LES COMPAGNONS DE LA RECHERCHE

«Tout fait partie des données»1 précise Bruno Latour.

Après maintes réflexions, j’ai décidé d’élucider le mystère de ces quelques mots qui me taraudent!

Toutes nos démarches entreprises dans l’élaboration de notre mémoire sont productives. En effet, elles nous aident à extraire des connexions entre tous les éléments surgissant de celles-ci. Ainsi, elles nous permettent de produire de nouveaux contenus et doivent être considérées comme des outils reliant l’extérieur et la recherche.

C’est la raison pour laquelle il est important de les sauvegarder sous la forme de traces écrites. Cueillons tout, pour résumer, pourrait-on dire ?

En outre, prendre des notes peut s’avérer rassurant dans les moments de doute dans la mesure où une relecture de notre travail peut dégager de nouveaux axes de réflexion, nous relancer sur des nouvelles pistes qui surpasseront d’éventuels blocages.

Dans cette perspective méthodologique, l’auteur nous propose de faire la route  non seuls mais accompagnés de quatre carnets:

Un premier carnet que je nommerai L’explorateur peut tenir compagnie dans l’exploration et l’observation des différents lieux d’études utiles pour nourrir un sujet de recherche. Il s’agira de décrire les entretiens, les objets et objectifs de l’étude, les procédures etc…

Un second carnet que j’appellerai Le Classeur peut nous accompagner dans le tri et la catégorisation de nos données. Autrement dit, ce carnet intervient dans l’organisation thématique des informations reportées.

Le Rédacteur sera le nom que j’attribuerai au troisième carnet. Ce dernier peut s’utiliser comme un brouillon d’écrivains saisissant par écrit nos flux incessant d’idées.

Pour terminer, un quatrième carnet peut se joindre à nous: L’évaluateur. Son rôle consiste à prendre en compte la réception critique de notre travail. Il faut la considérer comme formative et constructive.

L’énigme résolue, me voilà enfin prête à prendre la route avec mes quatre compagnons: les carnets.

1 Bruno Latour ., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris. La Découverte, 2006, p.194.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.