

Exemple de différents contextes bilingues avec des problèmes rencontrés

Le concept d’enseignement bilingue au Cambodge est un peu compliqué, selon David LASSERRE. Il y a plusieurs problèmes qui sont présents comme ;

  • Problème de rémunération des enseignants.
  • Problème d’embauche (car personne ne vit vivre en dehors de la capitale.)
  • Problème de distance.
  • Problème de niveau de langue des enseignants.
  • Problème de contextualisation, d’adaptation, d’appropriation.

Lasserre exprime que les enseignants qui travaillent ont seulement le niveau A2-B1 en français. Tous ces problèmes nous montrent qu’il n’est pas possible d’envisager un enseignement bilingue au Cambodge pour l’instant.

Un autre contexte bilingue est celui du Maroc où l’arabe est connu comme langue officielle. La question de langue au Maroc est socioculturelle, économique et politique. Le français est privilégié en tant que première langue étrangère. On utilise le français dans le commerce et dans les relations internationales. Il faut savoir que la majorité des marocains parlent le dialecte arabe : Darija. Des débats entre l’arabe classique et le dialecte sont présents encore aujourd’hui. On pense que le dialecte a l’avenir mais l’arabe classique est toujours une référence religieuse.

Les difficultés qui se posent dans le contexte marocain sont religieuses, langagières et traditionnelles. On enseigne le français avec un contenu arabe, ce qui rend l’apprentissage compliqué et difficile car les apprenants confondent, à titre d’exemple, le genre du mot « eau » qui est féminin en français, masculin en arabe, pluriel en amazigh.

On a également le problème de prononciation chez les apprenants marocains au niveau de quelques sons n’existant pas en arabe comme « P ». Un autre problème, c’est grammatical. Les apprenants ne peuvent pas apprendre facilement la structure grammaticale du français qui est SVO mais VSO en arabe classique.

Un autre problème rencontré dans le contexte marocain, c’est le problème culturel identitaire. Hassan ENNASIRI a donné l’exemple d’une situation qu’il a vécue lorsqu’il travaillait dans un lycée public se trouvant dans une région où la majorité de la population sont des amazighs. Un jour Hassan ENNASIRI entre dans une classe où il doit faire son cours. Après être entré dans la classe, Ennasiri voit sur le tableau deux phrases écrites par un élève disant « Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire ! ». Il demande aux élèves d’effacer le tableau la première fois. La prochaine fois, la même écriture était écrite sur le tableau. Cette fois, au lieu de demander d’effacer, il a proposé aux élèves de travailler sur ces phrases en leur posant des questions: éléments de phrase, le nous renvoie à qui ? Quelle histoire ? Pourquoi le « h » de « Histoire » est en majuscule ?

Toute la classe a participé à ce petit travail. Et à la fin Ennasiri demande à la classe pour que l’élève qui a écrit cette phrase sur le tableau se lève. Un élève s’élève et le prof lui dit « Je te donne plus 2 points ».

Cette situation résume en effet les problèmes que l’on rencontre dans l’enseignement bilingue. Dans un tel enseignement le rôle de l’enseignant est sans doute à redéfinir. Selon Ennasiri, le rôle d’enseignant est devenu « un médiateur » car la classe est un lieu de tension et de conflit.

On peut regrouper les problèmes rencontrés dans l’enseignement bilingue non seulement à partir de cet exemple mais aussi à partir de ce qui est observé dans tous les autres contextes :

  • Conflit culturel et langagier.
  • Incohérence entre le contenu du programme éducatif et celui de l’enseignement bilingue.
  • Enjeu économique, politique et social.
  • Intérêt scientifique international.
  • Rural – Urban et Central – Local.
  • Niveau de langue des enseignants.

Quant au contexte turc où le français n’est ni la langue officielle ni seconde, on peut résumer la situation en quelques phrases. Les enseignants des établissements scolaires privés Tevfik Fikret –établissements francophones privés- ont menée une étude sur l’enseignement bilingue dans l’établissement. Ils ont constaté que la difficulté existant devant l’enseignement bilingue est le concours d’entrée à l’université (le cours se fait en français mais les questions se posent en turc dans le concours)  et l’appropriation de connaissance scientifique car la langue utilisée dans les manuels est très élevée en français. Dans les cours, les étudiants parlent en turc et répondent à des questions en turc même si elles sont posées en français. Donc l’enseignement purement bilingue semble raté dans ce contexte.

Merci pour votre attention.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts


4 réflexions sur « «Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire!» »

  1. Merci Amal pour cette reprise réflexive à partir des propositions d’Alper. Oui, la question d cela langue nationale doit être comprise en rapport avec les langues dites minoritaires, régionales mais aussi dans le contexte d cela mondialisation (ou des mondialisations et l’arabe de ce point de vue en est une ancienne…). Je pense qu’il faudrait aussi, tant pour l’arabe que le français, penser les variations qui défont l’homogénéité de ces langues souvent trop vite présentées comme unitaires, homogènes si ce n’est totalitaires… et puis n’oublions pas que les langues en usage ne cessent de se transformer, aussi est-ce souvent abusif de dire LE français, L’arabe… il faudrait toujours ajouter “dans telle situation” et “dans telle bouche, pensée”… mais je vous renvoie aux nombreux travaux en socio-linguistique et peut-être aussi aux très anciennes réflexions de Humboldt qui associait pensée linguistique et anthropologique.

  2. Je me sentais concernée en lisant le titre de ton compte rendu. Heureusement, ne nous sommes pas tous arabes ! La différence apporte une variété agréable au monde à plusieurs niveaux ( linguistiques, culturels, identitaires etc.). Effectivement, il y a des problèmes qui s’imposent dans les pays où une langue a un statut du pouvoir ou d’autorité plus fort(e) qu’une autre. Même en France, les langues dites “régionales” comme le breton par exemple ne trouvent pas la même place que le français standard au niveau de l’Etat qu’au niveau académique. Je suis effectivement en accord avec les chercheurs sur le fait que toute langue doit être privilégiée. En effet, dans les dernières années au Maroc, on trouve plusieurs initiatives de l’Etat pour scolariser les enfants en d’autres langues que l’arabe à l’école comme à l’université. En revanche, il me semble que parler arabe au Maroc par tous les citoyens est indispensable. Cela permet, en effet, aux non-arabes habitant au pays de pouvoir communiquer avec les arabes. De plus, être bilingue est un atout aujourd’hui. L’arabe est une langue qui reste importante à l’échelle mondiale. Malheureusement, le problème n’est pas à mon avis langagier mais plutôt provient des arrières historiques et politiques assez complexes dans la région.

    Très bon travail Alper. Au plaisir d’en lire d’autres.

  3. Merci M. Martin pour votre commentaire. J’ai essayé d’exprimer mon opinion personnelle de manière implicite à l’intérieur des anecdotes abordées mais je peux m’améliorer pour faire mieux bien sûr. C’est moi qui remercie.

  4. Merci Alper pour ce compte rendu nourri ! N’hésitez pas à avancer vos propres commentaires mais vous l’avez fait en reprenant en détail l’anecdote donnée par Ennasari… Merci !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.