Parler de mon régime…Non, de l’autodidacte!

Colloque du 21 octobre 2015
à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3 :
De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique,
Approche interdisciplinaire des apprentissages autonomes
au 21e siècle

Vous allez probablement rire mais la difficulté et le défi présentés dans le colloque sur l’autodidacte correspondent bien
à ceux de mon régime !!!
C’est peut-être parce que le régime est également une sorte d’autodidacte.

Bon, je vous explique pourquoi.

Dans mon régime, il y a en principe quatre phases.

  1. la recherche sur les méthodes
  2. l’action
  3. l’évaluation
  4. le Feedback par les autres

La première étape se fait souvent sur internet. Je fais une petite recherche pour trouver un moyen pour perdre des kilos. Par exemple, cette année j’ai trouvé que boire de l’eau chaude tous les jours est bon pour la santé.
Ainsi, pour la deuxième étape je le réalise. A ce moment là, il y a deux rôles dans ma tête, moi en tant que l’entraîneur du régime et en tant que l’apprenant.
La troisième étape est la plus difficile. Tous les jours je me pèse en espèrant que ma balance affiche le bon résultat. (Mais pas le mauvais résultat, bien sûr !) D’ailleurs dans cette phase, si je ne vois pas l’effet, je compte moins sur moi-même. Parce que mon côté de l’entraîneur n’a jamais été formé pour me faire faire le régime !! Dans ce cas là, la relation entre entraineur et apprenant ne se maintient plus.

Après tout, si heureusement je perds des kilos, il y a encore la dernière étape, le feedback par les autres. Je souhaite non seulement perdre des kilos mais aussi être remarquée par les autres. Oui, j’ai besoin d’une sorte de qualification.

En revenant sur l’autodidacte, on trouve également ces quatre étapes et les mêmes difficultés. Par exemple, aujourd’hui on ne manque jamais d’informations. Mais comme cela a été souligné dans le colloque, il faut trier ces informations selon nos besoins.
Et alors, comment on peut être sûr que cette connaissance correspond à notre besoin même si on n’a jamais été formés ?
Bien évidemment, il n’y a pas que des côtés négatifs à se débrouiller tout seul. Il est vrai qu’on apprend des choses en faisant des choses. Cependant, les conseils ou le guide par les spécialistes pourraient nous aider à devenir ce que nous souhaitons plutôt qu’être noyés dans les informations de masse.
Il ne faut pas également qu’on soit isolé à cause du fait d’être l’autodidacte. Malgré cette forme d’apprentissage, on pourrait partager nos connaissances avec les autres.


OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

2 réflexions sur « Parler de mon régime…Non, de l’autodidacte! »

  1. Merci Haruna pour cet essai d’application à votre vie des réflexions sur l’autodidaxie que vous avez pu noter lors du colloque. Il aurait été utile d’évoquer quelles communications vous ont donné la possibilité d’établir quatre phases; je ne les trouve personnellement vraiment pertinente car elle sépare action et réflexion ainsi que le retour des autres qui viendrait après tout le processus; or il me semble que ce phrases se recouvrent sans cesse…

    1. M.Martin, merci beaucoup pour votre commentaire. Cela m’a demandé quand même un peu de courage d’écrire sur mon régime ici. Pourtant c’était la première fois que le sujet du colloque me paraissait familier ainsi cela m’a donné envie de partager ici. En écrivant, je ne cesse pas de penser à mes quatre carnets pour le mémoire. C’est vrai que même avec les carnets, souvent j’ai du mal à noter dans un seul carnet et finalement je note souvent la même chose dans deux carnets car les quatre carnets sont fortement liés pour rédiger le mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.