Le mot clé

Beaucoup de changements dans ma vie ! Je me trouve soudainement à Paris, toute seule, entre l’’installation et les études en Master II, on m’annonce que je suis sur le chemin des chercheurs. La classe ! Devenir chercheure, c’est prestigieux ! Mais comment sont-ils les chercheurs ?

C’est comme si mon enseignant de séminaire de méthodologie de la recherche, Serge Martin, avait lu mes pensées. J’ai senti qu’il portait sur moi un regard rassurant avant qu’il n’écrive au tableau le mot clé du séminaire : recherches = écritures. Cela résumerait tout ce chemin alors ! Mais écrire quoi ? Le mémoire de 120 pages, alors que nous n’avons même pas de sujet. Et là, encore une fois,  Serge Martin, semble deviner ma question et y réponds en nous donnant un extrait de l’ouvrage de Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie [1]et il nous dit : vous débuterez votre mémoire dès aujourd’hui. Vous écrirez, tout simplement, des titres, de vos quatre carnets en suivant les consignes de Latour.

Vous allez trop vite Monsieur Martin ! Des carnets, des billets, un mémoire. Au secours !

Je me creuse la tête afin de trouver des titres pour mes précieux carnets. Le premier carnet de Latour est le carnet de bord que je remplace par le carnet de démarrage. C’est dans ce carnet que j’inscris mes rendez-vous, mon travail sur le terrain, mes appels, mes entretiens. J’y écris également toute phrase ou question qui a un lien direct avec mon mémoire. En outre, j’y ajoute tout thème ou sujet qui me vient à l’esprit.

Le deuxième carnet est consacré à la « collecte de l’information »[2], je l’intitule donc le carnet de sécurité. C’est là que je consigne les extraits des ouvrages lus, les références des ouvrages à lire, les conseils de mon directeur, les noms des chapitres de mon mémoire. C’est ici que je commence à sentir que je suis en sécurité, que je possède des données et que j’avance dans ma voie.

Pour mon troisième carnet, je reprends la phrase suivante de Latour « On ne saurait parvenir à déployer de façon adéquate des imbroglios complexes sans un flot continu d’esquisses et de brouillons »[3]. C’est ainsi que je l’intitule le carnet de freins. Il est ouvert à la (re)production et à la (r)éécriture. J’écris, j’ajoute, j’efface, j’arrête, je reprends, j’organise et, hop, je freine.

Quant à mon dernier carnet, il est destiné à tous ceux qui veulent m’aider en évaluant mon travail, afin de me donner leurs avis, remarques, et leurs critiques constructifs. Ce sont mes parents, amis, collègues, enseignants etc. C’est le carnet où je m’évalue et où j’évolue. Je nomme carnet de contrôle.

Si vous souhaitez continuer dans le domaine, vous savez ce qui vous attend. Bienvenue sur le chemin des chercheurs !

[1] Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris,  La Découverte. , 2006, p. 194: 197)
[2] ibid, p. 195
[3] Op. cit, p. 195

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


3 réflexions sur « Le mot clé »

  1. Il semble que votre professeur ne va pas trop vite! Déjà vous êtes une grande chercheur. Vous avez très bien personnifié et simplifié l’emploi des carnets.
    J’adore votre texte. C’est très utile.
    Bon courage et bonne continuation!

      1. Fatmeh a raison : vous êtes déjà une chercheuse qui n’a nullement peur du moteur de la recherche et des problèmes de mécanique ou autre qui peuvent survenir… C’est vraiment passionnant de vous lire dans une écriture vraiment vive et pleine d’élan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.