immigré VS étranger

photo prise par google images
photo prise sur google images

Étranger, immigré, immigration… On voit ces mots souvent dans les journaux, on les lit dans les livres, les articles. On les entend souvent dans les discours diffusés à la télé, à la radio et parfois nous-mêmes on les utilise dans nos discours. Mais connaissons nous vraiment ces termes?

Ayant lu un article sur le sujet de ces termes d’immigré et d’étranger j’aimerais le partager avec vous et l’aborder linguistiquement en faisant quelques petites recherches. Je suis bien consciente que je vais aborder un sujet qui fait souvent réagir ( causes: désaccords, mal à l’aise, manque de recherche, sentiments qui dépassent la réalité, influence des médias etc).C‘est un sujet qui à nos jours laisse rarement les gens indifférents. Mais je vais oser car j’ai le ‘statut’ de chercheuse!

C’est un sujet qui est tout à fait d’actualité et faire une distinction claire (tant que c’est possible linguistiquement) entre ces deux concepts nous aidera mieux à comprendre les situations différentes de ces groupes de personnes.

L’auteur de l’article affirme qu’il faut «épingler et déconstruire les idées reçues sur l’immigration». Je suis tout à fait d’accord avec elle et j’ajouterais qu’il faut qu’on cherche plus profondément quand on veut avoir une opinion sur un sujet tellement vaste et complexe. Mais moi j’aborderais seulement l’aspect linguistique de ces situations. Alors définissons (essayons au moins!) ces termes avant d’aller plus loin.

Le dictionnaire en ligne Larousse.fr définit le mot « immigré » comme ;celui qui a quitté son pays d’origine pour aller s’installer dans un autre pays. Le TLFi donne la définition suivante; venir dans un pays étranger pour s’y établir, souvent définitivement ou bien passer d’un endroit à l’autre. Le site linternaute.com fait une distinction entre le nom et l’adjectif définissant le nom; personne ayant immigré dans un pays et s’y étant établie et l’adjectif comme; une personne qui a immigré et s’est établie dans le pays d’accueil. Ce dernier donne comme synonyme pour l’immigré le mot étranger.

Alors tout immigré est un étranger et tout étranger un immigré? Hmmm…

Mais continuons nos recherches. Passons au mot étranger également employé comme un nom et un adjectif en français .

Le dictionnaire en ligne Larousse.fr définit le mot étranger comme; qui est d’un autre pays, qui n’a pas la nationalité du pays où il se trouve. Le TLFi; (Celui, celle) qui n’est pas d’un pays, d’une nation donnée; qui est d’une autre nationalité ou sans nationalité; plus largement, qui est d’une communauté géographique différente. (Celui, celle) qui n’est pas d’un pays, d’une nation donnée; qui est d’une autre nationalité ou sans nationalité; plus largement, qui est d’une communauté géographique différente.

Le linternaute.com définit le nom comme; qui vient d’un autre pays, qui n’appartient pas à un groupe, à une ville, à une famille (en anglais ça serait foreign), qui n’est pas familier, connu ( en anglais ça serait stranger).

Et l’immigration?

Dans Larousse.fr ; Installation dans un pays d’un individu ou d’un groupe d’individus originaires d’un autre pays.(L’immigration est le plus souvent motivée par la recherche d’un emploi et la perspective d’une meilleure qualité de vie.)

Et dans le TLFi; Action de venir s’installer et travailler dans un pays étranger, définitivement ou pour une longue durée.

Selon l’extrait du film d’ARTE;le concept d’étranger est un concept juridique qui désigne celui qui vit dans un pays dont il n’a pas la nationalité et le concept d’immigré qui lui n’a rien de juridique a été mis en avant à la fin des années soixante-dix quand des travailleurs étrangers se sont installés en Europe et que certains ont acquis la nationalité de leur pays d’accueil.

Mais qu’on parle d’étranger ou d’immigré c’est souvent connoté négativement. Déjà dans la langue française ou anglaise on a des expressions pour exprimer des choses inhabituelles ou bizarres comme: ‘It’s strange’ ou ‘C’est étrange.’

