L’importance du langage non verbal en classe de langues

Quelle importance donnons-nous au langage non verbal pour l’apprentissage d’une langue ?

Notre corps est aussi un instrument de communication important. Louis Porcher nous rappelle l’importance du corps dans le processus de communication : « Le corps, enracinement essentiel, fondateur des significations que nous produisons et distribuons est le lieu sur lequel se trame toute communication sociale et interpersonnelle » (Calbris/Porcher 1989 : 7).

Mais comment on acquière la capacité du langage? Quels sont les éléments ou facteurs qui y interviennent ? Quand on parle de communication, on ne parle que du langage verbal ?

L’intérêt de cette étude porte sur le langage non verbal. C’est une capacité propre du cerveau, plus concrètement de l’hémisphère droit. Cette présentation aura comme but principal, démontrer que lorsqu’on est enfant, on sollicite  les deux hémisphères du cerveau, c’est-à-dire l’interaction de l’hémisphère droit et gauche. Plus tard lorsqu’on grandit, on sollicite et exploite le plus  l’hémisphère gauche, celui qui s’occupe du langage verbal (grammaire, lexique, prononciation). D’après certains psychologues  le côté gauche est le plus réflexif des deux côtés, c’est pourquoi il est considéré aussi l’hémisphère dominant. On constate aussi qu’il y a la tendance  à reprimer l’hémisphère droit,  celui qui s’occupe du langage non verbal (gestes, mouvement des mains, etc.) celui où se produisent les habilités artistiques et physiques, les émotions « 90 % au moins des messages affectifs sont non verbaux » (Goleman 1997), facteurs considérés importants dans des approches communicatifs modernes.

Cependant et malgré le progrès de la technologie et de la science, peu ou presque rien s’est accordé à l’étude concrète de l’hémisphère droit, qui, d’après quelques données existantes, est le côté de notre cerveau le moins potentiel à l’âge adulte. C’est en fait considéré le côté le plus réprimé du cerveau,  le moins sollicité pour l’apprentissage d’une langue une fois dépassé l’âge de l’enfance. Pourquoi cette potentialité n’existe-t-elle plus à l’âge adulte? Ces différences anatomiques ne signifient pas que seul le côté gauche est capable d’acquisition linguistique, mais que, du fait de son plus grand développement, il prend le pas sur le côté opposé. (Geschwind N.) En somme, il est possible que cette potentialité subsiste toujours, tout en étant réprimé par un mécanisme quelconque, si tel était le cas pourrait-on apprendre peut-être à lever cette répression, libérant ainsi l’hémisphère non dominant ?

Mots clés : Acquisition, langage non verbal, hémisphère droit et gauche.

Bibliographie

Bronckart J.P.- Mounoud P, 1984, La communication non verbale. Paris, Delachaux et Niestlé S.A.

Hesling Isabel, 2002,  L’hémisphère cérébral droit : un atout en anglais de spécialité.

Goleman, D. 1997. L’intelligence émotionnelle, Paris , Laffont.

Miller Georges A, 1975, Communication langage pensée.  Simep Editions.

 

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts


2 réflexions sur « L’importance du langage non verbal en classe de langues »

  1. Cher Talledo Edilberto,
    merci pour cette présentation de votre mémoire. Je me permets quelque petites remarques pour l’améliorer lors d’une prochaine présentation :
    Il faudrait faire une relecture précise car je pense que vous accentuez des “e” inutilement, par exemple… et cela donne des phrases sans verbes que votre lecteur ne comprend pas bien !
    Votre dernier paragraphe est assez long et difficile à suivre: il faudrait certainement le revoir pour clarifier ce sur quoi vous concluez la présentation (ou le futur résumé).
    Il est inutile d’écrire Monsieur même quand il s’agit d’un grand didacticien comme Louis Porcher car vous écrivez sur un carnet de recherche et ne lui adressez pas la parole… Par contre, écrivez son prénom entièrement la première fois puis vous pouvez ensuite dire seulement “Porcher”.
    Votre bibliographie est trop rapidement rédigée: il faudrait d’abord bien respecter l’ordre alphabétique d’auteurs, ensuite bien indiquer après le nom de l’auteur l’année de publication y compris pour les articles puisque c’est le modèle que vous semblez utiliser. l’essentiel c’est d’être très cohérent pour toutes les occurrences bibliographiques…

    1. Monsieur Martin. Merci pour les remarques. Je les accepte volontiers. Tant mieux si elles viennent de vous. Vous êtes très aimable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.