Rome ne s’est pas faite en jour, le mémoire non plus.

Parce que le mémoire équivaut pour la plupart d’entre nous à la finalité de notre parcours universitaire, il se doit d’être bon. Et par « bon », j’entends un mémoire de qualité. Et par « de qualité », j’entends un mémoire agréable. Agréable visuellement, agréable lecturement1, tellement agréable qu’il donnerait envie à ses différents lecteurs de le partager en faisant, bien évidemment son éloge.

Son élaboration étant un travail des plus complexes, le moindre conseil est bon à prendre. Selon Bruno Latour, anthropologue, philosophe et sociologue français, l’acquisition de quatre carnets, ayant chacun une tâche spécifique, en ferait un atout indispensable. Et même si cela m’a pris du temps, j’ai finalement acheté ces carnets très onéreux2, quitte à ne pas à manger pendant plusieurs jours.

Mon premier est un agenda. J’ai décidé d’y noter les colloques, expositions, séminaires, auxquels je dois me rendre ainsi que les prises de rendez-vous et rencontres, que ce soit avec mon (ma ?) futur directeur de mémoire et avec les futures personnes que je cherche à interviewer.

Mon deuxième aura pour support mon ordinateur. Parce que classer, grouper, hiérarchiser, répertorier et trier des donnés n’a jamais été aussi facile que depuis l’invention de cette machine.

Mon troisième est la chose qui me sert accessoirement de téléphone portable. Affectueusement surnommé « mon bébé » ou « ma vie », ici, j’ai décidé de le renommer « pêle-mêle ». Il m’a semblé judicieux d’utiliser mon smartphone pour la simple et unique raison qu’il m’est facile d’y noter tout ce qui me passe par la tête concernant mon mémoire et ceci, dans n’importe quelle situation (hosto, métro, resto, etc.) car il ne me quitte jamais.

Mon quatrième et dernier carnet, sur support papier, recueillera les différents commentaires, conseils et critiques suscités par mon sujet et ma réflexion.

Mon tout devrait fournir le tant attendu mémoire dans un peu plus de sept mois.

1 – A tous ceux qui diraient que « lecturement » n’existe pas, je répondrais qu’écrire c’est être libre.

2 –  Seuls l’agenda et le carnet numéro 4 ont été acquis récemment et n’ont en aucun cas entraîné un quelconque déficit bancaire.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte, 2006, p. 194-197.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts


2 réflexions sur « Rome ne s’est pas faite en jour, le mémoire non plus. »

  1. J’apprecie beaucoup le côté ludique de ton texte! En plus, j’adore quand les gens néologisent. Les uns prêchent que « dire c’est faire », moi je suis de l’avis que « dire c’est jouer ».

  2. C’est judicieux de ta part d’avoir pensé à la tournure des devinettes pour parler de tes carnets de recherche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.