Les carnets se sont ouverts !

Il y a deux semaines (déjà !), notre séminaire de méthodologie pour la préparation du mémoire a débuté par un extrait de l’ouvrage de Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie (2006 : 194-197). Pour nous, les jeunes chercheurs pleins d’inquiétudes, l’auteur y propose d’employer quatre carnets et d’y noter « tous nos mouvements » (ibid. : 194) durant la recherche. Quels intérêts présentent-ils pour nos recherches et le mémoire ? Voici les carnets proposés par Latour et les titres que j’attribue à chacun.

Selon lui, le premier carnet fonctionne comme un carnet de bord. On y consigne tous les rendez-vous, toutes les personnes rencontrées, tout ce que l’on ressent, toutes les sources consultées, etc. Je nomme ce carnet Mon journal tout simplement, car jusqu’à aujourd’hui, c’est la seule chose avec laquelle il m’ait été possible de savoir, comme Latour mentionne l’importance, comment mon chemin a été parcouru. Par ailleurs, cet intitulé me permettrait de ne pas ressentir une cloison solide entre la vie privée et la recherche.

Le deuxième carnet doit, d’après Latour, être consacré à la collecte de toutes les informations de manière à ce que l’on puisse les classer aussi bien chronologiquement que par catégories. C’est ce qui nous permet d’avoir une certaine articulation dans nos réflexions tout en ayant une grande quantité de données. Je donne à ce carnet un nom Placard, comme on y range par exemple nos vêtements en classant par catégories, selon la saison, par la fréquence, etc. Ce n’est donc pas un placard de ceux qui y mettent tout et n’importe comment !

L’auteur nous conseille de tenir le troisième carnet destiné aux essais d’écriture. Celui-ci est utile pour conserver les précieuses idées qui nous viennent à l’esprit. L’accumulation de ces petits bouts de phrases pourrait nous sauver de l’écriture automatique. J’intitule ce carnet Bribes d’idées en espérant que le mot bribe me donne l’impression qu’il est facile de commencer et qu’il n’est pas nécessaire de sortir d’emblée une grande idée parfaitement construite…

Comme le quatrième, Latour ajoute un carnet pour noter les effets et les remarques que reçoivent nos travaux. Celui-ci nous aiderait à ne pas oublier que la recherche d’un chercheur s’inscrit dans une collectivité. Je le dénomme Echos pour prendre l’habitude d’attendre des résonances aprés avoir lancé ma voix durant mes recherches.

« Il serait maladroit de croire que le travail se divise en une première période, au cours de laquelle on se contenterait d’accumuler des données, suivie d’une seconde, au cours de laquelle on commencerait à écrire » (ibid. : 195). La fantaisie a disparu. Je me suis engagée et c’est parti avec mes carnets!

Référence bibliographique

Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

 

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.