Les carnets : accompagnateurs dans un pèlerinage de recherche

Bruno Latour, sociologue et philosophe français, remarque dans son livre, Changer de société, refaire de la sociologie, cinq sources d’inquiétude qui peuvent être soulevées dans des recherches. On dirait qu’un médecin n’est pas un bon médecin, lorsqu’il ne sait que distinguer les symptômes des maladies sans parvenir à donner une prescription pertinente. Certainement, Bruno Latour ne fait pas partie de ces « mauvais médecins ». C’est ainsi, nous, les chercheurs novices, sont amenés à accueillir, face à ces soucis, une proposition du sociologue, par le biais de « carnets ».

Selon lui, pour effectuer une recherche, il n’y a pas de raccourcis, tout se doit être noté dès le premier pas. L’élaboration de « carnets » permet de catégoriser les expériences vécues, les informations nécessaires, et tracer toutes les démarches et les transformations de ce processus.

Il nous propose 4 carnets :

Le premier, carnet d’expériences : qui s’est consacré à documenter les expériences, les transformations autours de nos activités du terrain. Il vaut mieux, afin de rendre ce processus plus lucide, qu’elles soient notées de manière régulière, qui permet une meilleure consultation ultérieure.

Le deuxième, carnet de donnés : sans collecte des donnés ou des informations, on arrive jamais à poursuivre une recherche. Pourtant, ramasse-t-on n’importe comment les donnés ? Certainement que non, il faut les catégoriser et les hiérarchiser, n’hésitons-nous à se servir de certains logiciels.

Le troisième, carnet de rédaction : selon Bruno Latour, il ne faut pas distinguer la période de l’enquête et de rédaction, parce que l’écriture spontanée n’est que « des généralités, des clichés, des compte rendu remplaçables, des idéal-types, (…), bref, les matériaux qui permettent de rédiger sans le moindre effort les textes de la sociologie du social. »[1] Pour bien écrire, le seul moyen c’est de noter les idées spontanées, de modifier, de réorganiser, et afin de réécrire, ce qui exige beaucoup plus d’effort mais au retour, cela nous conduit à un meilleur résultat.

Le dernier, carnet d’effets : selon le sociologue, « L’étude peut bien être terminé, mais l’expérience continue »[2]. Une recherche influence ses acteurs ou elle a des réactions de la part du terrain. Ces effets, en quelque sorte, font partie des expériences post-recherche. La fonction de quatrième carnet est de garder, comme dans le premier, ces traces, ces expériences afin de permettre un examen ultérieur sur sa pertinence, par des chercheurs suivants.

Capture d’écran 2015-10-20 à 17.48.48(http://tieba.baidu.com/p/1213764374)

Personnellement, ces 4 carnets me rappellent, un chef-d’œuvre chinois Le Pèlerinage vers L’Ouest (roman fantastique du XVIème siècle), Tang Sanzang, un moine bouddhiste va à l’Inde pour chercher des soutras authentiques, il est accompagné de 4 accompagnateurs (un singe, un cochon, un cheval, et un autre moine), qui le guident et le protège des dangers et du déroutement. Durant le long processus de d’une recherche, on est comme Tang Sanzang, et qu’on a besoin des accompagnateurs, et c’est ainsi que ces carnets sont proposés afin d’assumer cette fonction. Pourtant, comme ce processus est déjà long et complexe, pour m’adapter et dans le but de faciliter le déplacement, je voudrais réduire le nombre de carnets en combinant le premier avec le dernier carnet. Etant donné que ces expériences sont marquées chronologiquement, un même carnet ne dérange pas le déroulement du contenu. De ce fait, mes carnets personnels se composent de Carnet d’expériences, Carnet de donnés et Carnet de rédaction.

[1] Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

[2] Ibid.

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.