La distance dans l’enseignement bi-/plurilingue : deux ordres de distance proposés par Daniel Coste (Partie II)

y1hk77bkel3asdouzr3xyjl72ejkfbmt4t8yenimkbvvk0ktmf0xjctabnaljim9

La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue

Journée d’étude organisée par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP), l’Institut Français et l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue (A.D.E.B).

Date: le 6 novembre 2015

Lieu: CIEP

Lors du colloque intitulé La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue ayant lieu à CIEP le 6 novembre 2015, Daniel Coste, dans son discours « Savoir prendre ses distances », nous trace une « grille de lecture » des études sur la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue. Il propose deux points de vue possibles pour le cadrage de question de distance, en termes de relation d’altérité et de mobilité. Cet aspect ayant été traité dans le compte rendu de QIAN Cheng, nous aborderons directement, dans cette deuxième partie, les deux distances évoquées par le conférencier.

D. Coste distingue deux grands ordres de distance. D’une part, la distance relationnelle avec une dimension linguistique très présente qui touche également aux dimensions affective, émotionnelle, sociolinguistique et sociale. D’autre part, la distance d’ordre cognitif implique un décalage entre les connaissances antérieures et les connaissances disponibles.

Avec les dimensions binaires qu’il pointe, il dégage une espèce de carrée sommaire qui explique les différentes situations où nous pouvons nous situer :

  • les langues distantes avec les connaissances également distantes (ex. un étudiant catholique francophone assiste au cours sur confucianisme en mandarin)
  • les langues distantes avec les connaissances relativement proches (ex. un étudiant turcophone ayant une formation d’économie et suit une formation d’économie en France)
  • les langues proches avec les connaissances distantes (ex. un élève italien travaillant sur l’histoire de la France au Moyen-Âge en français)
  • les langues proches avec les connaissances proches (ex. un étudiant qui parle le basque travaille sur l’anatomie en occident)

Les études de l’enseignement bilingue relèvent des quatre situations qui posent des problèmes de nature didactique. Ensuite, le conférencier récapitule les études et phénomènes actuels qui s’inscrivent dans ces deux distances.

Distance relationnelle

Selon D. Coste, la dimension linguistique vient  d’abord dans toutes les distances relationnelles, car la distance maximale passe par la matérialité linguistique au niveau graphique, phonétique etc. Mais le double sens de ces relations n’est pas suffisamment réfléchi. Par exemple, on s’interroge plus sur l’apprentissage du chinois par les francophones que sur l’apprentissage du français par les sinophones. Il nécessite des réflexions croisées pour changer cette asymétrie des études. Par ailleurs, il existe des dimensions linguistiques dans les variations entre les langues qui touchent au régime discursif. Et puis, la possibilité de cumuls, voire démultiplication en quelque sorte des facteurs de distance, quels qu’ils soient, physiques, géographiques ou culturels, pourrait aboutir sur les phénomènes didactiques dangereux, comme le problème de représentation, de globalisation qui nous amène à considérer les langues distantes comme un ensemble.

Le conférencier mentionne ensuite les phénomènes de mise à distance les langues en proximité. En vue d’affirmation identitaire, les chercheurs passent par les outils métalinguistiques, comme la compilation d’un dictionnaire brésilien pour se différencier du portugais. Quant à la dimension didactique, on a tendance à creuser la distance alors qu’on peut exploiter la proximité. Par exemple, on prend la distance proche entre les langues romaines pour dangereuse, car elle provoque des risques de confusion ou de contamination.

À part les études du rapport entre les langues du point de vue d’étymologie, D. Coste insiste sur le point de vue des statuts des langues. De premier abord, la langue seconde dans certains endroits est encline à devenir la langue dominante, dans ce cas-là, la théorie concernant une hiérarchisation des langues de Jean-Louis Calvet doit être prise en compte. L’enseignement bilingue est un enseignement qui se fait à partir des langues dominées vers des langues dominantes pour garantir une ascension sociale ou un progrès économique. De la langue dominée à la langue hyperdominante, on néglige des fois l’apprentissage des autres langues étrangères. De plus, il est nécessaire de réfléchir sur la position et le geste des instituts de français dans les sociétés où les cursus entièrement en français ne sont pas suffisamment développés.

Le conférencier propose d’envisager la distance relationnelle également sous l’angle des rapports de force entre les langues. Cela touche à la question d’immersion. En effet, on a un type de modèle de l’enseignement bilingue qui donne lieu à énormément de recherches sur les différents types et degrés d’immersion.

Distance cognitive

Selon D. Coste, pour envisager la distance cognitive, on a affaire à la distinction des disciplines en termes de communautés discursives. Il est clair qu’il n’existe pas la même relation de distance entre l’enseignement bilingue de différentes disciplines, comme l’enseignement des mathématiques et l’enseignement de la philosophie. La dernière fait appel au travail relatif aux textes sans recours aux graphiques ou camemberts qui relèvent des langages formels et apparaissent plus accessibles. En revanche, on peut trouver des combinaisons intéressantes entre le domaine langagier et le domaine cognitif dans les disciplines comme arts plastiques, philosophie, histoire, etc., autrement dit, une coïncidence entre le progrès langagier et le progrès des connaissances de ces disciplines. Concernant les domaines lointains, l’activité de traduction qui suscite un travail sur les concepts peut donner lieu à un enrichissement réciproque des connaissances. On chercher à exploiter la distance afin de produire quelque chose conceptuellement ou épistémologiquement de nouveau.

Dans la dimension pédagogique, sans entrer trop dans les détails, D. Coste signale l’intérêt de porter à la diversité des situations, de focaliser sur les situations qui paraissent contestées et qui possèdent des limites. Il attache parallèlement l’importance au retour aux terrains variés. En outre, pour résoudre le problème d’asymétrie de réflexions d’ordre de distance cognitive, il est important d’inverser les perspectives d’études. Enfin, il fait appel à une mise en relation des études sur les terrains, à un réseautage des situations différentes. De ce point de vue, le conférencier conclut son discours en mettant en avant la nécessité et la possibilité du rapprochement dans l’enseignement bilingue.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.