Vous avez dit 4 carnets ? !

Je ne croyais pas que trouver le nom pour un carnet était une affaire qui allait me tourmenter presque autant que trouver le nom de mon mémoire. En effet, j’ai passé des heures devant mon ordinateur avec un seul but, trouver les 4 noms pour mes carnets. Tout d’un coup, dans le noir de mon désespoir, j’ai pensé à mon petit frère qui pendant son enfance s’amusait à nommer ses jouets et les personnages de fictions qu’il créait durant ses jeux quotidiens et à qui il s’amusait à donner des surnoms dans une langue étrangère et la question qu’un jour je lui ai posé lorsque je me suis mis à jouer avec lui a été, « Pourquoi tu donnes des noms qu’on ne peut pas prononcer à tous tes jouets ? »À laquelle il a répondu tout sèchement «Parce que ce sont mes jouets et c’est moi qui vais jouer avec eux tout le temps » C’est pourquoi j’ai décidé de donner à chacun de mes carnets un nom en espagnol que c’est ma langue première considérant le contexte dans lequel je me trouve actuellement.
Le premier carnet, je vais l’appeler « Notas de campo ». C’est ici que je vais écrire tout ce qui concerne à la recherche avec un regard externe et plus en contact avec les gens qui vont participer, d’une façon directe ou indirecte, dans l’élaboration de mon mémoire. Mais aussi tout ce qui me permettra de m’inspirer, de prendre de décisions pour l’amélioration de mon étude, c’est-à-dire toute cette information à laquelle je pourrais avoir accès et qui pourrait venir d’une source bibliographique ou personnelle.
Le deuxième « Clasificación de la información ». Ceci consiste à considérer l’importance des données obtenues et les classer dans l’ordre nécessaire pour faciliter la rédaction du mémoire en considérant la place et la priorisation des données recueillies. D’après M. Latour l’utilisation d’un logiciel nous faciliterait le travail de l’organisation et cela éviterait des ennuis que ceci représente.
Le troisième « Inspiraciones personales » ce que Latour appelle « idées susceptibles » qui pourraient se présenter tout au long  de notre recherche, comme par exemple : les idées, les paragraphes, les métaphores et astuces littéraires, qui ne peuvent pas être au même niveau que celles des auteurs bibliographiques qu’on a utilisé comme source pour notre recherche.
Le quatrième et dernier carnet je l’appellerai « reacciones y resultados » qui me permettra d’écrire les effets que mon compte rendu provoque autour de ceux qui ont participé directe ou indirectement au moment de sa culmination, c’est-à-dire les données qui peuvent apparaître une fois le compte rendu sera terminé et qui seront l’objet de prises de décision importantes pour les changements à considérer.
Il faut que j’avoue que la peur et l’incertitude que j’éprouve en ce moment s’accroissent de plus en plus, mais au même temps je tiens les paroles d’Harold Garfinkel « all the way down » auxquels j’ajouterais « and all the way up as well».

Bibliographie:  Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.