Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Il n’a que quinze minutes à m’accorder et il est assis dans un grand fauteuil de cuir noir qui tourne. Il jette un coup d’œil au courriel que je lui ai envoyé il y a deux semaines.                                                                         Sur le bord de ma chaise, j’attends… pendue à ses lèvres…                 De sa voix grave, il entonne :

– Hum… il faudrait observer une dizaine de familles au moins… et   puis ce serait bien que vous les filmiez… Bien entendu, il vous faudra aussi analyser l’environnement familial, social, professionnel… tout quoi… vous verrez bien… Jetez un coup d’œil aux écrits des enfants. Cela pourrait vous renseigner sur les pratiques linguistiques…

Je dis rien… Enfin, je crois… Je hoche la tête. Sur mon petit carnet, j’essaye de tout noter. Je ne me rends pas encore compte du poids. Mes quinze minutes sont écoulées. Son collègue vient de passer dans le bureau :

– Tu viens ? On nous attend au cinquième pour le Conseil de Perfectionnement.

– J’arrive.

(à moi)

– Bon eh bien vous avez de quoi vous occupez. Vous me tenez au courant.

– Oui Monsieur. Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Un mois plus tard. Même scénario.

– Oui… j’ai vu… C’est pas mal mais… il faudrait penser différemment l’analyse de ces vidéos… Examinez de plus près la répartition des temps de parole… les types d’intervention… Les déplacements pourraient aussi être une source d’information non négligeable… Et puis pour l’entretien, il faudrait voir du côté de Kaufmann[1], de l’entretien compréhensif… Ah et ce serait pas mal tout même si toutes ces données, on pourrait les retrouver sur un cd-rom…

Cette fois-ci, ce n’est pas un professeur qui a sonné le glas mais un autre élève qui a frappé à la porte. C’est l’heure de son rendez-vous. Je prends mon manteau sous le bras et je sors. J’ai très chaud. Je dois sûrement être toute rouge. Il faut que je prenne l’air. Des copains accrochés à un radiateur me demandent comment ça va. Ca va. J’ai juste une petite heure avant de me rendre au cours d’épistémologie où je dois faire état de mes recherches.

Nous sommes tous assis autour d’une grande table en U. Ca fait déjà deux heures que ça discute. Ils ont tellement l’air d’être sûrs d’eux. Ils posent leur problématique, présente leur méthodologie, leur terrain d’observation. Ils en sont à l’analyse des données. Tout n’est pas parfait. Il y a encore quelques petits réajustements à faire mais ils ont bien avancé. Ils sont contents.

C’est à mon tour. Je parle de mes familles, des vidéos, de la répartition des temps de parole, des types d’intervention, de l’entretien compréhensif, de l’analyse des écrits des enfants et… Je n’ai pas eu le temps de parler du cd-rom que :

– Ce n’est pas possible ! C’est bien beau de vouloir faire du qualitatif comme ça mais là vous allez droit dans le mur ! Je ne dis pas ça pour vous bien sûr. Je sais bien que vous n’y êtes pour rien. Ce n’est seulement pas admissible que des étudiants en Master 2 soient dirigés vers ce genre de recherche…

Oh là là ! Ils ne s’aiment vraiment pas ces deux-là. On dirait même qu’ils se détestent. Une histoire de chaire ai-je entendu dire…           Je ne m’étais alors pas rendu compte de la portée de ces propos. J’avais la tête dans le guidon. Jour et nuit, je les passais à visionner, compter, analyser, puis écrire, récrire, réécrire car ça n’allait jamais. J’ai rendu mon mémoire dans les temps ou presque…                        Mais c’était décidé. Je ne ferai pas ma thèse avec lui.

Un enfant plus tard. Dans une autre salle de cours.

– L’étrangeté dans un texte… Référez-vous à Berman[2]. Valérie l’a très bien exposé… comment traduire les proverbes.                                 Lisez Meschonnic[3] Poétique du traduire… la notion de rythme. C’est important le rythme…

Quelque part dans un café.

– Qu’est-ce qui vous arrive ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce que c’est que ce mot à mot que vous êtes en train de me faire…

– Vous savez… ce sont ces cours sur la traduction…

– Oui…

– Ils envisagent les choses sous un tout autre angle… et j’ai un exposé à faire… alors… Je n’ai peut-être pas tout compris mais depuis… je me pose beaucoup de questions… Cette idée de rester le plus proche possible du texte pour y laisser la trace de l’étranger… C’est… c’est Berman…

– Ah oui Berman… Bon… L’important est de justifier… Même si je ne suis pas d’accord avec vous… Justifiez.

