2e colloque international francophone de Sciences de l’Education

2e colloque international francophone de sciences de l’éducation

Colloque ÉTIC (2)

École et technologies

de l’information et de la communication

Dates : 14, 15 et 16 octobre 2015

Lieu : Université de Cergy-Pontoise – ESPÉ  de Versailles – Site de Gennevilliers

untitled

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu d’une conférence et plusieurs présentations, ayant eu lieu à l’Université de Cergy-Pontoise – ESPÉ  de Versailles – Site de Gennevilliers, dont les noms et les intervenants sont cités ci-dessous ;

  • Conférence : Jacques Wallet, Professeur des universités – Rouen : « Hiérarchie et innovation technologique en formation continue des enseignants ».
  • Présentations : Supervision pédagogique – Symposium IFADEM SUPERE-RCF
  • Mada Lucienne Tendeng, Danty Patrick Diompy et François Villemonteix : De la supervision pédagogique au Sénégal : comment les élèves inspecteurs envisagent-ils leurs missions ?
  • Judith Ndayizeye, Pierre Claver Kantabaze, Fidès Nitonde et Fréderic Bangirinama : Effets du tutorat initié par l’IFADEM sur les pratiques pédagogiques au Burundi.
  • Marcelline Djeumeni Tchamabe : synthèse de la situation au Cameroun
  • Stéphanie Netto, François Villemonteix : la supervision pédagogique, le cas français.

Plusieurs thèmes sont abordés pendant ces interventions mais le contenu de mon compte-rendu se porte sur des points qui me semblent importants.

  • Formation continue

La formation continue est un marché dans certains pays car on demande aux professionnels d’avoir suivi une formation continue. Aujourd’hui, la formation continue est devenue une réalité à laquelle les professionnels ne peuvent pas s’échapper. Sur ce point, Jacques Wallet définit 5 modes de formation tels que ;

  • Formation en cascade
  • Stage ponctuel
  • Inter-formation
  • Auto-formation
  • Formation en ligne

Cependant, comme dans toute formation, il y a une autre réalité à laquelle on doit faire face qui est la réalité d’évaluation. Wallet décrit cette évaluation en 5 titres ;

  • Satisfaction issue du stage (Maître/Formateurs)
  • Évaluation (Formateurs ou Institution)
  • Mise en œuvre (Inspecteurs)
  • Impact performances sur les élèves (tests)
  • Dispositif (Évaluation efficience)

Malgré le fait qu’on définisse les catégories d’évaluation d’une FC (Formation continue), on ne s’empêche pas de se poser la question suivante : Peut-on vraiment évaluer une Formation continue ? La réponse reste encore ambiguë et obscure.

  • TICE – Numérique

Un autre point évoqué consiste sur l’utilisation du numérique (TICE) en classe. Le numérique a pris une telle dimension qu’on est arrivé a un stade où l’apprentissage ne peut plus se faire sans avoir recours au numérique.

L’usage des TICE signifie « innovation ». Plus on innove, plus le numérique prend sa place dans l’école. Or, il n’est pas incorrect de dire que cette innovation est devenue une sorte de « poupée russe » qui donne naissance à une autre invention innovatrice.

Dans cette « poupée russe » il y a plusieurs outils numériques tels qu’ordinateur, tablette, portable et toute sorte d’outils « intelligents ». Mais le mot magique est « tablette » aujourd’hui dans TICE. Derrière ce mot chaud, quelle est la cible ? Dans les pays du Nord, la cible c’est les élèves. Dans la plupart des pays du Sud, la cible c’est les enseignants pour lui faciliter la tache. A part cela, ce qui est dramatique, c’est qu’en Ile Maurice on a acheté 25.000 tablettes, mais on ne sait pas ce qu’on en fait. Le numérique remplace le maitre dans certains pays où on a, dans une salle de classe, 80 élèves le matin, 80 élèves le soir car on veut utiliser le numérique pour remplacer le maître.

A propos de l’enseignement autour de l’enseignement purement numérique, François Wallet est sceptique car selon lui, l’enseignement purement numérique ne serait pas assez efficace que l’on espère.  En plus de ça, la mise en place d’un enseignement numérique n’est pas toujours facile car Il y a un écart, par exemple, entre la France et les pays du Sud : inégalité économique pose toujours un problème au niveau d’enseignement.

  • Inspection, supervision

Dans certains pays, l’inspection générale est une entrave pour l’enseignement car les inspecteurs ne sont pas des spécialistes. On a vu 4 cas abordés dans les présentations : Sénégal, Cameroun, Burundi et France.

Dans le cas du Sénégal, du Cameroun et du Burundi, « l’inspecteur est considéré comme policier ou gendarme par objectifs quand il entre dans la classe et évolue vers un accompagnement de « proximité » qui vise la responsabilisation de l’enseignant à travers des visites de classes et des entretiens. » Il représente la peur, la sanction, le gendarme et le contrôle.

Dans le cas français, selon Stéphanie Netto et François Villemonteix « Le rôle des supervisions est crucial dans l’éducation française. Qui dit supervision, dit « contrôle de surveillance et accompagnement. »

Merci de votre attention!

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts


2 réflexions sur « 2e colloque international francophone de Sciences de l’Education »

  1. De rien Yigong! Merci pour ton commentaire aussi. Tu as raison concernant le coût d’un ordinateur mais il ne faut pas oublier non plus que la situation économique est toujours liée à la situation politique du pays. Comme on sait que dans les pays du Sud, la situation politique est toujours dans les va et vient. Cela devient dans ces pays une question de politique à surmonter avant d’arriver à la question économique. Quant à l’exemple d’Ile Maurice, perso je pense que ce genre de politique éducative autour d’achat des tablettes pour école reste toujours politique car les gouvernement peuvent vouloir impressionner ou influencer le peuple avec des démarches pareilles. A mon avis, il est plus convenable d’évaluer les démarches éducatives à partir des démarches politiques mises en place car si un gouvernement achète des tablettes sans avoir formé des enseignants, il doit y avoir une autre raison politique ou autre derrière. Bref, ce ne serait pas si facile de former des enseignants ou des utilisateurs de TICE en Ile Maurice sans trouver une « méthodologie » pour mettre en place une politique éducative ou sociale honnête.

  2. Merci Alper pour ton résumé ! Personnellement, en ce qui concerne les TICE, la problématique ne reste pas au niveau économique, car aujourd’hui le coût d’un ordinateur est raisonnable même pour les pays du Sud. Il est urgent, comme le cas d’Ile de Maurice, de former les utilisateurs de TICE à savoir les manipuler, de trouver une méthodologie d’intégration de ces « outils innovants ». Un peu malheureux de n’utiliser la tablette que pour un cours magistral.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.