Les 4 assistants de la vie d’un chercheur

Le soleil, la plage, l’apéro et les vacances sont finis. Malgré la peau qui reste bronzée, on prend le stylo, le cahier, les livres et l’ordinateur parce qu’on est déjà en octobre. L’année de M2 en didactique de français langue étrangère et seconde et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 a débuté.
Nous courons cette année pour achever un grand travail,
LE MEMOIRE.

Dès le début de chaque séminaire, l’enseignant nous donne le conseil de penser au sujet du mémoire même s’il est loin du thème du séminaire : trouver des liens entre les deux afin d’approfondir la connaissance et la réflexion. Car nous n’avons pas beaucoup de temps à perdre et concevoir le mémoire nous demande du temps. Ainsi il vaut mieux que nous associons tout notre temps et nos actions au mémoire ce qui a été souligné également par S. Martin.

Malgré tout, même si nous sommes de jeunes chercheurs bien motivés, il est bien possible que nous soyons stressés de vivre ce style de vie. D’ailleurs il y a toujours une sorte de timidité devant les études faites par les grands chercheurs. Est-ce que nous pourrons y arriver avant la fin de l’année ?

N’ayons pas peur. Dans Changer de société, refaire de la sociologie (2006), Bruno Latour présente 4 assistants qui pourront nous aider tout au long de notre vie de chercheur : ce sont 4 carnets. Voici le rôle de mes 4 accompagnateurs. Latour appelle le premier carnet, carnet de bord. Il me sert à retrouver les traces où je marche pendant la recherche. Il me rappelle les colloques auxquels je participe, les réunions avec mon directeur de mémoire ou les projets pour collecter le corpus. Selon Latour, « c’est la seule façon de documenter les transformations que l’on subit en se déplaçant au cours des terrains. » ( Latour 2006 : 195)
J’appelle le deuxième carnet, carnet des chercheurs. Il sert pour bien ranger les études des autres chercheurs que je consulte car après avoir consulté un certain nombre de livres, j’ai peur de tout confondre.
J’appelle le troisième carnet, Carnet d’inspiration.  Il m’accompagne le jour et la nuit pour ne pas laisser échapper les bonnes idées pour rédiger le mémoire. Personnellement ce carnet joue un rôle important étant donné que j’ai pris souvent le soin de noter mes idées, partout, dans un coin de mes cahiers malheureusement je ne les ai jamais retrouvées.
J’appelle le dernier cahier, carnet d’évaluation. Il est destiné à noter les commentaires des autres sur ma réflexion ou bien sur mon mémoire. Parfois c’est difficile d’accepter des commentaires sévères mais il est indispensable de les noter vu que la vie d’un chercheur est longue. Toutes ces traces d’écrit nourriront miette à miette ma future vie de chercheur.
Commençons à écrire maintenant !

Référence bibliographique

Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.


OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.