Une journée de passages à travers les voix

J’ai assisté le 7 Octobre 2015 à la journée d’études “Passages de paroles. Paroles de passages” organisée à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3 par l’équipe LAPAD du DILTEC avec le soutien de l’École Doctorale. Le programme de cette journée d’études a proposé à son public non seulement les savoirs profonds en didactique de la littérature, mais aussi les idées innovantes et créatives, les expériences et les perspectives en didactique des langues et des cultures.

Pour ma part, j’y suis allée afin de trouver les inspirations et les idées originales pour mes réflexions en didactique des langues et des cultures. La première réflexion qui a attiré mon attention est la suivante: les langues ne sont pas des outils, elles font partie de nous, de notre subjectivité. Voilà pourquoi l’un des objectifs de chaque enseignant est d’aider l’apprenant à construire sa subjectivité. Il faut qu’il y ait la subjectivation “dans” et “par” la langue dans la classe.

Mais comment atteindre cet objectif?

Olivier MOUGINOT propose de donner la voix à chaque élève. Son atelier intitulé “Atelier du dire” a pour l’idée de comprendre qu’il y a des activités à voix haute basant sur les gestes, la mimique, les intonations et des activités à voix basse, par exemple, l’écriture. L’enseignant doit laisser vernir les voix en classe, autrement dit il doit donner la voix à chaque élève, offrir la possibilité de mimer le texte comme si on est dans le théâtre. De cette manière, chaque apprenant peut donner sa voix et son souffle au texte qu’il lit à voix haute ou bien qu’il écrit, c’est comme s’il donne son âme au texte. Le texte à son tour permet à l’apprenant de prendre du recul de lui-même.

L’enseignant, comment peut-il transmettre les voix?

Les voix peuvent être transmises grâce aux forces suivantes :

  • La force visuelle et la force sonore qui représentent les chansons, le théâtre et l’oralité ;
  • La force de transgression, c’est le travail sur la langue.

La lecture du texte à voix haute et l’écoute de l’autre amènent l’apprenant à l’ouverture de telles dimensions comme:

  • Dimension intellectuelle (message) ;
  • Dimension émotionnelle (ton) ;
  • Dimension de sensation (parler c’est avoir des sensations dans la bouche).

Et pourtant, est-ce qu’il faut faire trop d’attention à l’oralité?

Selon Gérard NOIRET, trop d’oralité représente une dictature. C’est pourquoi il mentionne la notion de silence. Néanmoins, le silence a deux sens. D’un côté, le silence permet de savoir comment on produit le rythme, comment on fait la première syllabe. S’il n’y a pas de silence, c’est difficile de comprendre le sens de poème ou de texte. Comme dit Gérard NOIRET, un poème écrit doit mourir pour renaître dans un poème oral. De l’autre côté, quand un apprenant lit à haute voix, très souvent il ne comprend pas ce qu’il lit, mais cela lui permet de sentir la musique et le rythme du texte, de commencer à construire son attitude envers ce texte. Alors, le silence a toujours du sens.

Pour ce qui est des perspectives en didactique des langues et des cultures, je préfère préciser les réflexions mentionnées ci-dessous. Il me semble intéressant de relier deux idées, notamment “le monde parlant c’est le microcosme” et “un propre lecteur est un lecteur de soi-même” à la citation de Patrick BOUCHERON: “La poésie éclaire tout, mais n’explique rien” [1]Chaque lecteur représente un individu et un microcosme. En tant que lecteurs attentifs, nous pouvons sentir notre individualisme et notre microcosme à nous en tant que lecteur à travers la lecture de notre propre texte. C’est en ce sens que la poésie éclaire tout, mais n’explique rien, car elle est basée sur notre subjectivité personnelle qui fait partie de nous. Ainsi, il faut sentir le texte, il faut le vivre afin de le comprendre.

En outre, je pense que la citation de Montaigne “Je n’enseigne point, je raconte” peut être reliée à l’idée d’autonomie d’apprentissage et de recherche, de même qu’à la nécessité de faire le choix dans la didactique. Si l’enseignant n’enseigne point mais raconte, il donne à ses étudiants la possibilité d’apprendre et de faire la recherche en toute liberté de manière autonome. Comme le processus de cet apprentissage autonome est un processus de réflexion personnel, l’enseignant ne doit pas y intervenir de manière agressive, car ce sera une dictature et non pas une médiation. Il est donc important de faire le choix en didactique afin de donner cette autonomie d’apprentissage et afin d’inspirer les étudiants à réfléchir et à prendre du recul par rapport à ce qu’ils lisent.

Par conséquent, tout “maître [2] veut “suivre” [2] les thèses des doctorants créatifs, pionniers, experts, autonomes, participatifs, découvreurs par eux-mêmes en autonomie, et non pas les thèses des doctorants “assez jeunes” qui ne savent pas trop comment faire leur recherche ou bien des doctorants qui ne suivent que les idées de leur maître.

Pour apporter la touche finale à ce compte rendu, je présente à votre attention une autre citation qui a éveillée ma curiosité, plus précisément “comprendre l’expérience humaine dans ses singularités, mais aussi dans sa totale universalité[3] . Pour l’enseignant-médiateur, chaque apprenant représente un individu dans la singularité de ses réflexions. Le moment où l’enseignant réussit à former l’esprit critique de son apprenant, cet apprenant commence à réfléchir de la manière créative et libre, il commence à prendre du recul par rapport à toute information. C’est de cette manière-là qu’il participe à l’universalité des réflexions.

Bibliographie:

[1] BOUCHERON P., Conjurer la peur Essai sur la force politique des images, Paris, Le Seuil, 2013, p.103.

[2] LATOUR B., L’influence est un risque, Postface de Bruno Latour, Sciences Po, pour un livre collectif Claire Tollis, Laurence Créton-Cazenave, Benoit Aublet, L’effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Paris, Éditions Glyphe, 2014, p.164.

[3] ABDALLAH-PRETCEILLE M., La pédagogie interculturelle : entre multiculturalisme et universalisme, Recherche en éducation n° 9, Éducation et formation interculturelles : regards critiques, novembre 2010, revue en ligne http://www.recherches-en-education.net/spip.php?article131, consulté 20/10/2015, p.14.


VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.