Des fiches bristol au numérique : une même histoire de recherche.

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/L%C3%A9onard_de_Vinci/129493
http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/L%C3%A9onard_de_Vinci/129493

Le parcours universitaire peut être schématiquement divisé en plusieurs cycles : le premier, nous a permis d’acquérir les informations nécessaires à fournir un socle de connaissances de base à toute spécialisation.

Le second, nous prépare aujourd’hui à la mise en pratique de ces informations mais aussi à nos premiers pas en recherche ; problématique, collecte d’informations, enquête et formulation de résultats, discussion et analyse, autant de nouveautés et de termes avec lesquels nous devons nous familiariser.

Mener une telle entreprise ne s’improvise pas et plusieurs auteurs se sont tour à tour attachés à éclairer le chemin ombrageux des débutants en la matière. Parmi eux, le sociologue, anthropologue et philosophe des sciences Bruno Latour, qui énonce une méthodologie de recherche prenant pour forme une liste de carnets.

Tout d’abord, le carnet de bord, il est censé rendre compte du volet actif de notre recherche, une sorte d’agenda où l’on consigne rigoureusement, dates à l’appui, toutes les rencontres, situations ou réactions touchant de près ou de loin à notre sujet. L’objectif étant d’:

Etre capable demain comme dans 10 ans,  de se remémorer (aux détails près) tout événement (majeur ou mineur) ayant intégré notre étude.

Il n’est donc à priori pas évident de distinguer les éléments importants de ceux qui le sont moins, le recul nécessaire ne venant que beaucoup plus tard, il est préférable de ne négliger aucun détail. Même les éléments pouvant sembler de prime abord négatifs comme des RDV manqués ou des dialogues difficiles, et qu’on serait tenté de ne pas retranscrire s’avéreront finalement productifs. Ils mettront en exergue les limites de notre étude, dont la connaissance est capitale à l’évaluation de nos résultats. Le biais de mémoire est un biais bien connu en recherche, pouvant modifier un résultat ou une analyse. Le carnet de bord a pour but de le supprimer.

Le second carnet énoncé par l’auteur, prend pour projet, la collecte d’information. Il s’agit en somme de classer avec soin l’ensemble de nos informations, de sorte à ne pas être aspiré par un tourbillon de données inanimées. Il faut donc, catégoriser, hiérarchiser, dater, créer des ensembles de fichiers, de sous-fichiers…Pour résumer, il nous faut ici déblayer le terrain pour ensuite aborder l’essentiel de notre projet.

Le troisième carnet est quant à lui, consacré à nos premiers pas d’écrivains En effet, notre challenge ne s’accomplira que grâce à de longues heures de piano sur nos claviers. A cette nécessité d’écrire, Bruno Latour souligne que recherche et écriture se font dans un même temps : « La rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction ». Enquête et rédaction sont en effet, indissociables l’une de l’autre tout simplement car l’enquête inspire, anime et insuffle la rédaction.

S’agissant d’un mémoire de master et non d’une thèse, il me parait important de se munir également (si carnet présent adopté) d’un esprit synthétique, prenant effet à la fois dans le choix d’une bibliographie pertinente mais aussi dans la rédaction des différentes parties.

Enfin, un quatrième et dernier carnet.  Un mémoire de recherche requiert un véritable engagement et souvent, l’auteur a l’impression,  qu’il est impossible d’achever son travail dans les délais convenus.

Ce carnet rappel qu’en mettant un terme à notre étude, la question reste elle, encore et toujours posée, comme le tableau rarement achevé pour le peintre, la recherche ne prononce jamais son dernier mot pour l’auteur. Notons bien qu’en évaluant par la suite notre travail, il est fort probable que l’on soit amenés à rectifier, modifier, reprendre, réviser et peut-être tout recommencer.

L’important est de garder alors la tête froide, de rester humble si les critiques sont bonnes et de persévérer si elles sont mauvaises car même si les premiers pas sont hésitants au départ, ils deviennent de plus en plus surs et dirigés avec le temps.

En conclusion, même si les supports ont changé, des carnets et fiches bristols aux supports numériques (ordinateurs, internet, etc.), j’ai pu constater à travers ce texte qu’au fond, les méthodes de recherche restent elles, fondamentalement identiques. Le questionnement, le raisonnement, le doute et la persévérance de ceux qui entreprennent une telle tâche semblent eux, intemporels. Concernant mes propres carnets, j’ai choisi après réflexion de m’essayer aux précédentes propositions en me laissant porter pour le moment par ces deux petites pages fort instructives.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte « Armillaire »,  2006.  p. 194-197.


Une réflexion sur « Des fiches bristol au numérique : une même histoire de recherche. »

  1. Je ne suis pas vraiment persuadé que le méthodes ne doivent pas changer même si je comprends bien ce que vous pointez : ce n’est pas parce qu’on change de support qu’on change forcément de méthode. Ceci dit, un support permet certainement un changement de méthode et quatre carnets engagent inévitablement une mise en écriture immédiate sans attendre la fameuse rédaction…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.