Compte rendu : l’enseignement de la prononciation et les supports dramaturgiques

http://www.inalco.fr/evenement/entendre-chanter-voir-se-mouvoir-reflexion-supports-employes-classe-langue
http://www.inalco.fr/evenement/entendre-chanter-voir-se-mouvoir-reflexion-supports-employes-classe-langue

Les journées d’études du 5-6 novembre qui ont eu lieu au pôle de l’INALCO était un colloque consacré aux échanges et à la réflexion sur les supports soi-disant « non-conventionnels » (geste, voix, mouvement, etc.) dans l’enseignement et l’apprentissage de langue. Plusieurs thématiques ont été abordées par des intervenants de nombreux domaines scientifiques. Ce à quoi j’ai assisté était la session du vendredi après-midi qui portait sur le recours au support théâtral dans l’enseignement et l’apprentissage de la prononciation de langue. En fait, la raison pour laquelle j’y suis allé écouter est que mon sujet de mémoire est centré sur l’enseignement de la prononciation du français en Chine et que je voudrais bien trouver des stratégies inspiratrices.

Ainsi, ce qui m’a intéressé le plus, c’était l’exposé intitulé « Le travail sur la prononciation et la prosodie par la pratique théâtrale en classe de langue italienne » de Federica TUMMILLO (U. Stendhal, Grenoble, GERCI). Durant sa présentation, elle est partie de la théorie à la pratique d’enseignement en nous montrant quelques exercices qu’elle a fait avec ses apprenants. Il faut remarquer que dans son cours de prononciation de l’italien, elle met l’accent non seulement sur la prononciation, mais aussi sur la prosodie qui fait partie de l’élément suprasegmental parce que « les différences phonologiques entre les langues sont, au moins en partie, déterminées par leur structure rythmique » (Schmid, 1999) [1]. Et c’est pareil à mon avis pour l’enseignement de la prononciation du français, surtout pour les apprenants chinois car il y a un écart très important entre la structure rythmique du français et du chinois.

Le geste a une grande importance dans l’enseignement de la prononciation de l’italien d’après Tummillo. Quand un geste va de pair avec l’apprentissage de la prononciation, il favorise davantage la mémorisation lexicale (Teiller, 2008) [2]. Dans la pratique réelle, l’enseignant peut assigner un geste à un lexique ou un phonème ou bien laisser la liberté aux apprenants de concevoir leur propre geste.

Bref, étant le cursus le plus important pour une nouvelle recrue dans son apprentissage du français, l’enseignement de la prononciation de langue reste encore à perfectionner en prenant en considération les caractéristiques phonologiques à la fois de la langue cible et la langue première.

[1] Schmid, S., Fonetica e fonologia dell’italiano. Torino, Paravia Scriptorium, 1999.

[2] Tellier, M., The Effect of Gestures on Second Language Memorization by Young Children. John Benjamins Publishing, 2008.

  

 

 

 


Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *