الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك

http://www.shaman-shop.fr/carnet-agenda/1564-je-le-ferai-demain.html
http://www.shaman-shop.fr/carnet-agenda/1564-je-le-ferai-demain.html

« الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك : Time is like a sword: if you don’t cut it, it cuts you »

Le travail de recherche est une épreuve à laquelle est soumis tout étudiant chercheur. Elle requiert de sa part sérieux, courage et vertus, sans lesquelles ce denier sera incapable de mener sa recherche à bon escient.

S’étalant sur une durée considérable, cette tache nécessite impérativement de la motivation, de l’endurance et surtout du sens de l’organisation.

En effet, avant de s’engager dans la rédaction proprement dite, l’étudiant chercheur se doit de dresser un plan de travail afin de mettre en exergue l’ensemble des étapes qui seront suivies. Selon Mathieu Guidère dans ‘Méthodologie de la recherche’,  il s’agit de :

  •  La phase d’investigation.
  • La phase d’analyse.
  • La phase de documentation
  • la phase de rédaction

Toutefois, ces étapes ne sont pas à réaliser dans un temps différé. Bien au contraire, il n’est point question de les juxtaposer mais plutôt de les appréhender en même temps.

D’après Bruno Latour dans le texte auquel nous nous sommes intéressés, pour mener à bien sa recherche, il est indispensable de se tenir à un art qui n’est autre que celui de l’organisation. En effet, il doit figurer des traces et des croquis d’une mise en espace témoignant de la progression de son propre travail. C’est pourquoi, il recommande fortement la détention d’un certain nombre de carnets faisant office de plan préalable à l’intégralité du mémoire.

N’ayant pas à effectuer un stage dans le parcours recherche ne veut point dire que l’on a pas à se rendre sur terrain. Ecrire un mémoire de recherche n’est pas que : « description ».

En effet, pour ma part il est , d’abord, question d’un carnet empirique qui aura comme fonction celle d’un agenda regroupant tous les rendez-vous et rencontres inscrits dans mon projet de recherche et ainsi jouer le rôle de témoin de tout entretiens, échanges et observations réalisés, qu’on juge pertinents ou très peu. En effet tout objet ou personne intervenant est susceptible d’influencer les données ou les résultats de notre recherche car ces annotations qui peuvent nous paraitre, dans un temps, peu utiles et complexes peuvent, bien plus tard, servir comme de nouveaux points d’appui.

Mon panier de cueillette sera le nom que j’attribuerai à mon deuxième carnet censé rassembler toutes les informations que je collecterai dans la phase d’investigation et ainsi créer petit à petit le matériel nécessaire à ma recherche. Par ailleurs, ce carnet comptera deux volets, le deuxième complétant le premier à savoir « mes lectures » et « ma bibliographie » qui comporteront respectivement des fiches thématiques, citationnelles et bibliographiques.                                              Ce dernier permettra une fixation de sections qui seront développées lors de la phase de rédaction tout en permettant une flexibilité qui pourrait faire d’une catégorie une sous catégorie et vice-versa jusqu’à l’aboutissement à un plan final.

Comme l’avait si bien précisé le sociologue, anthropologue et philosophe des sciences  Bruno Latour : « La rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction ». Autrement dit, appréhender les étapes menant à la rédaction d’un mémoire de recherche séparément est susceptible de déboucher sur des ratés. C’est pourquoi il est impératif de commencer à écrire dès la moindre idée qui puisse nous effleurer l’esprit.Donc, cela impose la possession d’un troisième carnet que j’appellerai « mes ébauches ».

Et enfin, je juge utile la détention d’un quatrième carnet que j’appellerai  Des phrases que j’aime bien . Pour une raison bêtement utilitaire ou tout à fait pratique j’y noterai des mots, phrases ou expressions qui pourraient captiver mon attention au cours de mes lectures me permettant d’aboutir à une bonne formulation de phrases et ainsi travailler sur l’esthétique de mes écrits.                                  Par ailleurs, il convient de rebondir sur le titre de mon billet à savoir : « الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك», un proverbe arabe rappelant l’importance cruciale du temps et que je considère la clé de la réussite de mon mémoire car « Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. »

Bibliographie : 

  • Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte « Armillaire »,  2006.  p. 194-197.
  • Mathieu Guidère, Méthodologie de la recherche.guide du jeune chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales, Nouv. éd. rev. et augm.Paris, Ellipses – 2004,127 p.

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook


2 réflexions sur « الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك »

  1. Il est vrai que Guidère énumère quatre étapes principales à la recherche commençant par l’investigation et se terminant par la rédaction et n’écarte pas cette manière de faire.Cependant, il souligne que celles-ci peuvent être interverties et recommande quand même au chercheur la rédaction au fur et à mesure de l’avancement de ses recherche.

  2. J’aime bien que vous citiez Guidère et on aperçoit combien c’est différent de Latour car quoique vous en pensiez, il dissocie bien quatre phases, c’est-à-dire moments : la rédaction étant la dernière… Par ailleurs, j’aime bien votre « panier de cueillette » !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.