Qui est l’étranger et qui l’immigré? Et quel sera notre public en tant que professeurs de FLE ou de FLS? Des immigrés? Des étrangers ? Les historiens et politologues peuvent en dire plus . A vous de voir. Moi j’emploierai le terme plus savant d’allophone définissant celui qui parle une autre langue ou celui qui est venu avec une autre langue.Ou bien, celui qui a une langue maternelle autre que celle du pays où il vit.

«Justement, rationaliser, prendre de la distance, apparaît aujourd’hui essentiel, alors que le discours politique joue sur la peur et l’émotion…».«Distinguer la perception émotionnelle et la réalité.». extrait de l’article

Pour conclure je termine cette petite recherche avec un proverbe populaire en ancien grec qui peut se traduire par; «Il est pire de savoir/connaître à moitié que de ne pas savoir/connaître du tout.»

« Η ημιμάθεια χείρων εστί και αυτής ταύτης της αμαθείας »

Ceci n’est pas une critique, ni une reproche, même pas une analyse de l’article que j’ai lu. C’est simplement un essai d’éclaircir les termes d’étranger et d’immigré. L’article dont je mentionne ne vient pas d’une source scientifique. Je suis tombée sur lui par hasard en lisant d’autres choses sur facebook. Il m’a immédiatement capté l’attention car j’ai aimé la façon dont l’auteur s’est exprimée et car je m’intéresse aux films documentaires d’ARTE.

Article lu:

Un article de Marie-Hélène Soenen.

Lien: http://television.telerama.fr/television/arte-dechiffrage-detricote-avec-pedagogie-les-idees-recues-sur-l-immigration,133838.php

Publié le 10/11/15

Sites consultés:

Larousse.fr

Linternaute.com

TLFi

Les définitions que j’ai choisies ne sont pas toutes les définitions que donne le dictionnaire. J’ai choisi les définitions qui correspondent le mieux pour ce sujet.


Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

2 réflexions sur « immigré VS étranger »

  1. Pour corser un peu les choses, tu aurais pu ajouter « expatrié » à ta liste.. N’est pas « expat » qui veut et je suis sûre que les définitions divergent d’une personne à une autre.
    Pour revenir aux apprenants, il n’est pas nécessaire de leur coller des étiquettes « étranger », « allophone », « expatrié », « immigré », « réfugié » etc… ce sont juste des Hommes qui cherchent à apprendre une langue X pour des raisons diverses et variées.. Mais il est vrai, que pour décrire le public avec lequel on [les professeurs de FLE] travaille, les termes « étrangers » et « allophones », reviennent (très) fréquemment ! Sans doute, car ils sont moins connotés que les autres !

  2. Concernant les apprenants que nous auront en face de nous, je ne sais pas, Olga, s’ils préfèreront le terme allophone, d’être restreints à la langue qu’ils parlent.
    J’ai l’impression que les personnes que j’avais en cours venaient aussi avec leur histoire. Apprendre le Français ne signifiait pas la même chose pour Valentina, étudiante Erasmus venue passer un an en France, pour Iwa mariée à un Français, pour Mohamed manœuvre dans le bâtiment, pour Uwe informaticien à l’Aérospatiale ou encore pour Monsieur Kandaya demandeur d’asile. Evidemment ces personnes ne pouvaient pas être réduites à une simple étiquette « erasmus », « immigré », « réfugié » mais en fonction des conditions de leur arrivée, elles n’étaient pas disposées à apprendre de la même manière.
    Personne n’apprend à vrai dire de la même manière. Mais on peut quand même imaginer que la relation enseignement/apprentissage n’aura pas les mêmes enjeux entre un ingénu avide de tout découvrir et un être torturé par de vieux fantômes qui n’arrive pas à aligner deux mots alors qu’il se servait de sa plume pour s’opposer à un régime.
    Mettre des mots sur les conditions de leur arrivée peut parfois nous aider, les aider à circonscrire les en « je ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *