De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère numérique

COMPTE RENDU ( deuxième partie du colloque )

Le colloque dont le titre est « De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique » a été organisé par M. Olivier Lumbroso ( professeur en Langue et littérature françaises à l’université  Sorbonne Nouvelle) et M. François Vanoosthuyse ( maître de conférences en Littérature française à l’université Sorbonne Nouvelle). Il a eu lieu le mercredi, 21 octobre 2014, à la Sorbonne Nouvelle, de 9h à 18h.

Lors des trois tables rondes de la deuxième partie du colloque, plusieurs intervenants se sont exprimés en abordant des thèmes d’actualité qui tournent autour de la notion d’autodidaxie. Nous, nous allons nous référer  plutôt à l’intervention de M. François Taddei, ingénieur en chef des Ponts, des Eaux et Forêts , fondateur du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) et membre du Conseil Scientifique de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire du Ministère de l’Education nationale et titulaire de la Chaire UNESCO  » Sciences de l’apprendre ».

Pour aborder le thème de l’autodidaxie on va essayer d’abord de définir ce concept pour pouvoir ensuite voir comment on peut acquérir la compétence du « savoir apprendre » qui est essentielle pour être un vrai autodidacte.

L’autodidaxie, est-elle, la capacité d’apprendre soi-même? Un nouvel art d’apprendre? Un apprentissage individuel tout à fait isolé?

Dans l’Encyclopédie Larousse en ligne, « l’autodidaxie est l’acquisition de connaissances par un individu en dehors des dispositifs éducatifs officiels -établissements scolaires, centres d’apprentissage ou de formation -et  sans intervention d’un enseignant ou d’un formateur ».

Pour François Taddei, l’autodidaxie est « la capacité d’apprendre soi-même ». Mais pour cela, il faut savoir apprendre, donc, il faudrait apprendre à apprendre avant d’être autodidacte.

En ce qui concerne la didactique des langues étrangères,  les notions d’ « autodidacte », d’ « apprentissage autonome », d' »autodidactie » ont été utilisées depuis plusieurs années. L’époque à laquelle on va nous référer est une  » période charnière (…) un moment où l’enseignement des langues est dans une phase de rupture avec les méthodologies en cours » (Holtzer, 1995). Dans cette période, l’apprentissage autonome est défini comme  » apprentissage mené par l’apprenant en l’absence d’un enseignant. Lorsque l’apprentissage est complètement autonome, on peut parler d’autodidactie » ( Holtzer, 1995). Un autodidacte est « un apprenant qui organise lui-même l’apprentissage » et « l’autodidactie n’est pas pour autant un apprentissage sauvage. L’autodidacte peut se procurer et utiliser des supports pédagogiques qui, conçus ou non en vue d’un apprentissage en autodidactie, peuvent l’aider à mener à bien son projet » ( Holtzer, 1995).

Mais, avant d’être autodidacte il faut apprendre  à apprendre, acquérir  non seulement des savoirs ( dans le cas de l’appropriation d’une langue étrangère on parle des savoirs linguistiques , communicatifs et culturels), mais aussi des savoir-faire et des stratégies d’apprentissage.

Dans le processus d’enseignement-apprentissage des institutions scolaires des nos jours, le rôle de l’enseignant a beaucoup changé; aujourd’hui il est plutôt le guide, l’accompagnateur, le tuteur, le coach de ses apprenants. On ne dira pas que l’enseignant ne doit plus faire son travail ( de transposition didactique pour rendre le savoir savant plus enseignable et de transmission), mais, que ses méthodes d’enseignement doivent être orientées vers une perspective qui favorise l’autonomie dans le travail scolaire. Petit à petit , les apprenants seront encouragés de se détacher de lui et de gagner de plus en plus en autonomie. Ils seront orientés vers une pratique autodidacte qui suppose qu’un apprenant soit capable d’apprendre tout seul, ce qui va lui permettre de s’auto-former tout au long de la vie. En même temps, il faut admettre que la compétence de « savoir -apprendre  » n’est pas appropriée par tous les apprenants malgré les efforts de leurs enseignants.

Pour revenir à Francois Taddei, on va mentionner qu’il insiste aussi sur la nécessité d’apprendre en travaillant avec les autres, ce qui donne l’occasion  d’exprimer son point de vue, d’exprimer ses idées, de communiquer, de coopérer, de faire preuve de l’esprit critique  » qui est très difficile de l’avoir ». Il nous rappelle les trois types d’apprentissage: individuelle , coopérative et collaborative tout en encourageant l’apprentissage collective, car « grâce à l’intelligence collective, on peut avoir une progression ». D’ailleurs, dans l’autodidaxie « on utilise le progrès fait par les autres pour pouvoir avancer » . Son conseil est de faire un mélange d’autodidaxie et de créativité pour avoir de bons résultats.

En effet, le travail collaboratif est très important dans un contexte où tout le monde sait quelques chose, mais personne ne sait tout. Il y a des tâches difficiles que les apprenants ne sont pas en mesure de mener seuls, mais ils peuvent les réaliser avec l’aide des autres dans des situations de collaboration et d’interaction social. Selon certaines théories de l’apprentissage , et plus précisément pour le courant interactionniste*, l’apprentissage est abordé comme un processus par lequel le savoir « circule , se construit et se transforme au sein d’une communauté, d’un groupe social ». Ainsi, « apprendre, pour l’individu, c’est participer à ce processus collectif de co-construction du savoir, c’est s’inscrire dans une relation avec d’autres qui promeut cette co-construction » ( Lebrun- 2002).

En conclusion, on pense que les technologies de l’information et de la communication d’aujourd’hui offrent toujours plus de perspectives autodidactiques, par conséquent plus d’apprenants vont tenter de devenir autodidactes. Mais est-ce qu’on est tous préparés pour cette forme d’apprentissage dans un contexte où les attentes sont grandes en termes d’apprentissage par soi-même? Est-ce qu’on a été préparé de passer à l’obligation de compétence comme le note P. Carré ,  » nous sommes passés en quelques années du droit à la formation à l’obligation de compétence  » (Philippe Carré-2005)?

Dans ce contexte il faudrait retenir l’autodidaxie comme un objet de recherche et ne pas oublier que  » l’homme est le seul être qui ait besoin d’être éduqué et nous n’avons pas connaissance d’un enfant qui ait pu devenir homme sans cela. Il nous faut donc apprendre: c’est le prix de la liberté » ( Philippe Meireu)

 

______________________________________

*Courant  interactionniste  (interactionnisme symbolique) – désigné globalement un courant sociologique d’origine américaine fondée sur l’idée que la société est le produit des interactions entre les individus.

Sitographie ( consultée le 11 novembre 2015)

1. Encyclopédie Larousse en ligne

2. Universalis.fr

Bibliographie:

Philippe Carré, Vers un nouveau rapport au savoir, Collection Psycho Sup, Dunod, 2005, p.45;

Gisèle Holtzer, Autonomie et didactiques des langues: le Conseil de l’Europe et les langues étrangères , 1970-1990, publié par le Groupe de recherches en linguistique, informatique et sémiotique, Paris, Belles Lettres, 1995, p.33, 34;

Marcel Lebrun, Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre-Quelle place pour les TIC dans l’éducation, Boeck université, 2002, p. 109.

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.