Comment terre ?

Comment taire, alors, ce qui arrive sous nos yeux et n’a pas de nom ?

C’est avec admiration que je foule le parvis de la Bibliothèque Nationale de France ce mercredi 4 novembre. Ces hauts volumes de béton et d’acier entourés de cette grande esplanade de bois et de ces jardins s’intègrent parfaitement à cette architecture urbaine. Et c’est ici, au Petit auditorium, que vont se réunir pendant plusieurs jours écrivains, journalistes, professeurs mais aussi réalisateurs ou encore photographes, pour, à l’horizon de la COP21, “dire et penser un monde menacé”.

Une conférence sur le climat d’un point de vue littéraire avant une plus grande conférence, internationale, qui réunira des dirigeants du monde entier pour discuter de l’avenir de notre planète.

Cette séance inaugurale s’est voulue démonstrative des enjeux du cheminement des écrivains et du rapport nature/littérature.

Introduite par Dominique Viart, professeur, et Pierre Schoentjes, écrivain, la soirée débute par une discussion entre les deux hommes sur la place de la littérature dans un domaine habituellement abordé de manière scientifique ou politique. On constate ainsi en écoutant Pierre Schoentjes, que la littérature environnementale s’est largement développée ces dernières années, notamment au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, où la prise de conscience a été générale, les enjeux ont été questionnés au-delà de l’humanité.

Des points de vue se sont opposés puisque durant l’intervention suivante, un dialogue entre Jean-Christophe Bailly et Jean Kaempfer, l’écrivain a révélé être en désaccord avec Pierre Schoentjes sur l’intérêt récent de la littérature environnementale. Il cite d’ailleurs des oeuvres de Francis Ponge ou encore de Victor Hugo. Il défend son goût pour cette littérature qui défend la nature et dénonce la conférence sur le climat à venir comme un événement hypocrite.

Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori
Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori

La soirée s’est conclue par la projection du documentaire “La ligne de partage des eaux” après un bref entretien entre le réalisateur Dominique Marchais et Francesca Isidori.

Un premier jour de conférence très instructif selon moi, avec des intervenants tous aussi impliqués les uns que les autres tout en ayant des points de vue différents. Un thème qui nous réunit tous, notamment étudiants de français et citoyens du monde : la littérature et les arts et l’avenir de notre planète.

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette séance du 4 novembre 2015 :

Séance inaugurale

Mercredi 4 novembre 
à la Bibliothèque nationale de France / au Petit auditorium
 Quai François Mauriac – Paris 13 (M°  Bibliothèque nationale)

19 h00 – 19 h30 – 
Présentation de la 9e édition par Dominique Viart et Pierre Schoentjes

19h30 – 20h15 – Prendre la dé-mesure

 par 
Jean-Christophe Bailly, avec Jean Kaempfer

20 h15 – 22 h30 – 
Projection du documentaire  « La ligne de partage des eaux » – Entretien du réalisateur Dominique Marchais  avec Francesca Isidori

 

9e édition des Enjeux : Conférence Comment terre ? Dire et penser un monde menacé, organisé par la Maison des écrivains et de la littérature, du 4 au 8 novembre 2015.

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts


3 réflexions sur « Comment terre ? »

  1. Dommage que vous ne parliez pas du film dont on peut apercevoir quelques bribes ici : https://blogs.mediapart.fr/quentin-mevel/blog/300414/la-ligne-de-partage-des-eaux-entretien-avec-le-cineaste-dominique-marchais
    et ici :
    http://www.zerodeconduite.net/blog/19114-la-ligne-de-partage-des-eaux-la-carte-et-le-territoire.html#.VloNhIT8Q_M

    C’est un très beau travail d’enquêteur qui peut aider les rédacteurs de mémoire et donc tous les chercheurs : comment enquêter sur un problème ? qui rencontrer ? comment monter toutes les ressources glanées au fil d’une enquête ? Ce réalisateur a vraiment réussi un beau travail de recherche et donc d’écriture avec sa caméra !

  2. “Littérature environnementale” c’est la première fois que j’entends cette expression! Effectivement l’environnement c’est un sujet qui nous concerne tous, étudiants, professeurs. Cela serait je pense très intéressant de voir si dans la littérature de jeunesse ou dans les manuels destinés aux enfants, si on peut intégrer la question du respect de l’environnement, de la faune et de la flore. Si ce n’est pas déjà fait, comment nous en tant que professeurs de FLE pourrait on intégrer ce sujet dans le programme et que ça reste ludique. Je parle de littérature de jeunesse car je crois que les bonnes habitudes se stabilisent dès notre plus jeune âge. Un enfant conscient des soucis environnementaux sera un adulte qui respecte le plus possible l’environnement!

    1. Je ne pense pas, Olga, que l’environnement soit une question de respect mais bien plutôt une question de responsabilité. par ailleurs, la littérature, de jeunesse ou pas, n’est pas faite pour moraliser mais pour problématiser, relancer les questions… ou alors c’est de la propagande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.