Retour dans la salle de cours, celle de Meschonnic et de Berman.

– Pour terminer, je parlerai de la traduction de « Ba chìm, bảy nổi, chín lênh đênh ». C’est un proverbe que tous les Vietnamiens connaissent et qu’ils utilisent pour parler des difficultés de la vie, de ce qu’ils ressentent lorsqu’elle les malmène…                                                    Concernant sa traduction, voici où je suis, pour l’instant, de ma réflexion :                                                                                                                                   « Au fond trois fois, au ras sept, à tourbillonner neuf fois » ou encore « A trois s’enfonce, à sept surnage, à neuf se retourne se détourne »

– On ne peut pas dire que vous avez choisi un texte facile… Cette notion de « fois » est, sans faire de jeu de mots, ma foi importante… c’est autour de ça qu’il faut travailler…Mais… c’est quoi ces traductions à l’eau de rose ! Ca ne va pas du tout… Vous voyez bien ! Bon… A qui le tour maintenant ?

– Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Traduction à l’eau de rose… Vous voyez bien !                                               Ca fait des mois que je me triture la tête pour ça… une traduction à l’eau de rose… Traduire… Je commençais à aimer… ce passage d’une langue à l’autre… ce travail sur le texte… cette trace de l’étranger… Ca me parlait… Il va falloir te résoudre ma belle, ce n’est pas fait pour toi…

Dernièrement en salle M.

– La recherche… c’est une histoire de tensions… de conflits… C’est l’histoire de ce conflit que je dois retrouver dans vos mémoires…      Votre place… Pensez à votre place…                                                                       Tirez-en le meilleur ! Tirez-en le meilleur…

 

 

[1] Jean-Claude Kaufmann, Directeur de recherche à l’Université Paris V-Sorbonne, est sociologue, écrivain.                                                           Jean-Claude Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris : Nathan/HER, 2001.

[2] Antoine Berman (1942-1991), est un théoricien français de la traduction et traducteur.                                                                                                   Antoine Berman, La Traduction et la Lettre. Ou l’Auberge du lointain, Paris : Seuil, 1999.                                                                                                                 Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris : Gallimard, 1984.

[3] Henri Meschonnic (1932- 2009) est un théoricien du langage, essayiste, traducteur et poète.                                                                                      Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris : Verdier, 1999.

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts


3 réflexions sur « Merci Monsieur. Au revoir Monsieur. »

  1. Je ressens le désespoir en lisant le texte. Peut-être que j’ai tort. Mais je trouve ces sentiments très normales qui arrivent de temps en temps à chaque chercheur pendant la rédaction du mémoire.
    Pierre N’Da dans son livre «Méthodologie et guide pratique du mémoire de recherche et de la thèse de doctorat» dit que «dans ce travail de recherche scientifique [la recherche fondamentale], il convient de dire clairement que ce qui importe le plus et avant tout, ce n’est pas d’abord les résultats obtenus, mais les questions pertinentes pour se donner les moyens et les meilleurs chances de parvenir au but, c’est-à-dire trouver ou découvrir ce qu’on cherche. A ce propos, le grand savant, Einstein disait, non sans humour, que la science est bien moins dans la réponse que dans les questions que l’on se pose.»(p.24)
    Ses propos donnent du courage et éclairent le chemin laborieux de la recherche.
    La version e-book du livre existe sur le site de la bibliothèque.
    Bon courage et bonne continuation.

    1. Merci Fatemeh pour tes encouragements et tes conseils de lecture. Je n’ai, il me semble, jamais été désespérée, parfois découragée et c’est vrai plutôt déconcertée. Mais le fait de l’écrire, de poser les choses m’a permis d’y voir plus clair.

  2. Merci Marie-Christine, vous avez lancé les “relations de recherche” d’une manière formidable ! c’est vraiment un texte merveilleux, un texte funambule qui relance mille problèmes et vous mettez la barre très haut ! J’aimerais en savoir plus sur vos réflexions concernant la traduction, bien évidemment ! mais je me contente de vos réflexions en actes d’écriture sur la relation de recherche qui vont donner de belles pistes à tous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.