L’écriture des carnets commence dès HIER

Comme dit notre professeur Serge MARTIN, il faut commencer à écrire dès maintenant, dès aujourd’hui, et même plus que ça! Il faut commencer à écrire dès HIER.

Mais comment le faire? Par quoi faut-il commencer? Comment organiser les idées qui débordent la tête ou bien, au contraire, s’il n’y aucune idée?

La réponse est simple: il faut commencer l’écriture par “les idées, les paragraphes, les métaphores[1] , de même que par les citations, les petits plans ou par la description d’une expérience personnelle. Pour qu’il soit plus facile à écrire avec le temps, il faut que l’écriture devienne « automatique » [1]. Pour cela, il est nécessaire d’écrire tout le temps, sans cesse, même s’il n’y a rien de quoi écrire.

Et pourtant, ce qui rend cette écriture difficile c’est le fait qu’il faut écrire beaucoup de choses en même temps, c’est-à-dire il faut écrire un mémoire, plusieurs articles, quelques comptes rendus sur des colloques et des journées d’étude, il faut laisser les commentaires aux articles d’autres chercheurs. De plus, il faut être personnel et créatif dans l’écriture. Et ce n’est pas tout! Il faut être précis, il faut justifier, il faut argumenter et ne pas être captivé par l’écriture afin de ne pas oublier de mettre les références dans un travail de recherche. Selon ma propre expérience, cela peut arriver. Alors, il faut…il faut…il faut…

Pour faciliter l’écriture et organiser les idées, Bruno LATOUR propose de “tenir un journal de tous nos mouvements” [2] , car “tout fait partie des données : tout, depuis le premier coup de téléphone à un informateur potentiel” [2]. Ainsi, il est utile de tenir compte de quatre carnets de recherche:

  1. Le premier “carnet de bord de l’enquête [2] ou, comme je l’appelle un carnet de contacts, sert à noter tous les contacts et les rendez-vous qui font partie de notre recherche ;
  1. Le deuxième carnet pour “la collecte de l’information de telle sorte qu’il est possible de classer toutes les entrées par ordre chronologique” [3]  ou, comme je l’appelle un carnet de données, aide à collecter les données trouvées tout au long de notre recherche ;
  1. Le troisième carnet “destiné aux essais d’écriture, au flot continu d’esquisses et de brouillons” [3] ou, comme je l’appelle un carnet de brouillons, est utile à recueillir toutes les idées, les citations ou bien les comptes rendus ;
  1. Le quatrième carnet “pour consigner les effets que le compte rendu a produits sur les acteurs” [1] ou, comme je l’appelle un carnet d’impressions, est nécessaire pour noter les réactions des enseignants ou des collègues par rapport à la recherche.

Et voilà un paradoxe de cette règle d’or de l’écriture “continue”, un paradoxe de cette règle compliquée et simple à la fois: dès que nous prenons un stylo et un carnet, la capacité à écrire arrive comme par magie. Et dès que nous commençons à écrire, nous ne pouvons plus s’arrêter parce que la recherche devient très captivante!

Mais quelle est l’idée de cette écriture “continue”, dynamique et « automatique » [1] qui commence dans nos carnets?

L’idée c’est que les petites écritures dans nos carnets peuvent nous amener aux recherches exhaustives, car on cherche en écrivant et on écrit en cherchant. Toute l’information recueillie peut nous servir “de façon inattendue au cours d’une étude” [1].

De cette manière, la recherche c’est l’écriture, c’est aussi les discussions, les disputes et les controverses avec d’autres chercheurs. Faire la recherche c’est montrer l’histoire, le processus de lecture et d’écriture, c’est aussi se déplacer, faire les mouvements pour avoir des contacts différents pendant tout le travail de recherche.

Donc, commençons à écrire dès HIER!

Mais avant tout, il ne faut pas paniquer, car la recherche avance et s’enrichit au cours de l’écriture!

 

Bibliographie:

[1] LATOUR B., Changer de société Refaire de la sociologie, Editions La Découverte, Paris, 2006, p. 196.

[2] Ibid., p. 194.

[3] Ibid., p. 195.


VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

3 réflexions sur « L’écriture des carnets commence dès HIER »

  1. Anna, je suis tout à fait d’accord avec toi quand tu écris « qu’il ne faut pas paniquer, car la recherche avance et s’enrichit au cours de l’écriture ». Moi, j’avais beaucoup de mal à commencer à écrire justement parce que j’avais ce besoin de voir depuis le début un texte satisfaisant, concret. Ce semestre d’écritures sur Arlap m’a pourtant appris que ce n’est pas de cette manière que l’on devient chercheur et que l’on commence à écrire depuis le début de la recherche. Il faut accepter que l’écriture se tisse peu à peu dans un travail de construction qui s’améliore avec la pratique, mais qui n’est jamais achevé.
    Merci de partager de ces idées, de ces questions qui me rassurent tellement elle pourraient être aussi les miennes.

    1. Gabriela, je te remercie pour ton commentaire. Cela me fait plaisir que mes réflexions te rassurent et t’aide à continuer ce chemin d’écriture.

      Oui, il est rare que nous puissions voir un texte final dès le début de l’écriture. Dans la majorité des cas, nous arrivons au texte final par un long chemin des écritures et des réécritures. Je l’appellerais ce chemin « Per aspera ad astra » (« Par des sentiers ardus jusqu’aux étoiles »). Mais à mon avis, c’est exactement ce chemin qui fait le processus d’écriture captivant, même si ce processus peut être parfois très épuisant.

      Pour reprendre la métaphore de Michel Foucault « l’envers de la tapisserie » (1, p. 36), je pense que nous cousons le texte en commençant par « l’envers de la tapisserie » pour arriver au texte final, étant un tapis merveilleux. Quant à moi, ce qui m’apporte un plaisir cognitif et me rassure dans le processus d’écriture, c’est quand je couds mon texte de l’envers, en observant tous les noeuds qui ne sont pas toujours beaux, je sais que de temps en temps je peux prendre du recul de mes noeuds, étant mes réécritures, mes ratures, et voir un autre côté du tapis, notamment la beauté du texte qui apparaît au fur et à mesure sur la feuille blanche.

      Bibliographie :

      [1] FOUCAULT Michel, Le beau danger, Entretien avec Claude Bonnefoy, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011.

  2. Vous avez raison de reprendre mon expression et d’en poursuivre l’humour car dès qu’on est en recherche-écriture, on est toujours à hier… (en retard!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *