Je recherche donc j’écris

Anabiose

C’est en écrivant que se construit notre travail, c’est en écrivant que la recherche nous construit.

Une équation simple nous a été exposée par M. Martin durant le premier cours de méthodologie du mémoire: ‘La recherche c’est écrire’.

Écrire oui, mais que doit-on écrire ?

Il faudrait repenser de longues années en arrière, lorsque tout petit déjà, nous avions un carnet de santé, qui recensait tous nos aller-retour chez le médecin, nos vaccins, nos hospitalisations, etc. Pour un bébé français, avoir un carnet de santé signifie être né (j’ai un carnet de santé donc je suis né).

Et bien pour ce travail de recherche c’est en tous points la même chose. Pour faire naître ce travail de recherche, pour préparer son mémoire, il faut écrire. Il nous faudrait donc revenir au bon vieux temps en réinvestissant ces carnets, mais de façon tout à fait nouvelle.

Pour B. Latour, l’écriture pour la recherche demande une organisation spécifique. L’auteur nous propose donc de tenir quatre carnets différents, ayant chacun un rôle bien défini. Ces quatre carnets sont uniques, mais forment un ensemble indissociable. Pour l’auteur, il ne s’agirait pas de remplir chaque carnet l’un après l’autre, car   » la rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction « . Il faudrait mêler la recherche à l’écriture et le terrain à la rédaction.

Le premier carnet tiendrait lieu de « carnet de bord » à l’image d’un agenda où toutes nos démarches ou rencontres y seraient consignées. Ce premier carnet, je l’ai appelé ‘Au jour le jour’. J’y inscris de jour comme de nuit, tout ce que je lis, je consulte, je vois, j’apprends, etc. Il représente pour moi le journal du ‘terrain’, où l’itinéraire de ma recherche y serait quasi traçable.

Le second carnet servirait à la  » collecte de l’information « . Il serait utile pour ‘trier’ les informations qui seraient déplacées vers des catégories et/ ou sous catégories clairement datées et hiérarchisées. Ce carnet je l’ai appelé ‘ Ma collection 2015/2016’ . C’est en quelque sorte ce carnet qui me permettrait plus tard de créer la frise chronologique de mon travail de recherche. Ma recherche s’inscrirait donc dans l’histoire des recherches ? Quel honneur !

Le troisième carnet servirait « aux essais d’écriture ad libitum ». De jour comme de nuit, une idée qui nous vient, une pensée, une citation, un dessin, une esquisse bref tout ce qui pourrait nourrir notre travail devraient se trouver dans ce carnet. Il me paraît être le plus important, car il représenterait le carnet de nos ‘premiers pas’. L’auteur nous dit qu’il est indispensable de faire des ‘esquisses’ et des ‘brouillons’ pour mener à bien notre recherche. En cherchant dans un dictionnaire la définition du mot esquisse, je lis : « Plan sommaire de l’ensemble d’une œuvre littéraire ou d’un travail ». En nous référant à cette définition, nous comprenons donc que le choix du plan de notre mémoire pourrait découler de ce carnet. Ce carnet, j’ai choisi de l’appeler ‘ mes essais, mes esquisses’. J’aime y griffonner de petits dessins souvent en décalage avec ce qui est écrit. Je trouve cela enrichissant, car j’ai crayonné ce symbole visuel au même moment où j’ai écrit ces quelques mots. Il est donc aussi important que ce qui est écrit, et pourra nourrir mon travail autant que le nourriront ces écrits.

Enfin, le quatrième carnet serait utile pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits « . En somme, il représenterait le carnet critique de notre travail. Il serait comme cette petite voix qui nous permettrait de nous pencher plus d’un côté que d’un autre. Il est indispensable pour que nous ayons une vision objective de notre travail, car la recherche nous demande souvent d’écrire seul, dans un lieu à l’écart de tous et voilà que nous nous retrouvons dans notre petit monde. La vision que l’on a de notre travail est donc trop subjective, trop personnelle. Il est donc important d’avoir un feedback de la part d’autrui, et les traces de ce retour se trouveraient dans cet ultime carnet que j’ai appelé ‘L’anabiose de ma recherche’. Littéralement, l’anabiose est un phénomène de renaissance en botanique qui fait revivre une plante après un long moment de dormance. Pour ma part, je lie ce phénomène à celui du travail de recherche, qui parfois semble s’alanguir, s’épuiser et qui grâce aux regards des autres et à leurs remarques (qu’elles soient une opinion, un blâme ou un éloge) nous permet de faire renaître ce travail, de lui donner une nouvelle vigueur dans le but de le raffiner pour être fin prêt à le présenter.

Recherchons, écrivons, esquissons, mais surtout, ne nous endormons pas !

 

1. Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, p.194-196, Paris, La découverte,  » Armillaire », 2006.

2. Dictionnaire en ligne Antidote 8 version 5.1

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3 Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.