Lire : à quoi ça sert ?

A en croire Le Clézio, la lecture aurait mille et un bienfaits (en réalité, il en cite uniquement treize), alors, pour quelles raisons, dans notre société actuelle parle-t-on d’une crise de la littérature ?

Le fait est, que la lecture, comme la plupart des humanités en général, perd d’année en année un intérêt grandissant. Certains ne se gênent pas pour rejeter la faute sur l’ère numérique. Cette révolution technologique qui permet à tout un chacun (enfin, à une grande majorité de ceux situés dans l’hémisphère nord) d’avoir un accès rapide et simple à internet, aux ordinateurs et aux smartphones. Sans omettre la diffusion d’émissions éducatives aux heures de grande écoute, sur plusieurs chaînes nationales gratuites, comme « Secret Story », « Les Marseillais vs les Ch’tis : la revanche a sonné » ou encore « Les Anges de la télé-réalité all star : leurs vacances à Ibiza ». Par conséquent, à choisir entre un loisir ne requérant pas une charge colossal de travail intellectuel et un plaisir, qui en plus de nous faire utiliser de multiples circuits neuronaux, coûterait en moyenne 6 euros (prix moyen d’un livre de poche), il faut croire que le choix serait vite fait.

Pour ma part, m’appuyant sur mon parcours scolaire en France, j’accuserais les choix didactiques de la littérature imposés par le gouvernement dès le secondaire. Triste est de constater, qu’on ne parle pas de l’enseignement de la littérature mais de « cours de français », où les extraits d’ouvrages sont davantage utilisés pour étudier les différents procédés d’écriture mis en place par l’auteur lors de l’élaboration de son œuvre, que ce soit en analysant les différentes figures de style ou encore, en repérant les différentes modalités d’énonciation dont il a fait usage dans toute son œuvre. Ajoutons à cela, les rédactions de commentaires composés, dissertations ou récits d’invention, qui ne laissent place qu’à très peu (pour ne pas dire aucune) de créativité de la part des élèves. Néanmoins, la littérature est enseignée en terminale littéraire (soit une année !), qui est la classe la moins plébiscitée et la moins peuplée dans le parcours général. En effet, l’effectif y est deux fois moins élevé que dans un cursus économique et sociale et trois fois moins élevé que dans un cursus scientifique. Ayant moi-même suivie la voie littéraire, c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à apprécier la littérature, faisant connaissance avec Les liaisons dangereuses de Laclos.

En contexte FLE, l’enseignant a beaucoup plus de liberté. En proposant des manuels ou ses propres choix d’œuvres littéraires, qui seraient accompagnés d’activités mettant en valeur le texte en lui-même. Autrement dit, cela viserait l’affectivité des apprenants et leurs (ré)interprétations d’un ouvrage tout en travaillant différentes compétences langagières. De même, il est possible d’aborder ce qui ressort du domaine de l’interculturel à l’aide d’un ouvrage. Le rôle d’un enseignant de FLE serait alors d’amener les apprenants vers la gratuité de la lecture, c’est-à-dire, leur proposer des extraits de livres qui leur donneraient goût pour des œuvres qui engloberaient toute la francophonie, sans toutefois leur en imposer la lecture.

Pour répondre à l’interrogation posée plus haut, lire devrait aussi bien servir à se divertir qu’à se cultiver. C’est pourquoi, n’ayant (malheureusement) pas la science infuse et devant étudier plusieurs pistes pour la rédaction de mon mémoire, lire deviendra ma préoccupation quotidienne durant les prochains mois.

Je vous conseille d’en faire tout autant.

Bibliographie :

Jean-Marie Gustave Le Clézio, Un livre : à quoi ça sert ?, L’Extase Matérielle, Collection Folio Essai, édition Gallimard, 1993.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts


2 réflexions sur « Lire : à quoi ça sert ? »

  1. Mais tu pourras ouvrir des carnets numériques aussi non ? Ou quatre fichiers sous format Word afin d’organiser tes idées.
    Comme toi, je suis plutôt dans dans l’ère numérique mais j’essaierai de suivre l’organisation de mes carnets. Bonne continuation en tout (ce qui compte, c’est écrire le mémoire à la fin sans / avec des carnets).

  2. Je pense que l’ère numérique, bien au contraire, et d’autant plus un atout qu’elle est accessible à toutes les personnes désireuses de lire et de découvrir ce monde magique qu’est le monde des écrivains.
    Les livres numériques, les magazines et journaux en ligne sont encore plus accessibles qu’il y a quelques années. D’antan, pour lire, il fallait faire du troc, se rendre en libraire, ou encore au kiosque à journaux. De nos jours, la littérature est quasi omniprésente dans nos vies de par sa diffusion, aussi bien dans les médias (émissions littéraires, débat autour de la littérature, critique d’auteurs, etc.) que dans les affiches publicitaires sur les routes, dans les métros souterrains ou encore dans les magazines que nous sommes susceptibles de lire dans la salle d’attente chez le médecin.
    En somme, la littérature nous entoure et la révolution numérique devrait être (si elle ne l’est déjà) un atout fabuleux pour qui voudrait découvrir le monde des écrivains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.